Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Article publié le 18 août 2016 http://www.cgtfinances.fr

 

Colo à vendre.. !!

On a pu voir sur le boncoin.fr ce type d’annonces, mis en ligne par des municipalités désireuses de se débarrasser de leur patrimoine immobilier « excentré », style colonies de vacances.

D’autres ont céder leurs bâtiments à des promoteurs immobiliers, flairant les bonnes affaires et obtenant à vil prix des locaux, certes parfois vétustes, mais toujours très bien placés et à « fort potentiel » !

Est ce à dire que l’époque des jolies (??!!) colonies de vacances est définitivement révolue ?
On peut se le demander, alors même que nombre d’enfants ne partent jamais en vacances, ni avec leurs parents, ni par le biais des « colos ». Ce sont aujourd’hui plus de 3 millions de mineurs qui n’ont jamais passé une nuit en dehors du domicile familial ! L’époque semble définitivement révolue où l’on pouvait voir des colonnes de gamins, vêtus des mêmes polos ou coiffés des mêmes bobs arpenter les rues des stations balnéaires ou les sentiers de montagne.
Quand le pouvoir d’achat baisse, on rogne d’abord sur les loisirs, particulièrement dans les classes dites moyennes (ouvriers ou petits fonctionnaires, touchant moins de 2000 euros par mois).
Les politiques publiques d’aide aux familles ont également toutes baissé, les communes ont réduit leurs dépenses, les comités d’entreprises eux même ont bien souvent réorienté leurs colonies vers des séjours plus attractifs, plus « haut de gamme », renchérissant par la même leur coût, « la lente érosion des effectifs s’explique d’abord par les aides aux familles qui n’ont cessé de baisser de la part de tous les financeurs historiques des colos » explique ainsi le délégué général de l’Union des associations de tourisme et de plein air.

En 2015, 1,3 millions d’enfants ont ainsi goûté aux joies de la mer, la montagne ou la campagne ; c’est 200 000 de moins qu’en 2005. Si l’on ne fait rien, les colos auront toutes disparu en 2030 s’alarme un groupe de chercheurs du CNRS.

Les colonies, plus chères et « à thème » perpétuent et augmentent également les différences sociales : une famille à faibles revenus n’enverra ainsi pas son enfant dans une colonie orientée théâtre, arts plastiques ou perfectionnement du violon parce que c’est, d’une part plus cher et d’autre part éloigné de ses habitudes en matière culturelle ou de loisirs. L’enfant pourrait d’ailleurs lui même s’y sentir mal à l’aise et « largué » par des camarades déjà au fait de ces pratiques........

Pour contrer cela, certains plaident pour la création de « chèques colos » ou d’un « compte épargne colo », pour que « chaque gamin de notre pays fasse au moins une fois l’expérience de la colonie de vacances »

Il reste encore bien des 1936 à construire !!!

 

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :