Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par  Alternative économique  de mars 2018

Certains aujourd’hui aimeraient nous laisser à croire et à penser que la lutte des classes telle qu’elle a été théorisée par Marx est un concept totalement dépassé.

S’il est vrai que la classe ouvrière n’est plus la même qu’il y a un siècle, et ce principalement par les avancées technologiques survenues et les évolutions des qualifications, le maintien d’une très grande majorité d’individus travaillant au service d’une toute petite minorité est plus que jamais d’actualité. Le 1 % contre les 99 %, les exploitants contre les exploités, les capitalistes contre les prolétaires, peu importe au fond les qualificatifs, la question de la répartition des richesses reste posée car les chiffres sont parlants : ce sont bien 56 milliards de dividendes aux actionnaires qui ont été versés en 2016, et ce uniquement pour les entreprises du CAC 40.

Le capitalisme, lui, au contraire du siècle dernier, est "dévoilé", au sens qu’il ne cherche plus à cacher ses méthodes. Il est également devenu mondialisé.

La pensée marxiste ouvrait des horizons aux ouvriers. C’est ce qui nous fait cruellement défaut aujourd’hui. Ce sont les mêmes recettes proposées depuis des années par des gouvernements qui, s’ils changent de noms ou de couleurs politiques, ont cessé depuis bien longtemps d’offrir de véritables perspectives d’émancipation aux peuples.

Ce dont nous manquons aujourd’hui, c’est d’une pensée moderne qui proposerait la fin de cette fabrique de l’exclusion, de ce modèle de précarité et de pauvreté appliqué au plus grand nombre. Dans cette société inégalitaire, les classes populaires, qui sont le plus grand nombre, portent en elle l’alternative. Mais ceux qui triment aujourd’hui ont-ils conscience d’appartenir à une classe ?

 

Philippe Martinez secrétaire général de la CGT

Tag(s) : #TRIBUNE LIBRE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :