Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://www.le-blog-de-roger-colombier.com publié le 29 décembre 2017

Si la catégorie A (sans emploi) baisse de 0,1% sur un mois, sur un an c'est vraiment minime: - 0,1% et la reprise de l'emploi se fait dans les boulots précaires. Quant au chômage des seniors, il continue à exploser: + 4,5% sur 3 mois et + 9,2% sur 1 an.  A part ça, ça va dit le pouvoir de droite et de droite. Et le Medef en est ravi, le palais de l'Elysée envisage de pratiquer l'un de ses diktats, en mettant en examen surveillé les chômeurs chaque mois sous peine de sanctions. Vous avez dit trêve des confiseurs et bien voilà.

Sans parler de l'une des ordonnances Macron, promulguée le 22 décembre: la toute nouvelle rupture conventionnelle collective. Elle permet de virer des charrettes de CDI sans avoir à prouver des difficultés économiques, sans avoir à proposer des postes de reclassement dans l'entreprise ni à réembaucher les virés en cas de reprise économique. Dans le même temps, après avoir viré des CDI, seniors pour la plupart  avec leur ancienneté dans la grille salariale, le patron peut embaucher tout à son gré CDD, intérimaires ou CDI jeunes.

PSA et Pimkie du groupe Auchan-Mulliez ont d'ores et déjà prévenu les syndicats de cette mise en action en janvier 2018. Le Figaro et Les Inrocks envisagent d'y recourir.

Communiqué de la CGT sur le chômage:

Les nouveaux chiffres du chômage montrent une baisse de la catégorie A (-0,8 % sur 1 mois, -2,4 % sur 3 mois) mais somme toute minime sur un an à -0,1 %.
La catégorie B a baissé sur 3 mois (-2,4%) mais continue d’augmenter sur 1 an (+ 4,2 %).
On relève surtout une explosion de la catégorie C, celle des demandeurs d’emploi ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois, avec plus + 4,5% sur 3 mois et + 9,2% sur 1 an.
La timide reprise économique s’accompagne de ce que nous dénonçons depuis désormais des années : la reprise de l’emploi se fait par les emplois précaires.
Et si le chômage des jeunes a tendance à légèrement baisser (-4,2% sur 3 mois et -1,6% sur 1 an), celui des seniors continue d’exploser (+1,1% sur 3 mois) et plus 5,5 % sur 1 an.
Les intentions du gouvernement pour durcir le contrôle des chômeurs ne feraient qu’aggraver cette augmentation de la précarité, encore une fois au profit des employeurs déjà largement gâtés en « flexibilité » par les ordonnances Macron.
La CGT ne laissera pas le gouvernement et le patronat insulter et culpabiliser les demandeurs d’emploi. Ces derniers ne demandent qu’à être accompagnés pour retrouver des emplois durables et pas des petits boulots destinés à confisquer encore plus les richesses produites par le travail de toutes et tous !

Montreuil, le 27 décembre 2017

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :