Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n’a pas eu de mots assez durs pour condamner les auteurs d’une chemise déchirée, n’hésitant pas à les traiter de voyous, passibles de sanctions exemplaires.

La première d’entre elles ne s’est pas fait attendre. Elle est tombée lundi 12 octobre à 6h du matin.
Comme on vient appréhender des trafiquants de drogue ou des braqueurs, les forces de l’ordre sont venues appréhender, chez eux, à l’aube, des salariés qui luttent pour défendre leurs emplois !

Ainsi donc va la France sous le règne de François HOLLANDE!

Les uns, bénéficiaires du droit divin patronal, peuvent briser des milliers de vies sur l’autel de la rentabilité financière, faisant preuve d’une violence inouïe qui a conduit plus d’un salarié au suicide………..sans que « les donneurs de leçons » ne viennent leur demander des comptes !

Les autres, victimes de ces politiques économiques, n’entendent pas s’y soumettre, se rebiffent, luttent, « pètent un plomb » devant le cynisme de leurs dirigeants d’entreprises ……….et se retrouvent interpellés comme des malfrats !

Que l’on ne s’y trompe pas !

La méthode employée à l’égard de ces salariés d’Air France syndiqués à la CGT, est un signe fort envoyé à tous ceux qui dans ce pays n’entendent pas se plier aux injonctions du MEDEF et du gouvernement.

Elle témoigne d’une volonté politique clairement affichée qui s’inscrit parfaitement dans le sillage des lois MACRON et de la refonte /démolition du code du travail !
« Les plans sociaux doivent se discuter dans les salons feutrés entre gens de bonne compagnie !»
Telle est la vision socialiste du dialogue social.

Le monde du travail commettrait une erreur fatale à se couler dans ce moule.
Le piège est d’autant plus ouvert que des organisations syndicales savent déjà s’en accommoder !

Comme à Air France, les salariés de beaucoup d’autres entreprises doivent le déjouer en se rassemblant massivement dans les luttes s’ils veulent entretenir l’espoir de repousser les plans de suppressions d’emplois.

Tout le reste n’est que chloroforme et poudre aux yeux pour les conduire à renoncer, et, au final, à accepter ce que les tenants de la doctrine réformiste se font fort de négocier comme mesures compensatoires aux suppressions d’emplois.

Depuis des lustres, dans la plupart des conflits sociaux, ils nous servent le même plat indigeste : Un donnant/perdant qui marque durablement les consciences pour les détourner des luttes sociales, alors que le salut ne peut se construire que dans le rassemblement et l’action collective pour les revendications.

Devant de telles menaces, rien n’est plus urgent que de s’informer pour agir ensemble !

Les retraités dont je suis, ne sauraient se sentir exonérés de leurs responsabilités parce qu’ils ne sont plus dans « la boite », parce qu’ils bénéficient (pour combien de temps encore ?) du régime de retraite.
Aujourd’hui, personne ne peut se croire à l’abri du rouleau compresseur néolibéral.

Pour la défense de nos intérêts communs qui se conjuguent avec ceux de la ville, du département et de la nation, la solidarité de luttes actifs/retraités doit jouer à plein.


 
Alors, le jeudi 22 octobre 2015 à 17h30 devant la préfecture, soyons nombreux pour crier notre colère. Moi, j'y serais.

Michel SOLBES

 


----------------------------------

Signer la pétitions

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0