Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  Chronique de  « La Marseillaise week end ».

 

 

 

 

 La chancelière, Angela Merkel, a sauvé – pour combien de temps?- son poste. Quant à son xénophobe ministre de l’Intérieur, il reste en fonction. Les deux branches de la droite allemande ont réussi à s’entendre sur le dos des réfugiés qui seront placés dans des «  zones de transit » avant d’être expulsés.

 

 Savez-vous où est installée la première « zone de transit»? À Dachau, dans la banlieue de Munich !

 

Les plus jeunes ne savent peut être pas. Dachau est le premier camp de concentration des nazis. En 1933, le camp a été ouvert spécialement pour réprimer les communistes allemands. Puis,  plus tard, il a été «modernisé» pour exterminer les Juifs, des résistants, des communistes, des homosexuels, des tziganes…

 

 

A Dachau,  plus de 40.000 personnes ont été assassinées entre 1939 et 1945. Dachau, c’était l’horreur. A un point tel que les déportés survivants ont gardé le silence pendant des années ne trouvant pas les mots pour d’écrire l’indicible.

 

A Dachau, les réfugiés de 2018 seront  rassemblés dans le «herb garden», une sorte de potager cultivé par les juifs déportés dans les années 1940 pour nourrir leurs tortionnaires. Tout un symbole.

 

Lorsqu’on évoque l’installation d’une « zone de transit» pour réfugiés dans sa commune à proximité de l’ancien camp de concentration, le maire de Dachau trouve la perspective « sympathique et humaine ».  « L’endroit est calme et loin de tout », ose-t-il vomir. Dans les années 1940, ses grands-parents n’avaient rien vu, rien entendu. Sa surdité et son aveuglement relèvent certainement d’un héritage familial.  

 

Dans la «Barbarie ordinaire, music à Dachau», Jean Clair écrit : « la mémoire - la culture – joua un rôle majeur dans le destin des déportés. » Et il prend pour exemple le peintre Zoran Music qui a réalisé au risque de sa vie une centaine de dessins décrivant ce qu’il a vu: les scènes de pendaison, les fours crématoires, les cadavres empilés.  Peux-t-on oublier de telles horreurs ?

 

Des alliances politiques véreuses, des compromis mortifères, enterrent une tragédie ou plutôt lui donne une seconde vie. A Dachau, les nazis peuvent relever la tête : avec l’installation des réfugiés à la porte du camp, ils prennent leur revanche.

 

Leurs descendants new look commencent eux aussi à s’installer : l’Union européenne avec à sa tête pour six mois le chancelier autrichien gouvernant avec les amis de Mme Le Pen, l’extrême droite aux affaires en Italie, en Hongrie et en Pologne. Cela commence à faire beaucoup. A laisser faire, le réveil pourrait être funeste.

 

 

José Fort

-------------------------------------------------------

 Les samedi et dimanche 7 et 8 juillet se dérouleront comme  chaque année, les journées du Livre de Sablet.

Le samedi à partir de 15 heures, le dimanche de 10h à 12h30 puis de 14h à 18h.

Notre ami et camarade ROGER MARTIN sera présent, comme chaque année.

En outre, le samedi à 17h30 il animera une présentation autour de l’assassinat de Martin Luther King , qui est le sujet de son dernier ouvrage, Le Rêve brisé, dans le jardin Pasquier.

 ------------------------------------------------------------- 

Tag(s) : #TRIBUNE LIBRE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :