Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ami(e)s et camarades étaient venus très nombreux à Velleron, ce lundi 14 janvier, pour partager une galette fraternelle et écouter notre secrétaire Bruce  Royer présenter les voeux de notre section pour 2019. Rouge Cerise publie ci-dessous son allocution.

R.C.

 

Photo Manon.B

 Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades, militant-e-s, compagnons de route  ou sympathisant-e-s , que nous nous croisions régulièrement dans l’action ou dans les débats ou que vous soyez de ceux qui, pour  des raisons personnelles, d’emplois du temps, de santé, d’ éloignement, ne peuvent être à nos cotés mais dont nous savons qu’ils nous soutiennent, je vous remercie au nom du bureau de la section Oswald Calvetti d'être présents ce soir pour que nous partagions ensemble quelques instants de convivialité autour d’un verre et d'une galette que nous préférons appeler républicaine.

Traditionnellement le début d’une nouvelle année est l’occasion de se remémorer celle écoulée et de se projeter dans celle à venir. Vous n’échapperez donc pas à quelques considérations politiques  mais, rassurez-vous, je promets d’être légèrement plus concis que notre camarade Fidel Castro lors de ses interventions .

Elle est aussi pour moi l'occasion de remercier publiquement les camarades de la section qui s’impliquent dans l’organisation de nos réunions, préparent et participent aux actions , collectent les cotisations et les dons, organisent le loto, répondent aux appels à tartes, tractent, collent et rendent visite aux vétérans . Merci camarades de faire de cette section une des plus actives du Vaucluse et de redonner tout son sens au mot fraternité..

Ce début d’année est également l'occasion d’avoir une pensée émue pour nos camarades disparus en 2018. Je pense à Sylvain, à Jeannot et  aussi à Albert, décédé lui en 2017, qui ont été si actifs dans la transmission mémorielle de l’histoire d'une période qu’aucun d’entre nous ne souhaite revoir, alors même qu’en Ukraine, en Hongrie, au Brésil et en Italie, la bête immonde se réveille et que son souffle fétide se répand sur le monde.  Plutôt Hitler que le Front populaire , plutôt Bolsonaro que Lula, rien de nouveau, depuis des années le Capital poursuit constamment  sa recherche effrénée du profit aux dépens des libertés individuelles.

En 2011, le magazine Forbes avait estimé la fortune d’Oncle Picsou à 44 milliards de dollars et celle de Batman à 9 milliards de dollars soit , au total 53 milliards cumulés par ces deux personnages de fiction. En 2018 , la fortune de Jeff Bezos , fondateur d’ Amazon s’élevait à 150 milliards de dollars ! Ce monde, que l’on nous présente comme l’unique possible, est un monde où une personne peut posséder 3 fois plus d’argent que des personnages  considérés comme les plus riches d’un monde totalement imaginaire  ! Ce monde est un monde où la fortune des 1% les plus riches dépasse celle  des 99% restants.

Ce monde est un monde où un immeuble, en plein centre de la deuxième ville de la cinquième puissance mondiale,  peut s’effondrer sur ses locataires faute d’entretien et où 106 autres immeubles insalubres sont évacués, sans solution de relogement pérenne pour leur 1100 habitants, parce que les profits de quelques-uns passent devant le bien-être de la majorité.

Ce monde est celui où un bateau de sauvetage en mer, l’Aquarius, reste à quai faute de pavillon parce que la solidarité et l’humanité ne sont pas cotées en bourse et que les vies des 16 800 migrant-e-s disparu-e-s en Méditerranée depuis 4 ans ne sont que broutilles pour les actionnaires du CAC40 .

Ce monde où le travailleur est considéré comme variable d'ajustement , où les délocalisations permettent de s’affranchir des problèmes sociaux et environnementaux, où les retraités ou les privés d’emploi sont considérés comme des fardeaux, ce monde où les plus riches peuvent sans vergogne réclamer aux plus pauvres d’être solidaires des plus démunis, ce monde où dorénavant la protection sociale, l'éducation, la cultures, la santé sont considérées comme des marchandises .

Ce monde d’ aujourd’hui n’est sans doute pas celui qu’imaginaient nos camarades réunis au congrès de Tours lorsqu’ils votaient la création du Parti Communiste il y a 98 ans de cela . Le CAC 40 ne s’est jamais aussi bien porté , les dividendes coulent à flot en direction  des paradis fiscaux (à défaut de ruisseler sur cette classe laborieuse bien prompte, selon notre cher président, à oublier le sens de l ‘effort ).

Élu grâce au soutien de quelques millionnaires, Emmanuel Macron prétend parler directement aux français. Dans la start up "Nation En Marche" nul besoin de ces corps intermédiaires que sont les partis et les syndicats! Plus question de clivage droit-gauche! Le parlement, lieu de débat, devient simple chambre d’enregistrement d’une politique destructrice entre autre des services publics!  Ce programme ultra-libéral  est le digne héritier   de  ceux de Thatcher et  de Reagan, qui depuis les années 1980 font la preuve de leur  efficacité à accroître les inégalités et les profits inouïes de quelques uns .

Conséquence de cette politique injuste, du mépris et de la condescendance dont fait preuve le gouvernement, les idées populistes, le dégagisme, le repli nationaliste , s’invitent dans tous les débats. Intox et confusion sont partout, entretenues par le Capital, trop heureux  de briser ainsi l’unité d’une contestation sociale qui ne pouvait manquer de se construire en réaction à ses exigences de profit .

En quelques années le virage libéral du parti socialiste et l'émergence de la France Insoumise, mouvement «  gazeux » selon les propres mots de Mélenchon, ont rendu de fait difficile, voire impossible, toute alliance constructive et progressiste.

En 2018,  notre parti quelque peu mis à mal par cette recomposition politique, décidait d’un congrès extraordinaire et de l’écriture  de ce que devrait être le "Manifeste Communiste du 21ème siècle". 

Nul repli identitaire dans cette volonté de s’affirmer: depuis bientôt 100 ans ce sont les idéaux communistes affichés et notre capacité à innover  qui ont fait notre force. Parfois, ils nous ont permis d’imposer, une vision émancipatrice de la société. À ce sujet je ne peux m’empêcher de vous lire cet extrait d’une interview de Bernard Tapie par Pujadas à propos des "Gilets Jaunes". Elle date d’ il y a quelques jours .

Je cite Bernard :

«... Autrefois on pouvait être pauvre et heureux, ce qui a changé c’est qu’il y avait des partis politiques qui faisaient leur vie et leur existence au service de ceux qui étaient pauvres. Le parti communiste, pesait 20 % des voix, toutes les municipalités communistes avaient des cours de musique, des cours de sport, des cours de théâtre gratuits comme c’était le cas dans les pays de l ‘Est ... »

Bel hommage non? Bien sûr, les mauvaises langues diront que le parcours peu exemplaire de Bernard Tapie, fils d’ouvrier communiste, ayant eu si peu d’empathie pour les salarié-e-s resté-e-s sur le carreau, lors des rachats d’entreprises dont il s'était fait une spécialité, n’est pas véritablement probant quant à l'efficacité à long terme d’une éducation communiste … soit … Voyons là le rappel qu’il nous faut revenir sans cesse à la tâche. Militer c’est expliquer, convaincre, impulser , ne rien lâcher, se remettre sans cesse en question  et toujours se former .

Ne rien lâcher, c’est ce que nous avons fait à la section Calvetti, tout le long de 2018, en apportant notre soutien aux luttes des cheminots , aux salarié-e-s d’ Eurenco, à la défense des services publics, aux retraité-e-s . Ne rien lâcher et reprendre ce qui nous revient de droit, réaffirmer nos valeurs et nos convictions c’est ce que nous devrons faire tout au long de l’année 2019.

Le mouvement des "Gilets Jaunes" interpelle par son ampleur et sa durée tous les militants communistes, engagés de longue date dans des luttes bien moins médiatisées. Il nous interroge par ses contradictions et ses revendications, ses risques de dérives et de manipulations, sa violence parfois, mais il  faut  reconnaître qu’il porte en lui une légitimité: celle de retranscrire l’impuissance et la colère d’une partie de la population face à la dégradation de  ses conditions de vie . Parti des travailleurs et des opprimés , Parti de la lutte des classes, le Parti Communiste ne peut traiter de manière méprisante l’engagement durable de ces milliers de personnes s’ exprimant publiquement souvent  pour la première fois de leur vie!   Cet engagement est parfois  maladroit,  il lui arrive aussi de se fourvoyer dans les pièges que lui tendent les opportunistes et confusionnistes en tout genre. Rejet des immigrés, homophobie, islamophobie, antiparlementarisme, anti-syndicalisme sont à l’opposé de nos valeurs et nous ne les cautionnerons jamais  mais nous nous devons d’être au côté de celles et ceux qui sont désireux de rejeter la tentation extrémiste, prêts à bâtir un front uni, prêts à établir un rapport de force en faveur de la classe ouvrière .   
Pour terminer , je voulais partager avec vous ce petit texte de notre camarade Pierre Dharréville, député de Bouches du Rhône, qui je crois, résume assez bien ce que peut être le parti communiste et ses militants en 2019 .

 

« Mon Parti se méfie des gestes d’humeur qui déçoivent si vite les mouvements profonds.
Mon Parti ne se satisfait pas de l’écume, il préfère les lames de fond.
Mon Parti encourage l’action collective et se méfie des dégagismes.
Mon Parti connaît les contradictions et n’a pas de pensée simpliste.
Mon Parti croit aux rapports de force et pas aux baguettes magiques. 
Mon Parti tire les leçons de l’histoire et ne se la raconte pas.
Il sait d’où il vient, mais il connaît la force d’inventer.
Mon Parti porte un espoir parfois fragile, mais il le porte avec audace, force et fraternité.


« Je suis communiste, je suis amour des pieds à la tête », écrivait le poète turc Nazim Hikmet.


Sans naïveté, avec fraîcheur, soyons ensemble ce Parti. »

------------------------------------------------------------------------------- 

------------------------------------------------------------------------------- 

Tag(s) : #A LA UNE AUJOURD'HUI

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :