Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Fondation Abbé-Pierre dévoile ce mardi les conclusions de son rapport sur le logement en France, portant un regard sévère les promesses non tenues du gouvernement. Premier poste de dépense des familles, première préoccupation des Français après l'emploi, le logement est le grand oublié de la campagne présidentielle.

Et pourtant : des plus démunis jusqu'aux classes moyennes désormais – et c'est un fait nouveau –  une majorité de Français souffre de la folie des prix du logement. Notre pays compte aujourd'hui 143 000 SDF, deux fois plus qu'il y a 10 ans. C'est l'équivalent de la population d'une ville comme Angers, Clermont-Ferrand ou Brest. Les sans-abris représentent, ensemble, la vingtième plus grande ville de France. Voilà l'autre visage de la cinquième puissance économique du monde.

Surtout, la crise du logement se propage : la classe moyenne décroche violement en France en raison du coût du logement, l'un des plus hauts d'Europe (26,4 %) comme l'a relevé Eurostat en novembre dernier. Six millions de Français dépensent plus de 35% de leurs revenus pour se loger chaque mois. Consacrer plus d'un tiers de son salaire, c'est travailler plus d'un tiers de la semaine pour payer son loyer : du lundi 9 heures jusqu'au mercredi 14 heures. C'est surtout se serrer la ceinture et se priver d'autres dépenses indispensables. De soins chez le dentiste, d'un peu de vacances, d'une sortie avec les enfants, parfois de fruits et légumes sains.

Dans cette campagne présidentielle, nous voulons mettre le logement le cœur des débats parce que la baisse du coût du logement est le levier pour augmenter le pouvoir d'achat des Français.

Il n'y a pas de fatalité. La crise du logement peut être enrayée, d'autres pays européens y sont arrivés, à condition de volonté politique. Pour cela, il faut tenir tête et tenir bon, appliquer la loi de réquisitions des logements vides, construire des centres d'hébergement pour SDF, partout y compris dans les quartiers les plus riches de France comme dans le 16e arrondissement de Paris.

Nous proposons également de construire 200 000 logements publics chaque année, pendant 5 ans, en priorité dans les zones tendues. Nous proposons un élargissement et un renforcement de l'encadrement des loyers ainsi qu'une augmentation des taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires dans les régions en déficit de logements. Nous souhaitons, enfin, une hausse des aides à la pierre pour soutenir la construction.

Ian Brossat

Responsable national logement au PCF

 

----------------------------------

------------------------------------------

 

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :