Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Capture d’écran 2015-01-09 à 06.19.17

 

 

L’attaque contre Charlie Hebdo et la volonté de faire taire une voix qui dérange soulèvent dans le pays une émotion légitime et salutaire. Rouge Cerise relaie ci-dessous  l'appel   à se rassembler dimanche à Avignon. L’émotion, si légitime soit-elle, est facilement manipulable. Il s’en faut d’un rien  pour que se lève le vent mauvais d’une  autre haine, celle qui  rendrait tous  les musulmans du pays comptables de cette tragédie, les transformant ainsi en boucs émissaires d’une crise que les politiques d’austérité ont engendrée . Pour éviter ce drame, il nous faudra passer de l’émotion à la réflexion. Il nous faudra prendre en compte une réalité complexe et contradictoire.  Dans cette optique, Rouge Cerise propose 2 textes, l’un d’Anicet Le Pors  et l’autre de notre ami Serge Guérin

R.C.

M

M

Appel du Front de Gauche Vaucluse
La douleur face au meurtre politique de nos amis de Charlie Hebdo et des policiers qui les protégeaient reste immense. Nous sommes dans le temps du deuil mais nous espérons que leurs assassins seront vite rattrapés et jugés.
Mercredi nous étions aux rassemblements spontanément organisés. Le FDG appelle naturellement aux marches citoyennes de ce week-end.
Nous manifesterons en hommage à l’équipe de Charlie Hebdo, en solidarité avec leurs proches, leurs collègues et leurs amis. Nous manifesterons au nom de la liberté d’expression et des valeurs défendues par l’équipe de Charlie Hebdo car ce n’est pas n’importe quel journal qui a été attaqué. C’est un journal qui, fondamentalement, s’oppose à l’ordre établi avec une arme, l’humour et la dérision.
C’est pourquoi nous manifesterons en refus de tous les racismes, pour l’égalité contre les discriminations, pour une laïcité émancipatrice et la liberté de conscience. 
Cette marche est une réplique républicaine contre l’obscurantisme et les intégrismes religieux d’où qu’ils viennent. Le Front de gauche condamne toute les tentatives d’assimiler les musulmans vivant en France à ces actes terroristes. Les forces qui prônent l’exclusion et la xénophobie n’y ont donc pas leur place à commencer par le FN. Ce serait insulter la mémoire de nos amis. 

Nous sommes des Charlie et nous le resterons.


Appel du MRAP de la LICRA et de la LDH
La LDH, la Licra et le Mrap de Vaucluse appellent tous les citoyens à sortir de chez eux Dimanche 11 janvier 2015 et à se rassembler à 14h30 devant la gare d'Avignon pour une marche jusqu'à la place de l'Horloge en hommage aux victimes de la tuerie de Charlie Hebdo.
Parce que nous n’acceptons pas le fanatisme et la violence, parce que nous sommes attachés à la démocratie et à l’État de droit, parce que la liberté de la presse est un des biens les plus précieux que nous ayons acquis, nous voulons vivre ensemble, sans racisme et sans discrimination, en paix et en harmonie quelles que soient nos origines. Nous appelons les femmes et les hommes vivant en France, les organisations syndicales et politiques, les associations et tous ceux et toutes celles qui sont attachés à cet idéal à  se joindre à nous, sans mot d’ordre ni slogan, sans banderole ni bannière.
Juste pour être ensemble.
V

 

X
"Tribune libre d' Anicet Le Pors (*), en réaction à l'attentat contre Charlie Hebdo".(L'Humanité.fr)


Capture d’écran 2015-01-09 à 07.59.13
La sûreté et la résistance à l’oppression sont des droits de l’homme et du citoyen. Aussi des mesures de sécurité sont-elles nécessaires pour conjurer les violences faites aux biens, aux personnes et aux idées. Mais elles ne sauraient constituer des réponses durables et fondamentales aux maux dont souffre notre société en métamorphose, en décomposition sociale profonde, se traduisant notamment par une perte de repères idéologiques, politiques, moraux. Situation dangereuse, consécutive de l’échec d’un XX° siècle « prométhéen » que j’illustrais en 1993 par le titre d’un livre Pendant la mue le serpent est aveugle emprunté à Ernst Jünger.
L’une des manifestations de cette décomposition est la montée des dérives sectaires et des intégrismes (catholiques, islamiques dans la récente période, et d’autres) et les forces pour les combatte doutent à la fois de la nature des principes à défendre et des moyens à mettre en œuvre. Cela s’est traduit par des attitudes de faiblesse et de facilité dans la confrontation nécessaire des idées. Faiblesse dans la défense de la laïcité et du service public. Facilité dans la confiance exclusive en la loi et la réglementation pour combattre des manifestations qui ont leur source dans des mœurs, des cultures et des religions qui se réclament d’un ordre naturel supérieur au contrat social.
C’est ainsi que l’on a pu croire qu’il suffirait d’interdire par la loi le voile à l’école en 2004 pour assurer l’égalité homme-femme dans l’éducation. D’autres signes identitaires ostentatoires ont surgi et le problème s’est déplacé sur la voie publique et il a fallu prendre une nouvelle loi contre le voile intégral en 2010. Les populations concernées ne pouvaient que s’en ressentir stigmatisées. Dans le même temps, il a paru de bon ton, aussi bien dans les juridictions que dans les partis de gauche, de penser pouvoir calmer le jeu en cédant sur les principes et en dénonçant les discriminations dont un ferme respect de la laïcité, notamment dans les services publics, serait la cause.
Ni la faiblesse ni la facilité ne pourront conjurer le danger. Une idéologie que l’on conteste se combat par une idéologie dont on a la conviction, le conservatisme par le progrès social, l’obscurantisme par la raison. Il s’agit d’un effort long et âpre qui justifie, par là, la liberté d’opinion et d’expression la plus complète et la plus résolue.
Anicet Le Pors

(*) Ancien ministre communiste de la Fonction publique (1981-1984) 

 

 

"Adieu, mes amis" Un billet de Serge Guérin

 J’ai découvert Cabu et Wolinski en 1964, en découvrant Hara-Kiri, et aussi Reiser, Cavanna et le professeur Choron, partis les premiers. Autant dire qu’avec chaque disparition, c’est un peu de moi qui partait, et c’est douloureux. Cependant, je n’ai voulu assister à aucun des « hommages » qu’on leur a rendus. Pourquoi ?

Je suis profondément écœuré par le consensus mou qui préside à ces « hommages ». Je considère qu’il est une insulte à leur égard. En effet, ils n’étaient pas consensuels, eux. Ils étaient teigneux (Tignous), hargneux, féroces, engagés, quoi. C’est d’ailleurs pourquoi je les aime (au présent), au-delà de leur talent. Alors, les « hommages » de « toutes les forces politiques », merci, ce n’est pas pour moi.

 Pire, les Autorités Religieuses aussi se préoccupent de leur cas, et leur rendent « hommage ». Allez y, ne vous gênez pas, faites dire en la cathédrale de Notre Dame une messe solennelle pour le repos de leurs âmes pécheresses (ô combien, et avec tant de plaisir). Allez-y, ça les fera bien marrer.

 On me dira que je suis hors sujet, et qu’il s’agit de la liberté de la presse. Ah, eh bien, parlons en. Ses vaillants défenseurs ignorent-ils qu’elle est, dans la plupart des cas, soumise aux puissances financières ? Hypocrites ! Ni la rédaction du Figaro, ni M. Pujadas ne me contrediront. Je prends ici un risque : je parie votre patrimoine contre un cachou à peine usagé. Ces démocrates convaincus n’auraient-ils pas applaudi des deux mains à l’interdiction de Hara-Kiri ? Au torpillage financier de Charlie Mensuel, son premier successeur ? Encore une fois, Tartuffe n’est pas mort.

 Alors, j’ai préféré garder ma peine pour moi. A tort ou à raison, j’ai refusé d’aller danser au bal des faux culs.

 

 

Serge Guérin.

 

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0