Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Article publié sur Médiapart

Inlassablement semaine après semaine, le scénario se répète. Tel un écho puissant qui monte du bas de la société pour venir se fracasser  contre une chape de plomb. Une chape de plomb médiatique.    

« Je n’ai pas souvenir d’une consultation d’une telle ampleur » disait François Miquet Marty, président de l’institut Via-Voice, lors de la restitution publique de l’enquête « Que demande le peuple ? », organisée par le Parti Communiste Français.

Pour ma part, je dirai que je n’ai pas souvenir d’un tel silence médiatique autour d’un événement politique aussi important. Plus de 500 000 personnes rencontrées, 65 000 questionnaires dépouillés, ce n’est pas rien quand même !

Que Valeurs Actuelle ne fasse pas sa une sur cette initiative ne surprend guère.

En revanche l'absence de reportage radio et télé de la part du service public d'information pose question. Pourquoi un tel silence de France TV ou de Radio France à l'égard d'une enquête d'ampleur nationale sur les attentes du peuple (plus de 65 000 questions ont été remplis), quand les mêmes chaînes sont en boucle sur Emmanuel Macron, qui n'est pas encore candidat à l’élection  présidentielle, et c'est 25000 questionnaires.  Questionnaires censés  servir de base pour un diagnostic du pays, et dont on attend toujours la restitution.

 À voir la couverture médiatique dont a bénéficié le  fondateur du mouvement « En Marche » peut-être aurions dû nous ne pas les dépouiller ! Pourtant cette enquête, autant par son ampleur, que par son procédé novateur, aurait du légitiment faire l’objet d’une couverture médiatique importante.

Comment ne pas comprendre la colère des gens, quand d’un coté l’avis de 65 000 personnes est purement et simplement passé sous silence, alors que dans le même temps le tapis rouge est  déroulé à l’extrême droite ? Reportage sur Florent Philippot lors d’Envoyé Spécial,  Marine Le Pen invité sur M6 par Karine Le Marchand ou encore Robert Ménard, contradicteur politique d’Alain Juppé sur France 2 !

Cela n’est plus acceptable ! Le CSA, garant du respect du pluralisme, ne peut plus fermer les yeux sur de telles pratiques. Il doit intervenir !

L’affaire qui secoue actuellement la rédaction d’ITélé, avec  le recrutement « imposé » de Jean-Marc Morandini par l’actionnaire principal Vincent Bolloré, est symptomatique des ravages du libéralisme sur le monde journalistique, et la presse en général. Un monde où les liens entres finance et politique frôlent parfois la collusion d’intérêt, et dont les premières victimes sont souvent les journalistes.

Comment contourner cette chape de plomb médiatique ? Comment arriver à faire percer la voix des citoyennes et citoyens quand les grands groupes de presse sont détenus majoritairement par de grands groupes industriels et financiers? C’est effectivement une des problématiques importantes du moment.  

L’utilisation des réseaux sociaux que sont Facebook (31 millions d’utilisateurs en France), ou Twitter (11,8 millions d’utilisateurs), peut permettre de briser ce mur médiatique. Ils sont, qu’on le veuille ou non, un outil de démocratisation de l’information. Ils permettent à des millions de gens de donner leurs avis, de s’exprimer, de prendre position, d’alerter, de débattre, d’échanger. 

Mais parallèlement, il faut continuer à se battre pour une presse libre et indépendante financièrement. Une presse où les journalistes peuvent exercer de façon correcte leur métier sans subir de pression des différents actionnaires. Sans une presse plurielle, indépendante et participative qui donnera la parole aux jeunes, aux femmes, aux paysans, aux immigrés ou encore aux ouvriers ? Qui  donnera la parole au peuple comme vient de le faire le Parti Communiste français ?

Les enjeux sont colossaux. L’existence d’une presse plurielle et libre est la condition obligatoire pour permettre aux citoyens d’accéder aux débats d’idées contradictoires nécessaires à sa réflexion et sa participation à la vie publique et démocratique.

Alors emparons nous des réseaux sociaux, et continuons à nous battre pour une presse libre et indépendante ! 
 

Thomas Portes

 

Tag(s) : #MEDIAS, #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0