Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un article du site des Jeunes Communistes

Comme nous pouvions malheureusement le craindre, la relaxe a été prononcée aujourd'hui pour les deux policiers qui comparaissent depuis lundi à Rennes pour non-assistance à personne en danger après le drame de Clichy qui causa la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré en 2005.

La Cour d'appel s'est en effet prononcée pour la relaxe des deux fonctionnaires, comme l'a fait systématiquement avant elle le Ministère public tout au long de dix années de procédures judiciaires.

C’est une fois de plus un message méprisant que l’on envoie aux jeunes de ce pays, de nos quartiers. Une humiliation supplémentaire pour nombre d'entre nous victimes de violences sous toutes les formes et que ce verdict semble mettre sous le tapis.

« Il n'y a pas lieu d'entrer en voie de condamnation », avait affirmé en guise de conclusion à ses réquisitions Delphine Dewailly, représentant le ministère public lors du procès, « On n'apaise pas la douleur d'un drame en causant une nouvelle injustice », a-t-elle expliqué.

 

Mais de quelle injustice parle-t-on ?

 

Est-il juste d’envoyer 14 fonctionnaires de police interpeller des jeunes pour un « soi-disant » vol de chantier dont on apprendra qu’il n’a jamais eu lieu ?

 

Est-il juste que dans nos quartiers la peur du contrôle d’identité soit présente au point que des jeunes se sentent obligé de courir dès qu’ils voient la police et qu’ils n’ont pas sur eux leurs papiers car ils sont tout simplement partis jouer au foot ?

 

Est-il juste que le mensonge d’état fut orchestré au point que le Ministre de l’intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy nia le fait que les policiers coursaient les jeunes ?

 

Ce procès est à l’image d’un pays qui refuse d’affronter la dure réalité de ses enfants, relayés au rang de citoyens de seconde zone, contrôlés au faciès, discriminés à l’emploi, exclus du système scolaire…

 

Pourtant tous ces jeunes grandissent et voient vite la réalité d’une société qui les rejette et protège même ceux qui les tuent.

 

« Ils sont en train d'enjamber pour aller sur le site EDF », « S'ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau », ce sont les mots du policier à la radio le jour du drame.

 

Et que dire du prix de la peau d’une société qui repose sur la discrimination et la violence raciste et sociale ?

 

Manuel Valls parlait d'appartheid social, nous constatons aujourd'hui que tous les citoyens n'ont pas le droit à la même justice.

 

Les jeunes communistes tiennent à exprimer leur soutien aux familles des victimes et continueront à se battre partout, pour en finir avec la haine, les discriminations et les violences policières et pour construire une société plus juste.

 

MJCF

 

------------------------

 

FÊTE DE LA MARSEILLAISE

 

 

 

 

 

DEMANDEZ LA VIGNETTE (10 euros)

 

RougeCerise84@hotmail.fr

 

------------------------

 

Tag(s) : #JEUNES

Partager cet article

Repost 0