Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photo FGTB

En Belgique, Kris Peeters, ministre de l’emploi présentera fin juin sa loi travail qui, comme chez nous, sera basée sur le dogme, jamais vérifié, que diminuer les contraintes pour les employeurs ferait baisser le chômage.

Parmi les mesures phares annoncées:

- L'annualisation du temps de travail et l’imposition de 100 heures supplémentaires non-récupérables et sans négociations préalables. Ces mesures feraient bondir la semaine travaillée de 38 heures aujourd’hui, à 45 heures demain.

- L'instauration d'un contrat à temps partiel sans indications d’horaires de travail, semblable au contrat "0 heure" des anglais. Ce contrat (inventé par le socialiste Tony Blair) permet d’«embaucher» un salarié sans lui garantir un salaire minimum ou un horaire de travail. Le « salarié » doit se tenir, en permanence, à disposition de l’entreprise, qui l’emploiera une heure, dix heures ou pas du tout dans le mois, selon ses besoins.

- La possibilité de conclure des contrats intérimaires à durée indéterminé.

 

 

Comme en France, la pilule ne passe pas et les travailleurs se mobilisent.

Le succès de la première journée d'action interprofessionnelle et intersyndicale, du 24 mai, a surpris par son ampleur à Bruxelles 80.000personnes ont manifesté contre la "loi Peeters".

Trois autres journées d'action sont prévues à la rentrée.

 

Photo FGTB

 

En attendant, les syndicats organisent des actions sur des thèmes ou revendications spécifiques et le moins qu'on puisse dire est que la mobilisation reste forte. Voici ce qu'en dit le journal La Croix (qu'on ne saurait pourtant qualifier de révolutionnaire):

Les cheminots francophones, par exemple, bloquent le rail en Wallonie (sud) depuis une semaine pour protester contre la suppression de jours de récupération. Ils devraient poursuivre leur mouvement jusqu’à au moins vendredi 3 juin. Ces mouvements de grève perturbent à des degrés divers les transports en commun. Mardi, seuls quelques trains roulaient en Wallonie (sud), tandis que de 30 à 40 % de la circulation ferroviaire était assurée en Flandre (nord), selon une porte-parole de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB).(...)

Les services publics, notamment du ramassage des ordures, ont aussi été fortement perturbés, mardi 31 mai. À Bruxelles, la plupart les ordures n’étaient pas ramassées, selon le service « propreté » local, cité par l’agence Belga."

 

Photo FGTB

 

Les lois travail, que l’on voit fleurir en Europe, sont supposées redonner de la compétitivité à un pays: celui-ci, devenu plus "flexible" que son voisin, produirait moins cher, verrait donc ses débouchés augmenter, sa production se développer et son chômage baisser.

En fait cela ne marche pas car le voisin applique la même politique, comme le montre ce qui se passe en Belgique (mais on pourrait aussi bien parler de la Grande Bretagne ou de l'Italie).

En fin de compte le chômage réel ne baisse pas mais la précarité se généralise. C'est le fruit pourri de la concurrence libre et non faussée (seulement entre les travailleurs) que nous impose l'Europe du Capital. Face à cette politique, l'appel de Marx résonne plus que jamais comme un impératif:  "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!"

 

Enver

 

--------------------------------

LOI TRAVAIL

SOLIDARITÉ FINANCIÈRE AVEC LES GRÈVISTES

 

Le pot commun.fr : Solidarité financière avec les salariés en grève 

C'est Ici

.--------------------------------

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :