Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Victoire pour les routiers !

Dans l'entourage de Macron, dans les couloirs de l'Elysée, après la seconde journée nationale d'action unitaire contre les ordonnances, ils étaient quelques-uns à se féliciter de n'avoir pas lâcher d'un pouce face à la protestation montante des français à l'encontre de la politique illégitime de Macron et de sa bande. Un ministre s'est même payé le culot d'affirmer que Macron finira peut être son quinquennat à 10% de popularité, mais il aura fait le boulot !

Et bien quelques jours après seulement, ils peuvent tous déjà déchanter, ils ont du mettre le genoux à terre. Cela explique sans nul doute l'énervement de Macron et ses vulgarités et insultes à l'endroit des manifestants qui n'entendent pas lâcher d'un pouce, accusés par le chef de l'Etat de mettre le bordel plutôt que de chercher un emploi!

Et oui, face au mouvement lancé par les routiers, le gouvernement a du finalement céder, concédant une sanctuarisation de leur rémunération au niveau de la branche professionnelle plutôt qu'à celui de l'accord d'entreprise.

C'est une victoire pour les salariés du transport routier. Menacés de voir leur rémunération (13e mois, prime d'ancienneté, frais professionnel...) fixée non plus par la branche professionnelle mais par un accord d'entreprise, dans le cadre de la réforme du code du travail, un accord tripartite entre le gouvernement et les organisations syndicales et patronales du transport routier a finalement été conclu ce mercredi 4 octobre, satisfaisant leurs revendications.

Un accord qui garantit le maintien des diverses primes, des frais de déplacement ou encore du treizième mois dans le transport interurbain de voyageurs.

A l'appel de la CGT et de FO, les routiers avaient lancé un mouvement de protestation le 25 septembre qui a duré quatre jours appuyé par différentes actions (barrages filtrants, opération escargot, distribution de tracts) et menaçaient de rejoindre l'appel à la grève pour la journée du 10 octobre à l'initiative de l'ensemble des syndicats de la fonction publique.

C'est un accord "bénéfique pour les salariés" qui "empêche le dumping social par les entreprises moins vertueuses", s'est félicité Thierry Douine de la CFTC. S'il a salué les organisations patronales "qui ont accepté de répondre à nos revendications", il a en revanche pointé l'attitude du ministère du Travail qui "a été beaucoup plus difficile à convaincre". Dans un premier temps, le gouvernement avait déclaré publiquement qu'il ne validerait pas cet accord !

Selon la CFTC, si les organisations patronales "ont accepté de répondre" aux revendications, le ministère du Travail y était opposé.

On comprend ses réticences car c'est la logique même des ordonnances qui est dans le colimateur. Au final, Muriel Pénicaud a du céder et reconnaitre que "les partenaires sociaux se so[ie]nt accordés sur le fait d’intégrer dans un nouvel accord de branche, l’ensemble des règles auxquelles les organisations syndicales comme patronales ont manifesté leur attachement", et préciser que "le gouvernement s’engage à confirmer dans le code des transports les spécificités du transport routier en matière de frais de déplacement".

Cet accord tripartite est un premier recul significatif du gouvernement face au mouvement contre les ordonnances qui cassent le code du travail. La peur de la paralysie des dépôts de carburant, la montée en puissance du mouvement dans le pays et son ancrage dans les entreprises auront eu raison de la "détermination" de l'exécutif à démolir le pays.

Un sens qui n'a pas échappé à Jérôme Vérité, le numéro un de la CGT-Transports qui, si il s'est déclaré "satisfait" de l'accord, a tenu à prévenir : "Le combat continue contre les ordonnances"

La leçon à tirer est que ce gouvernement est beaucoup plus fragile qu'il n'y parait et il est possible de le battre quand on se mobilise, quand on fait grève et quand on se rassemble.

On ne lâche rien, on continue les mobilisations !

Dans les services publics le 10 octobre et avec les métallos le 13 octobre, On continue de se battre pour que les ordonnances soient retirrées et battues à l'Assemblée lors de leur ratification!

 

 

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :