Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Petit rappel extrait de la NVO:

"Le 28 janvier 2020 se tenait un nouvel épisode du procès de Goodyear. Il y a six ans, la fermeture de l'usine avec ses 1143 licenciements provoquait un cataclysme dont le bassin d'emplois ne s'est jamais remis. Malgré une répression patronale inouïe, 832 salariés licenciés poursuivaient toujours la lutte pour démonter l'absence de motif économique à leur licenciement. Ils réclamaient entre deux et quatre ans de salaires de dédommagement. Pour ce procès hors norme, la grande salle du Mégacité d'Amiens (Somme) avait pour la seconde fois accueilli l'audience du Tribunal des prud'hommes. Un millier de personnes avaient fait le déplacement. Une fois encore, les salariés et leur avocat Maître Fiodor Rilov ont répété que le groupe Goodyear réalisait 2,5 milliards de profit au moment de la fermeture. "

 

Après treize ans de combat acharné, la victoire est totale. Ce jeudi 28 mai, les prud’hommes d’Amiens ont donné raison aux 832 anciens salariés de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord qui contestaient leur licenciement économique. L’entreprise a été condamnée pour « licenciement sans motif économique valide », et les licenciements ont été considérés par la justice comme invalides.

 

 

L'AFP nous apprend:

 

Le juge départiteur – un magistrat professionnel chargé d’examiner le dossier, les conseillers prud’homaux non professionnels n’ayant pas réussi à se départager en 2018 – leur a donné raison sur tous les tableaux. Il leur a reconnu un préjudice moral, en raison de la dureté du conflit qui les avait opposés à la direction.

 

Les ex-salariés réclamaient chacun plusieurs années de salaire, et selon nos informations, ces sommes leur ont été accordées dans leur intégralité. Goodyear va donc sans doute devoir payer des millions d’euros, et ce immédiatement. Fait rare, l’exécution provisoire du jugement a en effet été prononcée. L’entreprise a pris « acte » du jugement et a indiqué « se réserver le droit de faire appel ».

 

« Ce jugement fera date, nous faisons la démonstration que les combats qu’on mène, on les gagne !, se félicite auprès de Mediapart Mickaël Wamen, l’ex-leader CGT de l’usine. Malheureusement, l’usine ne sera pas reconstruite, les machines ne seront pas réinstallées et les emplois ne reviendront pas. »

 

La CGT assure avoir décompté plus d’une dizaine de suicides dans les rangs de ceux qui ont été licenciés. « J’ai une pensée très émue pour tous nos collègues qui nous ont quittés. Cet argent ne les remplacera pas, mais aidera leurs familles », déclare Mickaël Wamen.

 

​​​​​​À l'heure ou le capitalisme et ses commis des gouvernement, ravage dans de très nombreux pays les conquis sociaux des travailleurs, les Goodyear nous montrent que le chemin  qui conduit à la victoire est celui de la lutte,  de la lutte de classe.

 

RC

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :