Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Vendredi, 8 Janvier, 2016
L'Humanité
 
Pas de trêve dans la guerre de tranchées entre direction et syndicats 
de la compagnie aérienne. Deux pilotes écopent de sanctions, sur fond de lutte pour sauver 2 900 emplois. Nouvelle grève en préparation.

En octobre dernier, le scandale des 2 900 nouveaux licenciements annoncés chez Air France se transformait en affaire des chemises déchirées. Bien joué (médiatiquement) de la part de la direction ! Mais (syndicalement) les personnels ne baissent pas les manches.

Hier, aux Invalides, dans le 7e arrondissement de Paris, le conseil de discipline de la compagnie aérienne se réunissait. Il s’agissait de définir le niveau de sanction à appliquer à deux pilotes du syndicat minoritaire Alter, accusés d’avoir utilisé leur badge, le 5 octobre 2015, pour faciliter l’accès des manifestants au local où siégeait le comité central d’entreprise. On se souvient que deux membres de l’équipe dirigeante avaient été évacués par-dessus des grilles, la chemise en lambeaux.

« Le nouveau DRH aurait pu annuler les sanctions. Il ne l’a pas fait »

Trois membres de la direction et trois représentants de syndicats de pilotes constituaient hier ce conseil de discipline. Les deux pilotes, mis à pied par la direction depuis le mois d’octobre pour « raisons de sécurité », avec maintien d’environ 80 % de leur salaire, rejettent l’accusation. Certes, ils ont badgé pour que la foule en colère passe des portillons, mais la zone n’avait rien de « réservée » puisqu’elle n’était pas située en zone aéroportuaire, soumise à des contrôles stricts. Le conseil pouvait aller jusqu’à la « peine maximale » prévue par le règlement intérieur, soit quatre années de gel des carrières. Il s’est contenté de proposer la peine plancher, soit quinze jours de mise à pied sans solde. Aveu de non-culpabilité ou volonté d’apaisement ? « S’il avait vraiment voulu montrer un changement de ton, le nouveau DRH (Gilles Gateau, nommé en remplacement de celui à la chemise déchirée) aurait pu annuler dès son arrivée toutes les sanctions disciplinaires. Il ne l’a pas fait », a fait remarquer Guillaume Pollard, d’Alter, le syndicat qui compte 200 adhérents.

Cette proposition de sanction a été transmise au directeur général adjoint d’Air France en charge des opérations aériennes, Gilles Laurent, et au directeur des ressources humaines, Gilles Gateau, qui valideront ou pas la sanction d’ici dix jours. La direction aura alors quinze jours pour trancher définitivement. La décision sera ensuite communiquée aux pilotes dans les jours suivants. Ils auront dix jours à leur tour pour faire un recours gracieux. La direction en aura ensuite quinze pour y répondre…

Transform 2015, Perfom 2020, des plans nuisibles pour l’emploi

Alter avait déposé un préavis de grève pour soutenir ces pilotes, mais le puissant Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire chez les navigants, n’a pas suivi. Il se dit qu’il est en passe d’aboutir à un accord avec la direction concernant le plan Perfom 2020, qui fait suite au plan Transform 2015, nuisible à l’emploi et aux conditions de travail de l’ensemble des personnels de la compagnie aérienne.

Nuisible pour les femmes et les hommes, pas pour les actionnaires ! « Le groupe Air France-KLM devrait dégager un résultat d’exploitation positif en 2015 », a déclaré A. de Juniac à nos confrères de l’AFP. Les résultats annuels seront officialisés le mois prochain. Le boss d’Air France, Frédéric Gagey, a de son côté souligné que ce résultat positif est « une première depuis 2008 ». Dans ce contexte, l’État actionnaire empochera sa part des bénéfices. Lui qui, rappelons-le, par la voix de Manuel Valls, a traité de « voyous » les manifestants du 5 octobre (depuis l’Arabie saoudite, où le pouvoir était en train de décapiter à tour de bras !).

Le plan Transform d’Air France « a permis de contribuer enfin au retour à une marge opérationnelle positive. C’est un vrai sujet de fierté », assure Frédéric Gagey. Ce n’est pas un plan qui fait réaliser des richesses ! Ce sont les personnels qui le concrétisent, non ?

Les nuances et l’analyse de la situation seront au cœur des débats de l’intersyndicale qui se réunira ce vendredi.

De son côté, la CGT a déjà déposé un préavis de grève. Tous les membres de la compagnie sont invités à cesser le travail le 28 janvier 2016, date (probable) du premier CCE d’Air France en cette nouvelle année. Les revendications portent en particulier sur l’abandon des poursuites judiciaires engagées contre cinq syndicalistes et le retrait des annonces de licenciements massifs au sein de la compagnie.

Air France nie les efforts des personnels.La société Air France-KLM annonçait une perte d’exploitation de 129 millions d’euros en 2014, mettant surtout en cause « la grève des pilotes » qui avait alors duré plus de deux semaines en septembre de la même année. Si les conflits se sont multipliés depuis, gagnant tous les personnels, les profits sont au rendez-vous pour l’année 2015. En témoignent 
les bons chiffres du troisième trimestre affichant un bénéfice net de 480 millions d’euros. Les actionnaires sont ravis. 
Les bons résultats seraient surtout 
dus cette fois… « à la baisse des prix 
du pétrole ».

 

 

Laurence Mauriaucourt
Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :