Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour la troisième fois,   5 millions de salariés des Très Petites Entreprises (entreprises de moins de 11 salariés)  vont voter, fin  2020, pour élire leurs représentants.

Aux dernières élections en 2016  la CGT était arrivée en tête (25,12 % des votes) devant la CFDT (15,49 %) et FO (13,01 %) . La participation était très faible participation 7,35%. 

L'article de la CGT, que Rouge Cerise publie ci-dessous, explique l'enjeu de cette élection.

Les communistes ont au moins une autre raison  de s'intéresser à ces élections: favoriser l'éveil d'une conscience de classe chez des travailleurs qui ont  plus d'obstacles que d'autres à s'en rendre compte.

Le vote de 2020   peut être l'occasion pour les salariés des TPE, très rarement syndiqués, une occasion  de sentir qu'au-delà de leur grande diversité (ménage, théâtre, restauration, etc ...) ils ne sont pas des individus isolés mais qu'ils  ont des intérêts communs avec tous les travailleurs. Une occasion pour qu'une conscience de classe s'éveille....

Encore faut-il que l'information sur ces élections et leurs enjeux leur parvienne et dans ce domaine on ne peut compter ni sur le patronat ni sur les médias.

Mais chacun d'entre nous peut peser  sur ces élections, cela quelque soit son statut: actif ou retraité, indépendant ou salarié. En effet, des salariés des TPE nous  en rencontrons à chaque instant: en portant bébé à la nourrice, en faisant les courses ou réparer la voiture, en buvant un coup au bar.  Il est  donc possible de  profiter de ces contacts pour  leur parler de ce scrutin et de leur droit à y participer. 

Et on peut compter sur les communistes  pour que dans les dix mois qui viennent  le message passe!

R.C.

Campagne TPE : nouer le dialogue avec les salariés

 

La campagne TPE est lancée et se déroulera jusqu'au 20 novembre 2020. L'enjeu est de taille : les salariés des TPE représentent 36 % du corps électoral dans le secteur privé.

La campagne TPE 2020 a été officiellement lancée. L'enjeu principal de ce scrutin est de co-construire une campagne avec et pour les 5 millions de salariés que comptent les TPE (très petites entreprises, moins de 11 salariés), qui ne connaissent pas ou peu notre organisation, afin qu'ils soient mieux représentés.

De fait, beaucoup de ces salariés ne savent pas qu'ils peuvent élire des conseillers paritaires interprofessionnels régionaux.

Pour preuve : aux dernières élections, le taux de participation était de 7,4 %. Faire connaître cette élection est donc un objectif important de cette campagne.

Pour ce faire, des porteurs de parole syndicale seront dépêchés chaque mois dans une région, pour écouter les salariés parler de leurs conditions de travail et faire émerger des thèmes revendicatifs.

Ce mois-ci, les porteurs de parole se sont rendus sur un chantier de construction, pour discuter de la question de la précarité.

Dans les prochains mois, ils se rendront dans la région Grand-Est, dans les Pays-de-la-Loire, en Occitanie et en Normandie, avec pour thèmes :

  • la saisonnalité,
  • l'égalité,
  • la santé au travail,
  • les conditions de travail,
  • la pénibilité,  
  • les retraites, entre autres.

« Pour cette campagne, plusieurs enjeux se croisent : il s'agit de gagner en représentativité, mais aussi d'aller à la rencontre des salariés pour construire avec elles et eux des revendications. L'autre enjeu concerne leur place dans l'organisation, beaucoup n'ont pas de vie syndicale. Il faut comprendre leurs attentes et réfléchir avec eux à la façon de les accueillir à la CGT », estime Angeline Barth, qui pilote la campagne.

L'enjeu est important, ces travailleurs représentent 36 % du corps électoral dans le secteur privé.

C'est pourquoi cette campagne va être déployée dans toute la France. Les échanges noués avec les salariés permettront d’enrichir la compréhension des réalités de ce salariat et de co-construire des propositions revendicatives.

La CGT

Le 3 février 2020

 

"Si personne ne bouge maintenant, qui va le faire pour nos enfants ?"
Bruno, concierge dans un immeuble parisien, nous explique pourquoi c'est important de voter aux élections 2020 dans les très petites entreprises.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :