Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La déception que j’ai ressentie a laissé la place à la colère, une colère qui est aussi dirigée contre moi-même.
Car j’ai bien l’impression que nous avons été victimes d’une manipulation et que nous ne l’avons pas vu venir.
Encore, le dimanche matin à l’ouverture des bureaux de votes, un camarade nous disait que par une source « très bien informée » (venant, soit disant, des renseignements généraux) nous serions entre 20 et 24 % et nous ne demandions qu’à le croire (et pourtant maintenant cela parait énorme).
C’est un principe élémentaire de la manipulation : dit à quelqu’un ce qu’il aimerait entendre et il va le gober sans sourciller.
Sans compter, l’enthousiasme soulevé par les rassemblements auquel nous avons participé.
Sans tomber dans les théories du complot, il y avait des intérêts objectifs pour gonfler les prévisions pour le Front de Gauche :
Pour le parti socialiste cela permettait de ramener les hésitants qui, tout en voulant donner une certaine puissance d’influence au Front de Gauche, ne voulait tout de même pas qu’elle soit démesurée.
Pour la droite et l’extrême droite cela permettait de faire peur et, d’une part, de ramener dans le giron de l’UMP des électeurs tentés par Bayrou et, d’autre part, de faire une mobilisation de tous les abstentionnistes.
Maintenant, le verdict est tombé et il faut l’analyser plus froidement :
1) D’abord 11%, c’est loin d’être minable. Il faut se rappeler qu’au mois de décembre nous en étions encore à espérer un score à deux chiffres.
2) Donc nous avons gagné du terrain et nous l’avons gagné aussi dans l’électorat populaire qui n’allait pas ou plus voter.
3) Nous avons renoué avec les travailleurs et avec les syndicats pour lesquels le Front de Gauche constitue un soutien et une alternative politique crédible, alors qu’il y avait jusqu’à présent un vide politique
4) Nous avons influencé l’ensemble de l’échiquier politique à tel point que tous ont repris certaines de nos revendications alors qu’à l’origine ils n’y faisaient pas allusion. Que ce soit l’augmentation du SMIG, le rôle de la BCE, la taxation des exilés fiscaux, la taxation des hauts revenus. Ca c’est une victoire politique qualitative.
5) Il y a maintenant une alternative à gauche, un projet à gauche et un projet vraiment de gauche, ce qui fait que les luttes peuvent avoir un prolongement.
Notre  objectif qui était de battre le Front National n’est pas atteint, mais nous avons convaincu bon nombre de gens qui ne voyait que cette alternative pour exprimer leur colère.
Alors il faut éviter le deuxième effet Kiss Cool qui serait de baisser les bras ou d’être tenté par la politique du pire. Il faut qu’aucune voix du Front de Gauche ne manque pour battre Sarkozy.
Bien sur Hollande ne me fait pas rêver et je n’ai aucune illusion sur la politique qu’il va appliquer. Mais, on a déjà voté Chirac, c’était pire.
Il faut voir ce qui nous attend avec Sarko, c’est une recomposition de la droite avec le Front Nazional, les attaques contre les syndicats et le droit de grève et le droit du travail (avec la destruction des conventions collectives, la primauté du contrat de travail sur la loi, etc…, etc …).
L’hypothèse de penser que les attaques frontales et violentes de la droite vont susciter des réactions révolutionnaires immédiates est un leurre.
Il n’y a qu’à voir la Grèce, malgré les 9 saignées qu’ils viennent de subir, ils n’ont pas pris les armes pour autant (et pourtant je ne pense pas que les grecs soient des abrutis ou des peureux).
Une population mise à genoux n’est pas mécaniquement révolutionnaire, elle est d’abord engluée dans la résolution des problèmes vitaux urgents et quotidiens.
Il n’y a qu’à voir aussi les banlieues ou les pillages qui ont eu lieu en Angleterre. Cela n’aboutit souvent qu’à des révoltes et pas à des révolutions.
Donc, d’abord un magnifique 1ermai, pour montrer à Sarko où sont les  travailleurs et pour montrer qu’  « on ne lâche » rien et qu’ « on est pas fatigués ».
Ensuite, une bonne campagne pour les législatives, parce que le nombre de députés de gauche est fondamental pour le soutien aux luttes.
Et puis après les luttes sur tous les terrains.
Remarque : Si Sarko repasse les travailleurs de Fralib et de Conti et tant d’autres sont liquidés en moins d’un mois.
Attention, la propagande de la droite est loin d’être terminée.
Maintenant les rumeurs sur des négociations secrètes des composantes ou des personnalités du Front de Gauche avec les socialistes vont se déchainer.
Pourtant les positions des uns et des autres sont claires, mais on va y avoir droit et plus d’une fois pour distiller le doute en utilisant la ficelle qu’il n’y a pas de fumée sans feu.
N’écoutez pas le chant des sirènes. Il n’y a qu’une voie à suivre sinon le Front de Gauche s’effondre.
Henri Morin
Tag(s) : #SE FORMER - COMPRENDRE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :