Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marine Le Pen serait tellement sociale que l'amélioration des conditions de vie des plus modestes d'entre nous passerait non pas par la lutte contre le capital et la révolution citoyenne que propose le Front de Gauche mais par la mise en œuvre du programme du front national.

Qu'en est-il vraiment? Avec Marine pour les plus pauvres: des mots (des mots de haines) avec le Front de Gauche: le SMIC à 1700 euros par mois, du travail stable, la retraite à 60 ans  à taux plein,  la construction massive de logements accessibles, école de qualité et médecine gratuite. Et tout çà en prenant l'argent là où il se trouve: chez les spéculateurs  et en créant des richesses par l'interdiction des délocalisations et des licenciements boursiers.

D'un côté du vent malsain qui préserve les riches et divise les pauvres de l'autre du concret pour vivre mieux.

Chaque semaine ROUGE CERISE  mettra en évidence que les boniments de la dame du château  n'ont qu'un but enfumer la population pour protéger les riches. On n'habite pas un château pour rien.....

Capture-d-ecran-2011-12-27-a-07.22.59.png

marine lpen une extrême droite bien réelle


Marine Le Pen ne ménage pas ses efforts, avec la multiplication des références à la liberté (80 fois dans le discours du 1er mai), au peuple (50 fois dans celui du 19 novembre), la tournure sociale de ses discours, sans parler de la crise.Une reprise pure et simple d’analyse et de constats que nous (les communistes) pouvons faire ! 

Mais côté solutions Marine tire toujours  les mêmes ficelles, la peur, la rejet de l’autre, de l’étranger, pour capter un électorat bousculé par la crise. Un électorat qui a peur du déclassement social, de la précarisation et qui veut trouver un responsable à cela.

Jouant sur toutes les ambiguïtés, Marine Le Pen n’hésite pas dans ses interventions à dénoncer les spéculateurs et les marchés financiers. Mais elle se garde bien dans son programme de s’attaquer à ces derniers. Bien au contraire, en jouant sur la division entre les opprimés, en dénonçant les syndicats, Marine Le Pen fait le jeu d’un patronat qui n’a de cesse de vouloir rogner les droits des salariés.

A nous la peur et la haine du voisin aux patrons le fric et la belle vie (de château)....

Rouge Cerise va y regarder de plus près......

                                                                                  (à suivre la semaine prochaine....)

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :