Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Écrit par  Gérard Lanux, La Marseillaise mardi 3 janvier 2017

Rupture d’aiguillage entre la Région Paca et la SNCF

La fin de la convention entre la SNCF et la Région est effective depuis le 1er janvier. Elle sera lourde de conséquences. Cette décision de Christian Estrosi n’est qu’un premier pas vers la libéralisation du rail dont il souhaite accélérer le calendrier.

 

Ainsi le nouveau président de Région a-t-il décidé de mettre un terme aux efforts de son prédécesseur pour consolider, voire améliorer des relations parfois tumultueuses avec la SNCF. Dans une conférence de presse choc, Christian Estrosi avait annoncé, cet automne, la fin de la convention qui liait l’institution qu’il dirige avec la compagnie ferroviaire nationale.

Motif général de cette rupture, le mécontentement du nouveau dirigeant de la Région quant aux prestations de la SNCF en matière de TER. Prestations jugées insuffisantes, pour lesquelles il refuse le paiement de quelques 30 millions d’euros. A cela s’ajoute dans sa vision,une fantasmatique accumulation des jours de grève des cheminots CGT durant l’année 2016.

« Les conséquences de cette rupture de convention de partenariat sont multiples », analyse Florian Salazar-Martin, animateur du collectif Le train, un investissement d’avenir. « Mais en premier lieu, je dirais qu’il s’agit d’un changement radical. Le passage d’une relation intelligente de collaboration, même si celle-ci n’a pas toujours été facile, à celle d’un cadre de soumission de la SNCF aux desiderata de la Région .» Concrètement cela signifie que la SNCF deviendra un prestataire de services comme les autres.

«  C’est une première en France, s’insurge Florian Salazar-Martin, qui ne fait pas l’impasse sur les difficultés traversées par la compagnie ferroviaire. Les anciens responsables de la Région Paca ont maintes fois tapé sur la table pour que la SNCF remplisse ses obligations.

« Mais cela se faisait dans un autre climat qui a permis de multiples améliorations sur le réseau des transports régionaux », dit Jean-Marc Coppola, ancien vice-président de la Région Paca. Les exemples ne manquent pas, qui vont de la rénovation du matériel roulant et les tarifs plus que préférentiels obtenus par les jeunes ou les chômeurs.

Le retrait des TER, un premier pas pour en finir avec la SNCF

«  Que deviendront ces acquis avec cette nouvelle politique, s’interroge l’élu communiste ? Et que deviendraient tous ces efforts pour contribuer à une mobilité accrue des citoyens et à la réduction des nuisances sur l’environnement ? » De source non officielle, la SNCF n’exclurait pas, sur le plan juridique, de s’opposer aux directives de l’institution régionale. Car l’enjeu est bien plus grand. Par cette rupture de convention de partenariat, le président de la Région Paca vise l’ouverture à la concurrence des transports régionaux, présentée comme une panacée aux déficiences réelles de la SNCF.

Théoriquement, l'ouverture à la privatisation du rail est prévue pour 2023. Mais Christian Estrosi veut accélérer le processus et demande une dérogation pour que celle-ci puisse s’appliquer sur son territoire dès 2018. Un premier pas pour la privatisation du réseau ferroviaire français. Avec tout ce que cela comporte de zones d’ombre pour les citoyens qui ont recours à ce mode de transport comme pour ceux qui le font fonctionner au quotidien.

G.L.

---------------------------------------

Et pendant ce temps, une informations des amis du Front de Gauche de Pont Saint Esprit et des villages voisins ...

-----------------------------------

Tag(s) : #SERVICES PUBLICS

Partager cet article

Repost 0