Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme un refrain qui leur colle à la peau : les jeunes sont, aujourd’hui, une génération de précaires, élevés au biberon de la société de consommation et sacrifiés sur l’autel des profits boursiers. Discussion autour d’une idée imposée comme une fatalité.Entretien avec Pierric Annoot, Secrétaire Général du Mouvement des Jeunes  Communistes de France (MJCF)


Capture-d-ecran-2012-03-25-a-10.41.55.png

 

 

Avant Garde: Toutes les enquêtes sur les jeunes de France tirent la sonnette d’alarme : la rupture serait de plus en plus forte avec l’ensemble de la société. Partages-tu l’idée d’une « génération sacrifiée » ?

Pierric Annoot: Les jeunes sont en effet les premières victimes des ravages du capitalisme et de sa crise. Plus personne ne peut l’ignorer. Sauf qu’aucune mesure d’ampleur n’est prise, bien au contraire. Depuis 30 ans tous les dispositifs notamment pour la formation, l’emploi et l’insertion des jeunes ont renforcé le chômage et la précarité.

Sarkozy est d’ailleurs le champion en ce domaine, son mandat aura été celui de la régression permanente. Indéniablement notre génération est celle qui subit les conséquences du grand bond en arrière libéral. La précarité touche la majorité des jeunes et dans tous les domaines de notre vie.

AG: Mais en pleine crise du capitalisme, alors que l’austérité s’impose dans le monde entier, est-il possible de porter des réponses qui s’émancipent de ce cadre ?

P.A.: C’est possible et c’est surtout nécessaire ! Les plans d’austérité imposés aux peuples nous enfoncent dans la crise. C’est une spirale infernale : réduire les salaires, diminuer les services publics et provoquer un chômage massif ralentit la consommation et pousse vers la misère ou à s’endetter toujours plus. Pour les jeunes et l’ensemble de la société, c’est donc tout l’inverse qu’il faut faire. Il faut sortir nos droits fondamentaux et les richesses que nous créons de l’emprise des marchés financiers.

Faire cela c’est réorienter les richesses produites vers les besoins humains. Nous voulons créer de nouveaux droits pour les jeunes pour mettre fin à la déqualification des diplômes et aux emplois précaires. Permettre à tous d’être mieux formés, en maîtrise des nouvelles connaissances, c’est bâtir la société de demain. C’est enclencher de nouveaux progrès de civilisation. Les impasses capitalistes de concurrence, de compétition, de réponses uniquement aux besoins du marché sont les causes de cette crise. Les principes communistes de solidarité, de coopération, de réponse aux besoins humains et de partage des richesses, des savoirs et des pouvoirs sont les solutions pour en sortir.

AG: Les élections présidentielles et législatives sont un moment clé de la vie politique de notre pays. Qu’attend le MJCF de ces élections pour les jeunes de France ?

Capture-d-ecran-2012-03-25-a-10.42.23.png

P.A.: Nous voulons des actes ! Nous voulons en finir avec les discours électoralistes teintés de méritocratie ou de compassion larmoyante. Au final, on aboutit toujours à la même chose : la précarité à tous les étages. Ces élections sont le bon moment pour que chaque jeune s’impose dans le débat.

Faire en sorte que l’on ne parle pas à notre place et s’organiser pour porter nos ambitions. C’est ce qu’entreprennent les jeunes communistes partout sur le territoire: ouvrir avec tous les jeunes des espaces de débats et d’actions sur nos propositions. Nous l’avons vu en France avec le CPE par exemple, et plus récemment en Tunisie, en Espagne, en Egypte… Lorsque nous envahissons les places, lorsque nous sommes unis pour nos droits, nous sommes capables de tout bousculer.

Ces élections doivent être ce que les jeunes décideront d’en faire. Sarkozy et ses amis sacrifient notre génération pour leurs profits, faisons leurs sentir le vent d’une génération de révolutions. Le Front de Gauche, la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, le millier de candidats aux législatives se présentent comme des points d’appui pour nos combats.

Nous voulons nous en saisir pour qu’ils soient les relais de nos combats, de ceux de tous les jeunes. Pour en finir avec les casseurs d’avenir !

                             Entretien réalisé Nicolas Bescond

pour le journal de la Jeunesse Communiste

Lgo Avant Garde


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :