Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Publié sur http://jcoutant.over-blog.com le 12 mars 2016

Lors d''une réunion de son parti cette semaine, Sarkozy a annoncé vouloir supprimer entre 300 000 et 350 000 fonctionnaires, augmenter le temps de présence des enseignants et revoir le statut des agents. En résumé, il veut s'en prendre à la fonction publique. Supprimer des postes, c'est diminuer les activités qui sont au service de tous. Et pour justifier cette diminution du nombre de fonctionnaires, il a précisé ce qu'il faudrait ; que « les contrôles (de l’administration) dans l’entreprise et chez les particuliers deviennent l’exception et non pas la règle (…) », avec un délai de prescription réduit à un an. » Ah oui, super idée de la part de ce tricheur et magouilleur, ça permettrait de faciliter les financements illégaux de campagne.

 

C'est drôle que ce genre de personnage voit toujours les économies à réaliser sur les autres. Mais si on commençait par supprimer les avantages des anciens présidents. Car ce sont quoi sinon des privilèges. Comment admettre que Giscard d'Estaing coûte annuellement 2,5 millions d'euros, Chirac 1,5 millions d'euros et que Sarkozy coûte quant à lui 2,2 millions d'euros aux contribuables ; tout ceci en frais de fonctionnement, de personnel et de sécurité. De plus, ce traitement leur est accordé à vie. Leur retraite ne suffit pas ? Dans le même temps, on demande des efforts aux citoyens lambda. En plus, Sarkozy fait des conférences à un tarif estimé entre 100 000 et 150 000 euros. Alors quand il annonce qu'il veut (faudrait-il qu'il soit élu) supprimer 350 000 fonctionnaires, c'est une honte. S'il servait la République au moins.

Il est au moins un ancien Président qui mérite du respect. Car comment ne pas penser à José Mujica, ancien Président de l'Uruguay âgé à présent de 80 ans. Il habite au fin fond de la banlieue pauvre de Montevideo. Là-bas, tout le monde le connait, il est affectueusement surnommé "Pépé Mujica". Il vit depuis plus de 20 ans dans une modeste fermette de 45 m². Même lorsqu'il était Président de la République d'Uruguay de 2010 à 2015, il n'a jamais cessé d'y vivre. Né d'une famille de paysans pauvres, il a toujours voulu rester au milieu des plus défavorisés et, s'il s'est engagé et a milité depuis son plus jeune âge, c'est justement pour défendre les plus pauvres et les opprimés ! En 1973, il est emprisonné et torturé par la dictature militaire, il sera détenu pendant plus de dix ans. En 1994, il sera élu député , puis sénateur en 1999 et réélu en 2004, puis en 2010 il accède à la présidence. De son salaire présidentiel, il en redistribue 90% à des associations caritatives, ne conservant que 10%, soit l'équivalent de 900 euros, montant du salaire moyen en Uruguay.

 

Quelle belle image qu'un tel homme. Quand il lui est demandé ce que cela lui fait d'être l'ex-Président le plus pauvre au monde, il hausse les épaules et dit : « Beaucoup de personnes sont pauvres, très pauvres, de par le monde. Moi, je ne suis pas pauvre, j'ai juste décidé de vivre de manière austère pour être plus proches de ceux qui le sont. Je ne fais pas l'apologie de la pauvreté, mais celui du partage et de la sobriété »

 

----------------------------------------

Tag(s) : #TRIBUNE LIBRE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :