Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une occasion de se réjouir ( et d'en tirer des conclusions pour les prochaines élections régionales ? )

Large réélection du maire communiste sortant Roger Meï (49,35 %), devant la droite (42,05 %) et le Front national (8,61 %). Il avait mené campagne sur les « valeurs » de justice sociale et de solidarité.

l 'Humanité.fr

Christophe Deroubaix
Dimanche, 19 Juillet, 2015


Dans un second tour marqué par une abstention toujours aussi forte, le maire communiste de la ville depuis 1977 a presque obtenu la majorité absolue des votants, dans le cadre d’une triangulaire.

Le verdict des urnes est clair : Roger Meï, dont l’élection avait été invalidée par le tribunal administratif puis le conseil d’Etat, a remporté l’élection municipale partielle avec une marge beaucoup plus importante que celle de mars 2014 (69 voix). Dans un contexte de forte abstention (50% soit deux points de mieux que lors du premier tour), le maire communiste sortant obtient 49,52% des suffrages, renforçant encore son assise du premier tour (42%). Son opposant, Jean-Brice Garella, à la tête d’une liste  composée de socialistes et de « centristes » de l’UDI, et soutenue, pour le second tour, par Les Républicains, recueille 42% des suffrages contre 32% dimanche dernier. Le FN qui avait déjà subi un important recul il y a une semaine (12% contre 19% il y a un an) se tasse encore un peu plus (8,6%).

De ce scrutin organisé en pleine période estivale, on peut tirer deux conclusions. L’angle d’attaque choisi par l’opposition – demander une invalidation pour problème de justificatif fiscal d’un colistier de Meï, en l’occurrence le médecin-fondateur de la Maison des soins palliatifs, Jean-Marc La Piana - s’est avéré contre-productif. Nombre de Gardannais n’ont pas compris ou supporté qu’un nouveau scrutin soit organisé - en plein juillet, qui, plus est – pour un problème mineur concernant une personnalité de la ville depuis vingt ans. Ensuite, pour sa dernière campagne municipale (il a annoncé qu’il s’agirait de son dernier mandat), Roger Meï, maire depuis 1977 et figure du communisme des Bouches-du-Rhône, a remporté une victoire beaucoup plus large que ne le pensaient les observateurs. Il peut également s’enorgueillir d’avoir fait reculer le FN, qu’il a combattu durant toute sa vie politique.

---------------------

 

Profitons en pour saluer  l'opportunisme du premier secrétaire du Parti Socialiste Jean-Christophe Cambadélis, qui a rapidement  réagi sur Twitter .

" La gauche rassemblée gagne #Gardanne et étrille le Front national! La leçon est là. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque l'on sait que Jean-Brice Garella candidat officiel du  PS en 2014 face à  Roger Mei, est à l'origine de l'invalidation du maire sortant, que sa démarche pour y parvenir était soutenue à l' époque par le PS , que lors de ces nouvelles élections de 2015 le PS a retiré son soutien à Garella mais a malgré tout  présenté une liste commune PS/EELV  , il semble qu' outre la divergence profonde sur le sens du mot "Gauche", il semble que nous ayons maintenant avec le PS une divergence sur le sens de "rassemblée ".

Réjouissont nous  du mauvais score du Front National qui perd dans l' aventure  7 %  et un élu . Comme quoi, il est plus dur de mobiliser localement les électeurs sans l' effet multiplicateur d'une omniprésence dans les médias nationaux ou les vociférations d'un premier ministre pyromane.

------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0