Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ensemble de la section Oswald Calvetti du Parti Communiste ne peut que s'offusquer et  s' étonner des attaques  envers notre camarade Fabienne HALOUI et souhaite ici lui exprimer son entière solidarité.

La section Oswald Calvetti du PCF

 

--------------------------------

Il y a quelques jours, Laurence Boissier, candidate « insoumise », déclarait à L’Express qu’il était hors de question d’un désistement au second tour pour barrer la route au candidat du FN dans la 3ème circonscription.

Hier, c’était au tour de Farid Farissy, candidat « insoumis » dans la 4ème circonscription, d’annoncer à grands cris qu’il portait plainte contre la candidate du Parti communiste dans la circonscription en question pour « diffamation » et « confusion ». Cette annonce s’accompagnait de propos injurieux contre Fabienne Haloui, accusée de n’avoir pas été « foutue de chasser Bompard en 22 ans ».

Il est vrai que l’exemple vient de haut. Jean-Luc Mélenchon, qui leur doit pourtant beaucoup, n’a-t-il pas été jusqu’à accuser les communistes d’être « le néant et la mort » ?

La première fois que j’ai croisé Farid Farissy, il ne dédaignait pas de fréquenter les locaux de la Fédération de Vaucluse du Parti communiste.

Très vite, cependant, ce brillant jeune homme s’était rendu compte que le Parti communiste n’était pas le meilleur endroit pour faire carrière. Le PS vauclusien était à l’époque en pleine santé, les élus socialistes se comptaient par dizaines, dans les mairies, au conseil général de Vaucluse et jusqu’à l’Assemblée nationale.

Hélas, comme l’avait écrit Robert Burns avant que John Steinbeck ne lui emprunte son vers pour en faire le titre de son chef d’œuvre, Des Souris et des hommes, « les plans les mieux ourdis des souris et des hommes ne se réalisent pas toujours ».

Et, sans barguigner, Farid Farissy, qui avait un œil sur la mairie de Carpentras, se plia à la décision surprenante de la direction fédérale du PS vauclusien de soutenir au second tour de l’élection législative de 2012 la candidate parachutée Catherine Arkilovitch (disparue depuis corps et biens), malgré les objurgations de Martine Aubry et Harlem Désir. Et encore « se plia » est une formule inappropriée. Farissy fut un des artisans de ce maintien, sa propre femme servant de porte-parole à la rebelle (sic) qui prenait le risque de faire élire Marion Maréchal Le Pen. Mais pourquoi s’inquiéter ? La disparue, Farissy et quelques-autres n’affirmaient-ils pas, contre toute vraisemblance, qu’ils pouvaient l’emporter et que si tel n’était pas le cas, ILS seraient là pour organiser la Résistance ?

On en rirait si l’on n’avait connu la suite. Maréchal Le Pen en piste puis en place, structurant le FN sur tout le territoire de la circonscription, battant campagne pour les cantonales et faisant élire des FN sur les cantons de Monteux, Carpentras et Le Pontet.

On aurait pu croire qu’instruit par l’expérience, notre Farid en aurait tiré les leçons. Pas du tout ! Emporté par une animosité personnelle contre Francis Adolphe, le maire, pourtant socialiste, de Carpentras, contre lequel il alla même, le ridicule ne tuant pas, porter plainte sous prétexte qu’il lui aurait écrasé les testicules (sic), après avoir échoué à monter sa propre liste aux municipales, Farid Faryssy soutint un quarteron de vieux chevaux de retour post-soixante-huitards, au risque d’offrir la mairie à Hervé de Lépineau, son confrère au barreau.

La manœuvre échoua. De peu certes, mais une campagne dynamique et unitaire mit à mal les intentions sournoises de ceux qui préféraient voir à la mairie leur ennemi prétendu plutôt que leur camarade d’hier. François Corteggiani, qui fut un des artisans de la défaite d’Hervé de Lépineau et en fit les frais puisque le susdit l’attaqua en justice pour diffamation et réussit à le faire condamner par deux fois avant que la Cour de cassation ne lui donne tort, comme moi-même, violemment mis en cause par des gens du PG, dont j’avais pourtant été le candidat au premier tour de 2012, avant que sous la houlette de Jean-Michel Grémillet et José Robert (aujourd’hui candidat suppléant « insoumis » dans la 3è circonscription), ils soient pris d’une passion aussi soudaine que suspecte pour Catherine Arkilovitch, avons gardé quelques souvenirs cuisants de cet épisode.

Aujourd’hui, Farid Farissy est candidat « insoumis » dans une circonscription dans laquelle on ne l’a jamais vu. Il est vrai qu’il compte sur l’ombre bienveillante de son mentor. Il y a longtemps qu’il n’est plus attiré par le PC, qu’il a compris que le PS ne lui ouvrait aucune voix royale et que de soumis à insoumis il n’y avait jamais après tout que la distance d’un préfixe.

Enfin, la bonne nouvelle, c’est que dans un Vaucluse macronisé, où le refus de désistement de révolutionnaires « purs et durs » aura fait le jeu du FN et de la Ligue du Sud, on aura besoin de bras devant les postes frappées de disparition, les écoles et les lycées étranglés par les baisses budgétaires et les hôpitaux publics sacrifiés au privé.

Et que, bien sûr, on pourra compter sur Farid Farissy pour s’insoumettre.


 

Roger Martin,

(Militant communiste et, oui, définitivement, rebelle)

 

Un dernier mot : avez-vous été frappé, comme moi, du prurit qui ronge certains révolutionnaires de droit divin ? Plus ils affichent leur haine de l’État bourgeois, d’une justice aux ordres et leur fascination pour la rébellion, plus ils ont tendance à porter plainte pour un oui, pour un non ! Comme leurs « ennemis », Bompard à Orange ou De Lépineau à Carpentras. Et on ne peut que constater que, finalement, Farissy et de Lépineau ne partagent pas seulement le métier d’avocat et le fait que le second sera peut-être élu grâce au premier et à ses amis de la 3 è circonscription, mais la même passion de la chicane qui leur fait s’en prendre en justice aux mêmes adversaires. Hier François Corteggiani, aujourd’hui Fabienne Haloui.

--------------------------------

 

Communiqué officiel de Fabienne HALOUI candidate PCF 4eme circonscription de Vaucluse

Ayant soutenu activement Jean Luc Mélenchon, je n’ai cessé de me prononcer pour un accord entre la France Insoumise et le Parti Communiste aux élections législatives aussi bien sur le plan national que local mais j’ai été aussi favorable, dans un 2ème temps, à un accord avec toute la gauche dans le Vaucluse, là où l’extrême droite est majoritaire.

Le 3 mai 2017, à Avignon, lors d’une réunion départementale initiée par la France Insoumise avec le PS, le NPA, EELV et le PCF, un constat unanime a été dressé : l’extrême droite est menaçante dans 4 circonscriptions sur 5 en Vaucluse. Pour que la gauche soit présente au 2ème tour, il faut présenter une seule candidature.

Pour parvenir à cette union, la France Insoumise a proposé au NPA, au PS, à EELV et PCF d’approuver le programme de Jean Luc Mélenchon et de signer la charte de la France Insoumise: c’est incroyable mais vrai !

Au nom du Parti Communiste, après cette réunion, j'ai rendu publiques des propositions sérieuses respectant la diversité de la gauche :

Dans la 2ème circonscription, il était possible que le seul candidat de gauche soit Philippe BATOUX, appartenant à la gauche du parti socialiste, soutien de Benoît Hamon et appartenant au courant de Gérard Filoche

Dans la 3ème circonscription, il était possible que la seule candidate de gauche soit Mina IDIR, candidate communiste

Dans la 4ème circonscription, il était possible que le seul candidat de gauche soit Farid Faryssy, candidat de la France Insoumise

Dans la 5ème circonscription, il était possible que la seule candidate de gauche soit l’écologiste, Marie Christine Kadler

La France Insoumise qui a refusé de discuter nos propositions a déclaré mardi 30 mai, par la voix de Farid Faryssy : « LE PCF veut tout sans négociations…» (1)

Qui veut tout ? Le PCF qui a fait des propositions sérieuses pour parvenir à un accord ou la France Insoumise qui veut imposer sa charte et son programme au NPA, au PS, au PCF et à EELV ?

L’union aurait permis de susciter un espoir dans cette circonscription du Haut Vaucluse gangrénée par l’extrême droite, au lieu de cela 6 candidats identifiés à gauche vont chercher à se partager entre 18 et 22 % des voix. C’est pitoyable !

Alors que ce gâchis était évitable, Farid Faryssy déclare « préfèrer la division à la compromission » (2) en développant l’argument de campagne : « le PCF et Fabienne HALOUI ne représentent rien, elle n’a pas été foutue de mettre Bompard dehors en 22 ans"

Alors que je proposais de me retirer au profit de Farid Faryssy, en cas d’accord, voilà que ce dernier plutôt que de consacrer toutes ses forces à battre l’extrême droite tente de me décrédibiliser et de salir mon engagement.

Comme si l’extrême droite n’était pas un phénomène régional, national et européen, comme si on pouvait faire disparaître Jacques Bompard d’un coup d’aspirateur.

Nous aurions pu susciter un formidable espoir, au lieu de cela, nous partirons divisés pour le plus grand plaisir de nos adversaires ! Je le regrette mais je ne porte aucune responsabilité dans cette situation mortifère.

Fabienne HALOUI

(1)(2) Vaucluse Matin du 1er juin 2017

Tag(s) : #ELECTIONS 2017, #EXTREME DROITE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :