Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Par Patrick Apel-Muller Jeudi, 28 Janvier, 2016 L'Humanité

 

 La droite et l’extrême droite s’unissaient dans une même détestation de Christiane Taubira, coupable d’incarner des valeurs de gauche qu’elles exècrent. Leur satisfaction, hier, à l’annonce de la démission de la garde des Sceaux disait tout. 

Elle acte non seulement l’impossibilité de faire avancer des mesures progressistes dans ce gouvernement mais même de freiner l’évolution vers la droite du tandem gouvernant. Le moment de son geste – le jour où débutait à l’Assemblée nationale l’examen de la constitutionnalisation de l’état d’urgence – a été choisi. Il signifie une rupture amorcée par de multiples atteintes à sa conception de la justice, sur les mineurs, le Code de procédure pénale ou la primauté des autorités administratives sur les juges lors de l’état d’urgence.

François Hollande aurait préféré la garder, ligotée et muette auprès de lui. Mais il a choisi de séduire la droite en endossant son discours sécuritaire ou en délaissant la liberté pour l’ordre musclé. Ce faisant, il a encore rabougri sa majorité sans parvenir à enrôler la droite mise en appétit par ses victoires idéologiques. Quant à l’« éthique » que Stéphane Le Foll brandissait contre cette démission, on a vu ce qu’elle comptait pour Manuel Valls, qui s’est lancé hier dans une véritable carambouille contre la démocratie sur la déchéance de la nationalité. Il a prétendu que les binationaux ne seraient pas mentionnés mais que la mesure – élargie aux délits pour combler Nicolas Sarkozy – ne créerait pas d’apatrides… Donc seuls les binationaux seraient concernés. CQFD. En revanche, le départ de Christiane Taubira enterre les dernières illusions de nombreux partisans de la gauche, qui trouvaient encore en elle un port d’attache au gouvernement. Avec elle, le pouvoir se prive du symbole qu’elle incarnait, la seule mesure à mettre au crédit de ce quinquennat, le mariage pour tous. Et puisque l’ancienne ministre aime la poésie, souhaitons lui, avec Éluard, de rejoindre le combat de tous ceux pour qui « rives d’amour sont rives de justice ».

 

---------------------------------------

 

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0