Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Et chez Fralib après plus d'un an de lutte où en est-on? Deux articles l'un de "La Marseillaise" l'autre de " Plus belles les luttes" viennent de faire le point. Rouge Cerise vous les présente:


 

Les salariés de Fralib ne sont plus seuls à soutenir leur projet alternatif

image001

 

"Le projet alternatif des Fralib conduisant à une entreprise souveraine, c’est-à-dire à une nouvelle société gérée par les salariés, est sur la bonne voie. 
Après l’excellente nouvelle tombée le 17 novembre, la cour d’appel d’Aix ayant annulé tous les licenciements prononcés depuis le 31 août par le fabricant de thés et d’infusions, les salariés qui, depuis environ 2 ans, refusent la fermeture de leur outil de travail, font la démonstration que l’on peut produire autrement, sans employeur, plus équitablement et à moindre coût. Et cela n’intéresse pas seulement les collectivités territoriales mais aussi 3 entreprises."

 

 

    

 

     Pour le maintien de notre activité industrielle et de nos emplois

(Communiqué de la CGT et de la CFE/CGC de Fralib Gémenos)

 

Ce matin (lundi 19 décembre) notre expert-comptable, a présenté au Conseil Régional PACA, le rapport final définissant le contour de la solution alternative à la fermeture du site de Gémenos. Il contient des éléments de base fondamentaux permettant le redémarrage de notre activité de production de thé et d’infusions et le maintien de nos emplois, notamment autour du collectif de salariés. Des engagements importants et officiels ont déjà été pris et d’autres annoncés par le Conseil Régional, le Conseil Général et les collectivités locales. Le Conseil Régional PACA a réaffirmé son entier soutien aux travailleurs en lutte pour leur solution alternative, il s’est engagé à le formaliser dans les tous prochains jours. Concomitamment autour du collectif de salariés, se construisent des partenariats avec des entrepreneurs individuels, qui sont déjà intervenus à plusieurs niveaux.

Certains de ces projets et objectifs apparaissent potentiellement convergents avec nos propositions alternatives comme notamment :

  • Celui du groupe MFB LARIO dont l’attachement de son dirigeant à la région et à son économie l’on conduit à un projet de reprise de l’activité de Fralib pour mettre en place une solution alternative.
  • Un autre groupe dont l’activité est la distribution en restauration (hors foyer) de thés et d’infusions Bio ou de spécialités avec sa propre marque serait intéressé pour rapatrier sa production actuellement conditionnée en Espagne.
  • Une entreprise qui distribue des compléments alimentaires bio dans 160 magasins et sur internet, serait intéressée pour élargir sa gamme de produits aux Thés et infusions. Cette société aurait également des assurances quant au sourcing en matières premières.
  • Enfin d’autres contacts sont établis avec les producteurs de plantes aromatiques, leaders dans les principales zones naturelles de production, la PACA et le Rhône-Alpes. 

Devant ces réalités, des conditions sont réunies pour examiner concrètement le redémarrage de la production de thés et d’infusions sur notre site de Gémenos et le maintien des emplois.

Capture-d-ecran-2011-12-27-a-20.47.59.png

Unilever ne peut continuer à privilégier ses méthodes antisociales déplorables qui conduisent à casser l’outil de travail et les emplois de notre pays. Ses responsabilités dans la destruction du potentiel agroalimentaire régional sont proportionnelles à ses profits immenses. Il connaît parfaitement les exigences et revendications des Fralibiens, que leurs organisations syndicales lui ont remis le 24 novembre. Ce n’est pas par l’accumulation de chicanes juridiques ou par l’utilisation de mercenaires qu’on avancera, mais autour d’une table de négociation. Il en va de l’image de tout le groupe Unilever en France.

Le gouvernement, qui ne manque pas une occasion de jouer de la fibre de la défense de l’industrie nationale, reprenant de façon démagogique la revendication du « produire Français », ne peut continuer à rester l’arme au pied en se cachant derrière les arguments fallacieux d’Unilever. Il doit assumer ses responsabilités dans des actes concrets. Il en a le pouvoir. La situation exige la tenue, dans les plus brefs délais, de la table ronde nationale avec notamment les ministres concernés, les collectivités territoriales, les organisations syndicales et la direction d’Unilever.


En soutien et en solidarité avec les Fralibiens:

LIPTON-FRALIB-copie-1


 

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :