Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Intervention CGT réunion 8 avril 2020   -   David TESIO Secrétaire Général

 

En préambule je tenais à remercier M. Le Préfet, pour cette audio conférence, même si nous aurions aimé qu’elle ait lieu bien avant les 3 semaines de confinement que nous venons de passer. Mais nous avons eu, lors de nos différents échanges téléphoniques, l’occasion de s’expliquer sur ce retard et en comprenons les raisons.

Nous remercions également la DIRECCTE pour les fiches métiers, correspondant aux activités dites essentielles et là vont s’arrêter les remerciements, car justement il est maintenant tout à fait urgent de procéder à la définition des activités essentielles et à la fermeture immédiate de celles ne contribuant pas aux besoins vitaux.

Et je regrette à ce moment-là, que les organisations patronales, n’aient pas été invitées, car je pense qu’il eut été important qu’ils entendent ce que les organisations syndicales ont à dire.

 

Le gouvernement ne peut avoir un double discours. D’un côté rabâcher sans cesse de rester confiné, allant même jusqu’à réprimer un maximum de personnes, notamment dans certaines régions (la région parisienne pour ne pas la citer) avec des préfets dignes de nos années les plus noires.

Et d’un autre côté ne rien faire lorsque nombre d’entreprises dont l’activité est non essentielle, restent actives, ou en allant même, à remettre en cause ou restreindre les codes de bonnes pratiques même unanimes, par les ministères comme c’est le cas dans le BTP.

 

C’est le cas de certaines entreprises comme pour la SEPR, EURENCO et SINIAT qui se sont arrêtées suite au droit de retrait des salariés ou de grève, mais qui ont toutes repris leurs activités.

EURENCO avec une dérogation pour fabriquer du gel hydroalcoolique, or à l’heure d’aujourd’hui ils n’en produisent plus du tout, mais ont repris la fabrication d’explosifs.

Ou comme d’autres, sous prétexte d’être dans le secteur essentiel qu’est l’agroalimentaire, qui continuent de produire alors que nous pouvons avoir de grands doutes sur le sens de l’activité essentielle :

C’est le cas pour

  • Ducros, qui produit des herbes à destination du Qatar, est-ce réellement vital ?
  • Smurfit   toujours en activité ...Pas de masque mais du papier d'emballage...et un cas de COVID19 avéré
  • Aptunion toujours en activité...est-il essentiel de manger des fruits confis dans la période
  • Hyteck Aroma Zone...production maintenue...besoins urgents d'huiles essentielles 

Pour ne citer qu’eux…

Le confinement reste selon les experts scientifiques ou les médecins, le moyen le plus efficace pour lutter contre le COVID 19.

 

C’est pourquoi nous demandons     

  • La mise à l'arrêt de tous les secteurs non vitaux, non nécessaires pour lutter contre l'épidémie.
  • L’arrêt des sites, y compris dit « essentiels », lorsque la production n’est pas vitale où lorsqu’un cas de COVID19 a été décelé.
  • Le maintien intégral des salaires et revenus pour les salariés. Interdiction des licenciements et de sanctions contre ceux qui utilisent le droit de retrait.
  • L’exemption du travail, sans perte de salaire, pour tous les salariés considérés comme vulnérables

 

Notre pays est particulièrement touché et le nombre de personnes contaminées ne cesse de s’accentuer. Et le pic pour le Vaucluse est attendu d’ici peu, et sera selon les experts un des départements les plus touchés. Beaucoup d’hôpitaux seront submergés par l’arrivée de nouveaux malades nécessitant des soins intensifs et longs. L’ensemble des personnels soignants ainsi que ceux des secteurs du soin à domicile (les aides à domicile dont les conditions de travail sont difficiles depuis toujours, et  encore plus avec la pandémie), dans les maisons de retraite font face, attachés à leur mission de service public, mais force est de constater que leur condition d’exercice pose question. En effet, les commandes de masques, de matériel médical, voire de médicaments ou les tests annoncés par votre gouvernement tardent à se concrétiser.

Surtout, depuis le retournement du gouvernement sur le port du masque, devenu depuis peu obligatoire pour tous.

 

C’est pour cela que l’UD CGT 84 réitère les demandes précédentes, afin de réquisitionner les moyens de protections car beaucoup d’entreprises ont du matériel (gants, surblouses, masques…) et n’ont pas d’obligation de travailler. J’en ai cité plus haut beaucoup d’autres exemples comme FARRAUD, qui malgré 2 cas de COVID19 avérés continue la production de compote, est ce vital ? Nous savons que dans ces entreprises des protections sont utilisées. Elles pourraient servir dans les établissements de santé, les EHPAD et dans toutes les professions obligées de travailler et qui sont en contact avec le public (commerce, ambulance, transport, …).

Comme au CHA, mais aussi en psychiatrie comme le CHM où il est difficile de faire appliquer les gestes barrières aux patients (et qui vous ont alerté sur le positionnement aberrant de la direction), à l’ADVSEA qui accueille des enfants et des jeunes 24 h / 24 et bien d’autres encore.

Nous demandons également que soit mise en place une cellule psychologique pour tout le personnel soignant et des EHPAD, consultable sur leurs heures de travail, car même si leur métier les amène à fréquenter le pire du pire, dans ce qui est la mort d’un individu, comment gérer la mort de plusieurs dizaines de patients en peu de temps, dont vous êtes devenu en un mois, le soignant, le confident, la famille, et en se retrouvant après leurs heures de travail confinés pour la plupart, seul à la maison.

De mettre en place dans les EHPAD des moyens de communication entre patients et leur famille, et avoir un véritable recensement de décès dans ces établissements.

 

En ce qui concerne les commerces, Pour la CGT il est primordial de réduire les plages d’ouvertures, pour ne pas exposer davantage les salariés. Nous demandons la fermeture des grandes surfaces dès le samedi après-midi et bien sûr le dimanche, afin de ne pas donner l’impression aussi que les familles peuvent aller se promener le dimanche en famille pour faire les courses.

 

La situation que nous vivons exige que l’ensemble des entreprises contribuent à la solidarité de la Nation, c’est pourquoi vous devez imposer pour toutes, la suppression des dividendes aux actionnaires. Pour le moment votre ministre de l’Économie s’est contenté d’une simple déclaration pour demander aux entreprises qui reçoivent des aides publiques de ne pas verser de dividendes. Nous avons l’expérience de la crise financière de 2008 et cela n’a pas fonctionné, Il va sans dire qu’un contrôle des aides publiques aux entreprises doit être garanti et une attention particulière doit être portée aux conséquences en matière d’emploi qui pourraient toucher les salariés notamment dans les petites et moyennes entreprises, les secteurs de l’économie sociale et solidaire et plus largement dans tous les secteurs d’activités et cela en lien avec les organisations syndicales représentatives.

 

Participer également à la prise en charge des salaires à 100%, ou de la perte de salaire, par les entreprises dans le cadre de la mise en activité partielle. Dans un pays comme la France, qui est au 6ème rang mondial des pays les plus riches et championne du monde du reversement des dividendes, pour le moment seuls les salariés subissent cette crise de plein fouet. Les actionnaires et les grands groupes ne pourraient-ils pas participer financièrement au soutien de l’économie.

Et aussi déclarer l’Etat de catastrophe sanitaire afin de mettre à contribution également, par exemple, les assurances et permettre le paiement du chômage partiel à 100%.

 

Je me permets un aparté, sur le chômage partiel, car nombreuses entreprises n’ont pas encore eu de réponse sur leur dossier, ce qui les incite de fait à reprendre leur activité.

 

Pour revenir sur le sort des salariés, quelques questions pratiques s’imposent, à partir du moment où l’employeur fait travailler ses salariés, il doit le faire dans le respect des règles sanitaires et de « distanciation sociale » comme il est dit. Malheureusement nous savons que ce n’est souvent pas le cas. Quels moyens ont les salariés pour se protéger ? Dans les entreprises où il y a des représentants syndicaux élus au CSE, les camarades ont déjà du mal à faire respecter les règles. Nous nous interrogeons donc pour les entreprises où il n’y a pas de syndicat. Et quel moyen de contrôle a-t-on ? Demander un arrêté pour risque biologique ? Qui porte la responsabilité dans le cadre de la contamination sur le lieu de travail ?

La CGT rappelle que dans les PME et TPE il n’y a pas de représentant du personnel.

 

Comment les mandatés CGT peuvent se déplacer lorsqu’ils doivent accomplir leur mission dans le cadre de leur mandat (conseillers du salarié, DS, Elus CSE, Défenseur).

 

Enfin, nous voulons également dénoncer les méthodes anti démocratiques, (une fois n’est pas coutume) du gouvernement qui, avec la promulgation de « l’état d’urgence sanitaire », bouleversent une fois de plus le code du travail.

Déréglementations majeures en particulier sur le temps de travail, les congés, la prise des RTT ou encore le compte épargne temps et la possibilité d’user de ces régressions jusqu’à décembre 2020 !

Politique scandaleuse du gouvernement qui utilise la crise sanitaire pour déroger, dans certains secteurs économiques dits « essentiels » mais non définis, pour faire régresser le droit du travail.

Les secteurs concernés par ces déréglementations seront définis unilatéralement par le gouvernement par le biais de décrets.

A ce jour, aucun décret n’est paru, nous considérons donc qu’aucune dérogation ne peut s’appliquer. Nous demandons dès lors, l’abrogation immédiate de ces ordonnances qui organisent de manière scandaleuse la déréglementation du travail.

 

Ces nouvelles attaques contre les conditions de travail des salariés ne feront qu’amplifier une colère déjà présente chez les travailleurs exposés au COVID 19.

 

Enfin, nous espérons vivement, car l’histoire et le présent nous en donnent raison, qu’une fois sortis de cette crise inédite, nous bâtirons sur les revendications des organisations syndicales, des réorientations majeures indispensables pour une société réellement plus juste, solidaire et durable dans les domaines économiques, sociaux et écologiques.

 

--------------------------------------------

Audio Conférence du 8 avril 2020

 

Présents à l’audio conférence :

  • M.GAUME Préfet de Vaucluse, Secrétaire Préfecture, M. Lacour Directeur DIRECCTE
  • Les OS : CGT (J. Caillé et D. Tésio), FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, UNSA (sic)

 

Introduction du Préfet, sur un tour d’horizon du Vaucluse :

  • Confinement bien respecté dans l’ensemble sur le département, même s’il admet qu’il est plus facile de rester confiné dans une maison avec jardin, qu’au 8ème étage d’un HLM. Malgré tout 200 verbalisations par jour.
  • À ce jour 16 décès dans les établissements de santé (hors EHPAD, domicile…)
  • Il a  sollicité plusieurs entreprises, pour fabriquer masque alternatif, visière plexy…

 

La CGT a pris la parole (voir intervention ci-dessus), plus un complément sur EURENCO mais aussi sur l’industrie en général a été apporté par Jérémy.

 

Les autres OS ont ensuite pu s’exprimer rejoignant pour la plupart notre intervention.

FO : Droit du travail, activités essentielles… et plus pointu sur le commerce.

UNSA : Commerce, fiches métiers, personnes âgées, festival d’Avignon

CFDT : activité partielle et télétravail, aide à domicile, dérogation sur les élus et mandatés

CFE-CGC et CFTC : ont très peu parlé

 

Quelques réponses ont été apportées :

  • Nous avons été surpris d’apprendre qu’une nouvelle fiche métier sur le BTP venait de voir le jour, du coup le BTP est devenu une activité essentielle…
  • EHPAD : le nombre de décès est connu du Préfet mais il n’est pas autorisé pour le moment à le divulguer comme pour ceux décédés à domicile. Mais pour le moment peu. Il sera surement autorisé très prochainement à le diffuser, comme cela a été le cas au niveau national.
  • En cas de COVID19 avéré dans une entreprise : à l’époque de la phase 2, les personnes en contact devaient être en confinement 14 jours, aujourd’hui en phase 3 pas de réponse précise, mais suite aux diverses discussions téléphoniques avec le préfet, il m’a expliqué que le but était que 60 % de la population soit contaminé mais de façon à ne pas submerger les hôpitaux.
  • Réquisition masques, blouses… Le Préfet ne le fait pas sous le vocable réquisition, mais a déjà récupéré auprès des opérateurs plus de 150 000 masques, et plusieurs milliers de sur-blouses et sur-chaussures, il a mobilisé les industries agroalimentaires, ainsi que la filière électro nucléaire, la filière hydro électrique, compagnie nationale Rhône Durance, EDF et CEA, où il a pu récupérer plusieurs matériels de protection…
  • Aide à domicile : dès cet après-midi il va solliciter l’ADMR, le CCAS afin qu’elles soient munies de matériel adéquat.
  • Festival d’Avignon : il n’en sait encore rien, mais au vu du nombre important de participant chaque année, il doute de son maintien.
  • Généralisation des tests pour le personnel soignant, aide à domicile et EHPAD : pour le moment les tests nasals effectués avec le grand coton tige ne sont pas fiables, ils donnent souvent un faux positif, un nouveau test sous forme de prise de sang est en cours…
  • Activité partielle et télétravail : le salarié peut être mis en activité partielle pour une durée de travail donnée, et être le temps restant en télétravail.
  • Représentants syndicaux : élus CSE même en activité partielle, peuvent se rendre sur le lieu de travail, l’employeur devant lui fournir une attestation. Un rappel va être fait aux employeurs.
  • Conseillers du salarié : Attestation de sortie des conseillers du salarié (voir fiche conseillers du salarié).

 

A la fin de la réunion qui a duré près de 2 h, le Préfet a souligné et félicité tous les salariés de la fonction publique, cela a été l’occasion de lui rappeler qu’il ne faudra pas les oublier à la fin de cette crise, et qu’il fallait justement une autre politique et afin arrêter la casse des services publics, à quoi il a acquiescé.

 

Sur le reste des revendications de la CGT, l’UD CGT Vaucluse va adresser un nouveau mail pour de ce qui est du domaine local :

-          Fermeture des centres commerciaux à partir du samedi midi, et bien sûr le dimanche

-          Mise en place d’une cellule psychologique, sur le temps de travail (personnel soignant, EHPAD..)

-          Mise en place de moyens de communication (style skype) entre patients et leur famille

-          Dérogation sur le droit de travail (temps, RTT..) alors qu’il n’y a pas de décret.

 

Concernant les revendications nationales, le Préfet s’est engagé à les faire remonter.

 

--------------------------------------------

--------------------------------------------

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :