Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un article du blog de José Fort

 

Nous avons tous ou presque vécu un jour où l’autre les urgences. Pour ma part, je ne suis pas prêt d’oublier celles du Kremlin Bicêtre où nous avons accompagné ma belle-mère, une femme de 87 ans. Elle est restée 4 jours sur un brancard avant d’être dirigée vers un service adapté à sa pathologie.

 

Nous sommes nombreux à avoir bénéficié de soins dans un hôpital. Nous avons tous, à part les mauvais coucheurs, noté le courage, la disponibilité, les compétences et l’abnégation des personnels, médecins, infirmières et infirmiers, aides soignantes et soignants, brancardiers… Des femmes et des hommes remarquables mal payés, maltraités qui sont de véritables héros de notre nation. Et voilà qu’on réduit les lits, qu’on ferme des services, qu’on diminue les personnels au nom de la rentabilité. Demain, les riches auront leurs propres hôpitaux, les pauvres un service de santé réduit au minimum. Voilà ce que nous promettent Macron, son gouvernement et la millionnaire ministre de la Santé, la sinistre Mme Buzin.

 

 

Voici le témoignage de deux infirmières réquisitionnées par la gendarmerie.

 

Il est 0 h 45, mercredi 29 mai. Cette jeune femme de Lons-le Saunier dort lorsque la sonnette de son logement retentit. La jeune infirmière, seule avec ses deux enfants cette nuit-là – son conjoint travaille –, a la surprise de trouver face à elle des gendarmes venus lui porter une réquisition du préfet du Jura. Il lui faut se présenter à son service des urgences de l’hôpital de Lons-le-Saunier, alors qu’elle n’est pas inscrite au planning du jour.

 

« Les gendarmes étaient gênés mais je ne leur en veux pas, raconte-t-elle. J’ai eu du mal à rendormir les enfants mais je n’ai pas retrouvé le sommeil. J’ai dû m’organiser pour les faire garder. J’ai fait ma journée, stressée. Quand je suis rentrée, les gendarmes étaient à nouveau devant ma porte avec un ordre de réquisition pour le lendemain. » Cette fois, elle leur a présenté un arrêt maladie.

 

Des témoignages comme celui de cette jeune femme pullulent sur le net. Une infirmière de la région parisienne ajoute que « la lueur des gyrophares illuminait tout le quartier, les voisins à la fenêtre croyant d’abord à une rixe lorsqu’ils m’ont vu sortir. Sans menottes, il est vrai.

 

 

Il n’est pas possible que nous laissions notre service public de la santé conquis de haute lutte à l’abandon pas pour tout le monde car celui de la finance s’y intéresse de près. Une pétition circule sur le net «  Urgence santé ». Signez et faites signer.

 

 

 

José Fort

 

  • Les urgences de Bagnols-sur-Cèze en grève

Plus d'info sur le blog de la section Gard rhodanien du PCF

 

  • Manifestation à Avignon mardi 2 juillet  

Comme il a été décidé lors de notre congrès de l’UD, nous appelons l’ensemble des syndicats, militants, camarades du département à participer à la journée d’action du 2 juillet pour la défense de notre système de santé.

 Vous trouverez ci-dessous, l’appel de notre

 

  • Rendez-vous dès 9h30 cours Jean Jaurès (devant l’esplanade - cité administrative) pour soutenir une délégation qui sera reçue par la déléguée territoriale de l’ARS (Agence Régionale Santé).
  • Dès 10h30, nous partirons en manifestation vers le Conseil départemental où une délégation sera reçue sur la question des EHPAD et de la protection de l’enfance. 

Soyons nombreux à participer à cette journée d’action pour la défense  de notre système public de santé !

 

Appel de l'Union départementale santé – action sociale CGT

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES, #SERVICES PUBLICS, #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :