Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Capture d’écran 2013-08-08 à 22.03.09

 

Au cours d’un déplacement dans le département de la Dordogne, le Président de la République est revenu sur son engagement de porter les petites retraites agricoles au moins à 75% du SMIC d’ici trois ans. On est tenté de dire: enfin! Mais trois ans c’est trop long!

En effet, cela fait au moins trente ans que cette promesse est relancée par des gouvernements de gauche. En trente ans, cela fait des générations d’agriculteurs qui ont accédé au droit à la retraite; d’autres, nombreux, qui ont du cesser d’exploiter pour cause d’étranglement financier et qui vivent dans des conditions précaires insupportable en ce siècle.

Pour plus d’un million deux cent mille agriculteurs, retraités aujourd’hui, le niveau de la retraite est de 722 euros par mois. Des millions de femmes d’exploitants n’ont  qu’une retraite de base de 400 euros. On est ici bien en deça du seuil de pauvreté.

Si l’engagement du Président de la République était appliqué aujourd’hui, le niveau des retraites agricoles serait porté à 1072 euros. Ceci  constituerait un progrès important. Mais il ne faudrait pas que, ce qui est donné d’une main soit repris de l’autre, sous forme de CSG ou de CRDS, sans parler des augmentations continues de prix pour s’alimenter, se chauffer ou se déplacer.

Nous ne souhaitons pas non plus que cette annonce du Président de la République serve à cacher de nouvelle dégradations des conditions d’accès à la retraite et la baisse des niveaux de pension du régime général dans le cadre d’une nouvelle contre-réforme des retraites, envisagée par le gouvernement.

Le moment n’est pas à opposer un régime de retraite à un autre. C’est un devoir pour la gauche d’améliorer tous les régimes, à partir d’une donnée simple: une meilleure répartition de la plus-value issue du travail, de plus en plus accaparée par les détenteurs du capital. Ainsi, la mise à contribution des revenus financiers du capital qui ne participent en rien à la solidarité nationale aujourd’hui, procurerait des moyens considérables à toutes les caisses de retraite, en vue d’améliorer le sort de toutes celles et de tous ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à la richesse du pays.

Les régimes agricoles pourraient également être améliorés par une contribution des secteurs d’aval de la production agricole, qui se sont enrichi sur le travail paysan en compressant sans cesse les prix d’achat des matières premières agricoles.

Le gouvernement devrait aussi permettre aux agriculteurs et agricultrices de calculer leur retraite à partir des 25 meilleures années, tant on sait que les premières années d’installation sont encore plus aléatoires que les autres. Il faut en finir, et avant trois ans, avec cette double peine infligée aux paysans avec des années aux revenus très bas, voir négatifs, puis des décennies plus tard, des pensions de retraite de misère. Enfin, améliorer la situation des caisses de retraite agricole passe par un plan d’installation des jeunes qui devraient être assurés de pouvoir obtenir un revenu convenable, dans le cadre d’un nouveau projet agricole et alimentaire durable, répondant aux exigences nouvelles pour l’emploi, le développement des territoires, la qualité alimentaire et l’environnement.

Ceci doit se faire avant trois ans. Les agriculteurs et agricultrices en ont assez d’attendre! Il est urgent que les paysans bénéficient de la justice et d’une nouvelle considération.

 

P. LE HYARIC

Capture-d-ecran-2013-08-08-a-22.12.04.png


------------------------------------------------------------------------------

 Fête de L'Humanité

 13-14-15 Septembre

Capture d’écran 2013-08-08 à 20.28.33

Commandez vos vignettes (21 euros):

RougeCerise84@hotmail.fr

 ------------------------------------------------------------------------------

 

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :