Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.liberation.fr/debats 12 avril 2017

L’essayiste Thomas Guénolé invalide la nécessité du vote « utile » en faveur du candidat d’En marche qui, selon lui, s’éloigne des fondamentaux de la gauche.

Des électeurs de gauche envisagent de voter pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle, par « vote utile anti-FN ». Electeur de gauche comme eux, je pense que c’est une erreur.

Sans les juger, ce texte s’adresse à eux pour les en convaincre. L’argument du « vote utile anti-FN » repose sur l’état des sondages. Or, si l’on admet cet outil, alors il faut aussi constater deux choses. D’une part, compte tenu des marges d’erreur autour des scores annoncés, les fourchettes à la fois de Marine Le Pen, d’Emmanuel Macron, de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon se croisent : cela implique une probabilité raisonnable que n’importe quel duo se qualifie au second tour.

D’autre part, tous les sondages indiquent que Marine Le Pen est sèchement battue en finale par n’importe lequel de ces trois adversaires : ceci, même par Jean-Luc Mélenchon, qui la battrait 57-43 selon un sondage Kantar Sofres du 9 avril, soit une confortable avance de 14 points. Donc, puisque l’identité des deux finalistes est hautement incertaine et puisque face à Marine Le Pen n’importe quel finaliste potentiel gagnerait largement, il n’y a aucune raison à un vote utile anti-FN au premier tour pour Emmanuel Macron.

L’on pourrait riposter que les sondages se trompent beaucoup ces derniers mois ; et l’on aurait raison. Mais alors arrive une incohérence énorme, qui ne tient pas debout d’un simple point de vue logique. Si les sondages sont fiables, alors aucun vote utile n’est nécessaire au premier tour, puisque tout finaliste potentiel bat ensuite facilement Marine Le Pen au second. Et si les sondages ne sont pas fiables, alors Emmanuel Macron n’a plus aucun argument pour réclamer un vote utile, puisqu’au départ son raisonnement repose sur eux. Dans les deux cas, la nécessité d’un vote utile pour Emmanuel Macron au premier tour est donc invalidée. CQFD.

La définition d’un vote utile de gauche peut alors revenir aux fondamentaux. C’est simple : cela consiste à voter pour un candidat de gauche. Or, Emmanuel Macron ne l’est pas. Cela se démontre facilement. Être de gauche, ce n’est pas affirmer que « le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler », en ignorant donc que des millions de gens travaillent déjà très dur et ne peuvent pas se payer un costume pour autant.

Être de gauche, ce n’est pas asséner qu’aujourd’hui, l’alternative pour un jeune de banlieue se résume à devenir chauffeur Uber ou à dealer du shit, en oubliant donc les quelque un million et demi de jeunes de banlieue qui ne sont ni l’un ni l’autre. Être de gauche, ce n’est pas proposer de supprimer les allocations d’un chômeur qui refuserait deux offres payées 25% de moins que son précédent poste. Être de gauche, ce n’est pas proposer de baisser les taxes des actionnaires tout en augmentant la CSG, qui, par définition, fait plus mal au niveau de vie des plus pauvres (l’intégralité de leur maigre revenu partant en consommation, toute hausse de la CSG fait directement baisser leur niveau de vie quotidien). Le reste est à l’avenant.

Par conséquent, le 23 avril, sous aucun prétexte je ne voterai pour Emmanuel Macron. Et j’invite tous les électeurs de gauche qui l’envisagent à ne pas le faire.

Thomas Guénolé

Politologue et essayiste Thomas Guénolé est auteur du Petit guide du mensonge en politique (Fayard, 2017).

Tag(s) : #TRIBUNE LIBRE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :