Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un cri d'indignation face aux médias dominants.

LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE

Cinéma Rivoli

56 av. Victor-Hugo, 84200 Carpentras

Dimanche 19 février à 18h15 et 21h05

Lundi  20 février à 14h20 et 18h35


Dans la  Marseillaise du 4 février 2012, Léo Purguette, journaliste, interroge Gilles Balbastre sur son film«cri d'indignation face aux médias dominants »

Réalisé avec Yannick Kergoat, « Les Nouveaux chiens de garde »,  est un film qui dénonce l'état inquiétant pour la démocratie du paysage médiatique. Ci-dessous le dialogue:

La Marseillaise. Quelle est la genèse de votre film ?

Gilles Balbastre. Elle remonte à 1995, année d'un fort mouvement social contre le plan Juppé. Editorialistes et présentateurs vedettes dénonçaient alors à l'unisson « l'archaïsme » des salariés « arc-boutés sur leurs acquis face à une nécessaire réforme ». Dès lors, un collectif de critiques des médias Acrimed s'est développé avec Pierre Bourdieu, Serge Halimi, Pierre Carles, François Ruffin… Il a entrepris un travail de dissection et d'analyse du traitement médiatique du mouvement contre les réformes Raffarin, de la campagne sur le traité constitutionnel européen en 2005… L'écriture du film en elle-même débute en 2006 après une rencontre avec Jacques Kirsner, un producteur avec des convictions et des moyens. La crise financière de 2008 a chamboulé le scénario. Le montage a duré 9 mois mobilisant des archives, des contributions citoyennes et un gros travail graphique.

La Marseillaise. Pourquoi ce titre ? Qui sont les Nouveaux chiens de garde ?

Gilles Balbastre. Bien que le film ne soit pas à proprement parler, l'adaptation du livre de Serge Halimi, il a en a repris le titre, lui-même inspiré de l'ouvrage de Paul Nizan, Les Chiens de garde qui dénonçait les intellectuels bourgeois qui défendaient le pouvoir en place dans la violente crise des années 1930. Aujourd'hui, les éditorialistes et les présentateurs vedettes, l'encadrement d'une grande partie de la presse, ont pris le relais.

La Marseillaise. Qu'entendez-vous par-là ?

Gilles Balbastre. La collusion avec le pouvoir politique a perduré sous d'autres formes, elle se double aujourd'hui d'une collusion généralisée avec les milieux économiques. Quand on y regarde de plus près, nombre « d'experts » qui assènent en boucle leurs vérités sont liés à des grands groupes. Elie Cohen est par exemple toujours présenté à la télévision comme un « expert » en économie. On comprend mieux ses positions lorsque l'on sait qu'en 2010, en tant que membre des conseils d'administration de Pages Jaunes, Stéria, EDF énergies nouvelles, il a gagné 110.000 euros en jetons de présence.

Par ailleurs, l'influence de l'actionnaire dans les journaux est de moins en moins voilée. Par exemple, dans le numéro du Monde qui critique sévèrement « Les Nouveaux chiens de garde », il y a 3 pages consacrées à Free Mobile de… Xavier Niel ! Même chose pour les Rafales de Dassault dans le Figaro ou les Autolibs de Bolloré dans Direct matin.

La Marseillaise. Comment expliquez-vous cette soumission progressive des médias aux puissances économiques et financières ?

Gilles Balbastre. A la Libération, les résistants ont trouvé une presse en ruines, mouillée dans la collaboration. Ils ont donné une forte impulsion pour la sortir du champ marchand. Cette ambition a, petit à petit, été rognée par la mise en concurrence, la publicité et la recherche de profits. Ce n'est pas une analyse déconnectée du réel. En 2008, quand il y a eu dans des conflits sociaux plusieurs séquestrations de patrons par des salariés, les médias leur ont tapés dessus à l'unisson en dehors de journaux comme LHumanité, Le Monde Diplomatique, Le Canard enchaîné et La Marseillaise.

La Marseillaise. Qui voulez-vous toucher avec ce film ?

Gilles Balbastre. C'est un film qui se veut populaire et pédagogique. Dans la quinzaine de projections-débats à laquelle j'ai participé, j'ai rencontré un public très divers. Les salles sont pleines. Beaucoup de syndicalistes de la CGT, de la FSU, de Solidaires, beaucoup de militants du Parti Communiste, du Parti de Gauche étaient présents avec une envie forte de débattre. Des journalistes sans grade aussi, qui n'en peuvent plus de subir le formatage de l'information commandé par leur encadrement.

La Marseillaise. Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de verser dans la caricature ?

Gilles Balbastre. Ce film est un cri d'alarme, d'indignation, face au système médiatique dominant. Notre critique est une critique de classe assumée. Pour moi, la caricature réside plutôt dans l'interview d'un Président de la République par quatre journalistes d'accord, diffusé simultanément sur la quasi-totalité des chaînes. C'est un dispositif digne d'une république bananière.

La Marseillaise. Face à ce constat, peut-on en rester à l'indignation ?

Gilles Balbastre. Non mais il est nécessaire de passer par le constat pour conscientiser. Après une projection à Toulouse, une magistrate m'a dit « ces bouffons-là, il est bientôt temps de les faire tomber de leur chaise, ils nous ont volé l'espace public ».

Je crois que cette reconquête sera nécessairement politique. J'appelle les progressistes à se saisir de la question. Dans les programmes du PS ou d'EELV, il n'y a pas un mot qui y soit consacré. Dans celui du Front de Gauche, il y a 12 lignes sur 90 pages, c'est un bon début. Il faut une loi contre les concentrations et pour sortir les groupes industriels et financiers des médias. Il faut constituer un pôle public indépendant des médias audiovisuels, avec une renationalisation de TF1 qui l'empêche de vendre plus longtemps, du temps de cerveau disponible. Et garantir le pluralisme de la presse en y mettant les moyens car l'information est un bien de service public.

 

Tag(s) : #CULTURE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :