Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'eauLe collectif des usagers de l’eau ne désarme pas sur le contrat d’Avignon et prépare une marche le 31 janvier.

La lutte pour la régie publique continue, et ce malgré que la date - officielle - de fin du contrat avant prolongation approche, le collectif de l’eau reste mobilisé. Du côté des institutions, pas de conseil municipal ce mois-ci à Avignon, et si un conseil communautaire est prévu ce lundi soir, il ne devrait traiter que des affaires courantes en quelques questions.

Les militants savent donc que rien ne viendra avant la date fatidique des institutions, le Grand Avignon ayant refusé de mettre à l’ordre du jour une délibération abrogeant celle qui a prolongé le contrat, la ville, elle s’étant contentée d’en appeler à l’arbitrage du directeur Départemental des Finances Publiques, un arbitrage qu’il avait déjà rendu à l’époque de la délibération. Et c’est peut-être cet avis là, qui n’est que consultatif pourtant, qui pourrait permettre un angle d’attaque judiciaire. En effet le collectif des usagers attaque la délibération au tribunal administratif, au motif que le DDFiP n’a rendu qu’un seul avis pour les deux contrats, au lieu de deux. Le recours du collectif a été déposé le 22 décembre.

A la rencontre des usagers qui se mobilisent

Les militants dénoncent en attendant une faiblesse des élus « alors que malgré les promesses, et les dérives que nous n’avons de cesse de dénoncer de la part du fermier, la nouvelle municipalité d’Avignon ne s’est pas positionnée pour l’abrogation de cette prolongation du contrat » dira Marcelle Landau. « 2 millions d’euros de dividendes versées chaque année rien que pour la Société Avignonnaise des Eaux, c’est autant d’argent qui pourrait servir à d’autres choses... » Après avoir tenu 39 points de rencontres avec les citoyens du Grand Avignon, recueilli plus de 5500 signatures pour la régie publique, les militants ont pu entendre ce qu’en pensaient les usagers. « On nous dit que c’est une chance, que Mme Helle l’avait promis. Mais on nous parle aussi beaucoup de coupures d’eau qui continuent malgré l’interdiction, des égouts qui débordent, des fuites. C’est important pour nous que la population se mobilise. »

« On ne doit rien à Veolia »

Le collectif continue de contester les affirmations qui parlent de sommes faramineuses à verser à Veolia si le contrat cesse « Ceux qui disent ça font mine de ne pas savoir qu’un contrat caduc n’est pas un contrat en cours. » Déçus aussi des élus « pro régie », les militants les interpellent « que font-ils ? Qu’attendent-ils pour aller eux aussi au TA ? », ciblant les élus avignonnais, et les maires de Caumont, Morières, Entraigues. Une marche pour la régie» se prépare pour le 31 janvier.

Sur ce qu’ils reprochent au fermier actuel, Claude Polian revient sur « une part du délégataire qui entre 2002 et 2014 a augmenté plus vite que l’inflation », une disposition inscrite dans les contrats. « La régie publique, elle pourrait décider de l’évolution des tarifs, mais avec la DSP, c’est augmentation tous les six mois. La part du délégataire a ainsi augmenté de 43% en 12 ans... »

Marie Odile Ponzio insiste sur l’absence de contrôle des élus « les comptes d’affermage, comparés aux comptes de la société que nous nous sommes procurés, gonflent la part des salaires, par exemple.

 

 

 La Marseillaise

 

Tract du collectif de l'eau

 



Tag(s) : #LA VIE DES ASSOCIATIONS

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :