Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un article du site de l'Humanité:
 
En France, comme en Europe, il est des gens tellement au service des puissances d’argent qu’ils ne comprennent pas que l’on puisse penser et, pis, agir autrement. Voir le très réac chef du gouvernement polonais qui somme le gouvernement grec de « cesser de jouer ». Voilà : un gouvernement qui respecte ses électeurs, refuse de voir un véritable massacre social se perpétuer, bref prend l’intérêt de son peuple au sérieux, ne l’est pas aux yeux des ronds de cuir eurocrates. Christine Lagarde, si tendre en son temps avec Bernard Tapie, ne supporte pas plus l’irruption grecque dans son bac à sable financier. La directrice du FMI pense que les discussions en cours sont comme « faire un massage cardiaque à un cadavre ». Elle est convaincue d’avoir raison ; la preuve : « Valéry Giscard d’Estaing dit la même chose que moi. »
 
Le très catholique romain Donald Tusk, il est vrai, se lave aussi les mains des migrants : « Il ne faut pas attendre de solutions rapides aux causes des migrations, parce qu’il n’y en a pas. » Ponce Pilate n’est pas mort. Et le préfet des Alpes-Maritimes joue de même au Yo-Yo humain avec ces pauvres hères, chassés par des guerres auxquelles les calculs en vigueur de ce côté-ci du monde ne sont pas étrangers : « Je fais appliquer la règle du jeu en vigueur au sein de l’Union européenne. » Hier, dimanche 14 juin, les députés européens du PS ont pensé à souffler les bougies des « 30 ans de l’accord de Schengen », jetant les bases d’une Europe forteresse aux humains mais pas aux capitaux. Ils souhaitent « longue vie à la libre circulation ! » et célèbrent « l’assurance d’un dynamisme économique, touristique et culturel considérable » (sic).
 
En Grèce, une nouvelle majorité tente de s’opposer aux vents dominant la planète. Barcelone, Madrid et tant d’autres villes espagnoles, ce week-end, se sont dotées de municipalités de guerre à l’austérité. Ce week-end, Guéret, en France, a de nouveau été le creuset des débats liant démocratie à réinventer et services publics à développer. Il est des idées qui peuvent se répandre comme flammes sur un baril de poudre, quand elles deviennent populaires. Nous ne jouons pas.

 

 

Michel Guilloux

 

-------------------------

 

Salle des fêtes, route de Vedène (Sorgues)

​-------------------------

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0