Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Vous êtes directeur des Hivernales, Centre de développement chorégraphique à Avignon et tête de liste FdG EELV dans le Vaucluse. Comment en êtes-vous venu à vous engager ainsi politiquement ?

Emmanuel Serafini : Je dirais que l’un n’a rien à voir avec l’autre, ce n’est pas le Directeur qui s’engage mais la personne privée. En tant que citoyen je ne me voyais pas assis dans mon fauteuil, assister à la victoire annoncée du FN dans notre Région… impossible… Certains s’engagent dans des associations de lutte contre le racisme, certains se mobilisent sous d’autres formes, moi depuis les Municipales j’ai rencontré beaucoup de gens avec lesquels j’ai réfléchi… Au moment des Régionales, pour constituer les listes, ces gens se sont souvenus de moi et m’ont ouvert la porte. Je n’ai pas dit non, et c’est Sophie Camard qui a proposé que je sois tête de liste car je réunissais pour elles deux critères au moins pour y figurer : être de la société civile et exercer dans la culture…

 

Vous avez lutté l’été dernier pour que les collectivités achètent le théâtre dans lequel vous programmez vos spectacles de danse. Pourquoi cette lutte, et comment s’est-elle conclue ?

E.S: Là aussi c’est l’instinct de survie qui a commandé l’action. La mobilisation a été sans précédent, plus de 4000 signatures sur une pétition pour sauver le CDC… cette action a eu pour effet de faire réfléchir notre propriétaire sur la nature de notre successeur (…) Néanmoins le problème reste entier car le lieu est toujours à vendre, et nous devons toujours louer sur nos fonds propres, sans aucune aide, ces locaux pourtant indispensables au CDC, mais surtout aux artistes (…)

 

Il est peu courant qu’un acteur culturel soit placé en tête de liste dans une élection régionale. En particulier quand il n’est, comme vous, affilié à aucun parti. Quelles sont, à votre avis, les raisons de ce choix de la part des Écologistes et du Front de Gauche ?

C’est vrai, et c’est la preuve qu’ils ont envie de faire de la politique autrement. Je connais peu de partis politiques qui sont prêts à jouer cette carte là… vous imaginez… le risque, les attentes… du coup je me sens à la fois fier et une grande responsabilité… Bon, j’ai l’habitude de côtoyer le monde politique, ayant été Secrétaire National du SYNDEAC, le syndicat des employeurs du spectacle vivant subventionné, puis en charge de la Culture, de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports à l’Assemblée des Départements de France (ADF)…

 

Quelles sont les grandes lignes de la politique culturelle que votre liste veut mettre en place si elle se trouve à la tête de la Région en 2016?

Notre message est clair, net, précis : AUCUNE AUSTÉRITÉ DANS LA CULTURE si nous dirigeons la Région au soir du 13 décembre. Comme je vous l’ai dit, avant d’être nommé à Avignon, j’habitais Paris. Lorsque je dirigeais le SYNDEAC, nous regardions avec attention et envie toutes les propositions de la Région PACA pour la culture. Nous avions tous remarqué que cette politique était à l’écoute des besoins du territoire comme des professionnels. Elle possédait par exemple des axes forts sur l’aide à l’emploi, l’aide à la structuration des équipes artistiques…

Au moment où les dotations baissent, il va falloir avoir des idées neuves, et co-construire… d’où la nécessité d’un large tour de table dans la Région pour évaluer les attentes et mettre en face les politiques qui s’imposent. Lors de la prochaine mandature qui nous mènera en 2022, il faudra faire preuve d’une capacité d’anticipation sans précédent pour ne pas subir toutes les mutations qui se préparent, mais les anticiper collectivement. Et faire de cette Région le leader dans la mise en œuvre d’une politique culturelle adaptée et en avance sur son temps.

L’obscurantisme s’attaque en premier lieu aux œuvres d’art, il faut donc tout faire pour les préserver. C’est pourquoi nous nous engageons à ce que les moyens de la Région pour la culture soient amplifiés. On privilégiera la transversalité dans toutes nos politiques, en incluant systématiquement la culture comme un des éléments du développement de la Région, dans le contrat de plan État-Région 2015-2020 par exemple.

Nous voulons intensifier le désenclavement des territoires ruraux en accentuant les projets culturels itinérants : lecture publique, cinéma, spectacle vivant, musées au pied de chez vous… Nous voulons favoriser les structures culturelles de proximité, sobres en argent public et bien plus en adéquation avec les attentes des populations, en lien direct avec les citoyens. Si l’éducation culturelle et les enseignements artistiques sont fondamentaux pour les jeunes, ne pas ignorer que la pratique permet de reprendre confiance en soi… Il faut accueillir des artistes et les faire dialoguer avec les lycéens. Pour faciliter l’accès de toutes et tous aux événements culturels en combinant déplacement en transport collectif et réduction sur tous les spectacles, il faut étendre la carte ZOU avec ces nouvelles options…

 

Vous croyez donc dans l’action politique ?

Oui ! Je pense que la gauche ce n’est pas pareil que la droite. Et que collectivement, avec les outils de notre démocratie, nous pouvons faire bouger les choses…

Propos recueillis par Dominique Marçon
Novembre 2015

 

candidat/http://www.journalzibeline.fr/directeur-et-candidat/

 

----------------------------

Réunion publique ce soir à Carpentras

 

----------------------------

Tag(s) : #REGIONALES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :