Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous communistes, sommes fiers d’avoir compté parmi nous un militant, qui sans désemparer a suivi le chemin de l’émancipation de l’homme vers le socialisme que nous voulons pour notre pays.

La Vérité (1983)

Notre camarade Émile Roure ( dit "Le Mile") fut le premier responsable de l'Armée Secrète du secteur de Gordes. Arrêté sur dénonciation en 1943, il fut déporté au camp de Dora. Maire de Gordes à la Libération, il resta jusqu'à sa mort en 1983 un militant communiste extrêmement respecté et  apprécié.

À la section Oswald Calvetti nous avons la chance d'avoir une militante, Josiane Marchal, qui est jeune depuis plus longtemps que la plupart  d'entre nous puisqu'elle a fêté cette années ses 90 ans. Adhérente de la cellule de Gordes,  elle a recueilli de  l'épouse d'Emile Roure Élyse ( pour ses amis "la Zize") un anecdote  sur l'arrestation d'Émile qu'elle publie aujourd'hui dans Rouge Cerise.

Nous  la remercions de faire revivre pour nous la mémoire de ces camarades que notre Parti est fier d'avoir eu pour militants.

Rouge Cerise

----------------------------------------

 

Décembre 1971, de droite à gauche:

Émile Roure (le Mile) , un ami de famille, Léon Juillard, Elyse Roure (la Zize).

 

 

J’ai lu avec intérêt le livre édité par la fédération pour les cent ans du PCF en Vaucluse, particulièrement la passage sur la résistance dans le pays d’Apt. Le nom de ROURE Émile m’était très cher…

 

Nous arrivions de Lorraine avec la crise des mines et de la sidérurgie et avec notre passé de militants ouvriers dans cette région, avant tout agricole, qui s’ouvrait doucement au tourisme…

Emile  et sa femme Elyse (dite ‘’la Zize’’), nous ont adoptés.

 

Émile était secrétaire de la section de Gordes, composée essentiellement d’anciens résistants.

J’ai beaucoup appris sur Émile en questionnant les copains. Tous avaient un immense respect pour l’homme qu’il était ; à sa mort en 1983, nous étions désemparés. Il a eu des obsèques très dignes et est parti avec sa carte du Parti sur lui. Nous avons fait graver sur une stèle "A Emile, un homme véritable’’.(*) Il repose au cimetière de Goult où sa femme l’a rejoint.

 

C’est elle qui m’a raconté son arrestation à Gordes en 1943 .

 

Ce soir là, comme presque chaque jour, il sort ravitailler les hommes du maquis.  Il se couche ensuite et, peu après, des coups furieux résonnent au travers de la porte !  Emile se lève en chemise et va ouvrir aux policiers ; il avait été dénoncé.

Très digne  il dit alors aux gendarmes : "je vous suis, le temps d’enfiler un pantalon…’’ et, devant la Zize médusée, il prend un pantalon dans  l' armoire  puis dit : "je vous suis.’’

 

C’est à ce moment que Zize réalisa que le pantalon qu’il portait  avant de se coucher était enfoui dans les couvertures et en le fouillant, elle  trouva dans une poche un papier avec des noms dessus. Elle le brûla aussitôt. Comment le faire savoir à son époux? 

 

Le restant de la nuit malgré sa peine, elle échafauda une mise en scène incroyable qu’elle réalisa la lendemain.

 

Elle parti avec ses deux filles de sept et dix ans pour la prison d’Avignon et joua la scène d’une mère éplorée sans argent. Son mari, un tyran, disposait d’un compte mais ne lui avait pas donné procuration. Elle se présentait  donc pour qu’il lui signe une procuration. Comme elle devait avoir l’air très sincère,  elle obtint gain de cause et pu voir Émile  qui signa cette "procuration’’. Elle lui fit comprendre la vraie raison de sa venue et il fut soulagé.

 

Pour lui, cependant, un long calvaire s’ouvrait: le camp de concentration de Dora mais, au moins, les vies de  copains avaient été sauvées.

 

 

 

Josiane Marchal
 

(*) Non pas machisme mais en référence au livre du même nom écrit par Boris Polevoï

 

---------------------------------------------

Pour en savoir plus sur Émile Roure

 

1) "La Vérité"  journal de la cellule de Gordes en 1983:

 

(Ici)

 

2) La Marseillaise : "Son exemple demeurera vivace"

 

 

3) Extrait  du panneau sur la Résistance à Gordes

 

Tag(s) : #TRIBUNE LIBRE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :