Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le tract ci-dessous  sera distribué à partir du 3 novembre aux portes des écoles de Sorgues. Rouge Cerise le publie pour deux raisons:

1) Ce qui se passe à Sorgues n'est pas très différent de ce qui se passe ailleurs

2) Devant  cette attaque sans précédent contre l'école de la répubique il faut que les bouches s'ouvrent et qu'à Pernes, Velleron, le Thor, l'Isle, bref dans chaque commune les parents fassent connaître leur refus de cette réforme. 

Dans se combat ils peuvent compter sur les communistes de la section Oswald Calvetti.

 

-------------------------------------

Capture-d-ecran-2014-11-01-a-08.29.19.png 

 

Voilà ce qui arrive lorsqu’un ministre socialiste engage une réforme importante sans prendre suffisamment le temps de la réflexion : fatigue des enfants, coût supplémentaire pour les familles et les collectivités et déception devant la nature des activités proposées malgré le dévouement des personnels dont je salue le travail. Si un temps d’adaptation est nécessaire, la mise en œuvre de la réforme n’est pas à Sorgues à la hauteur des objectifs affichés. Pourquoi ?

 

1) Parce que l’école de la République doit rester publique, laïque et gratuite

Ce sont ces seules obligations pour la rendre obligatoire et égalitaire. Le sport, la musique, les arts ne sont pas des activités périscolaires, ce sont des activités qui doivent être enseignées à tous les enfants dans le cadre de l’éducation nationale. L’École exige l’affirmation d’un cadre national commun avec l’assurance de budgets, de moyens matériels et humains ambitieux. Les élèves n’ont pas besoin de moins d’écoles et de plus de périscolaires ! Ils ont besoin de bonnes conditions pour acquérir les savoirs.


 

2) Parce qu’avec la réforme, l’école publique est dépendante de la volonté et des moyens des collectivités locales.

Au moment où l’état accuse les collectivités de dépenser trop, le financement de la réforme sera d’ici deux ans assuré intégralement par les collectivités. De fait, cela crée inévitablement des inégalités entre territoires selon les ambitions et moyens des collectivités. C’est la porte ouverte à une marchandisation de l’éducation et à une remise en cause du caractère national de l’école.

Enfin, contrairement à l’école publique, les écoles privées n’ont pas l’obligation de mettre en œuvre la réforme comme si les besoins des enfants étaient différents !

On est très loin des ambitions affichées dans le questionnaire municipal distribué aux parents. Que sont devenus les ateliers promis et choisis par les parents comme « favoriser l’estime de soi, encourager l’accès au sport, à la culture, sensibiliser à la nature, à l’environnement » ? Ils sont partis en fumée comme bien d’autres promesses.


 

Pourtant, la réforme des rythmes scolaires est payante à Sorgues contrairement à d’autres villes comme Entraigues avec des activités périscolaires dignes de ce nom.

 40 à 100 € par an voilà ce que coûte aux familles la réforme par enfant. Certains diront que 30 centimes/Heure « ce n’est pas grand-­‐chose », mais je pense que pour de nombreuses familles, cela fait beaucoup dans une période marquée par la baisse du pouvoir d’achat.


 

La première heure dit-­‐elle être utilisée pour l’aide aux devoirs comme l’envisage la municipalité ?

Je mesure les difficultés pour organiser de véritables activités dans un laps de temps aussi court mais est-­‐ce une raison pour rompre avec l’esprit de la réforme ? Cela mérite débat car il sera dès lors inutile de parler d’activités périscolaires si le temps dégagé sert avant tout à l’aide aux devoirs et non à la découverte d’activités culturelles ou sportives. L’aide aux devoir peut s’envisager la deuxième heure mais pas avant.


En conclusion:

La réforme des rythmes scolaires est un casse-­‐tête et un gouffre financier pour toutes les collectivités. Malgré tout, il est de la responsabilité de la municipalité UMP de faire en sorte qu’à Sorgues, la réforme soit exemplaire dans l’intérêt de tous. Visiblement, ce n’est pas encore le cas.

 


Les familles une nouvelle fois dans le viseur du gouvernement!

 

-> Baisse des allocations familiales pour les plus hauts revenus

Prendre aux uns pour ....ne rien donner aux autres. Voilà le fonds de l’affaire : certains vont toucher moins mais la majorité des familles ne touchera rien de plus.

    -> Diminution du congé parental

Au nom de la « parité » le congé parental devrait passer de trois ans à dix-­‐huit mois. En réalité, ce projet vise encore une fois à économiser de 3 à 400 millions sur le dos des familles. Les hommes doivent pouvoir bénéficier de ce droit mais dans les faits aujourd’hui ce sont 97% des femmes qui utilisent le congé parental. C’est donc elles qui seront, une fois de plus, victimes de cette injustice qu’il faut combattre avant que la décision définitive ne soit prise.

 

 

 

 

----------------------------------- 

 

Hommage à Rémi Fraisse

Capture-d-ecran-2014-10-31-a-16.09.24.png 

 

Rassemblement à Avignon

Samedi 1er novembre à 11h

Devant la préfecture boulevard Limbert

--------------- --------------- 

 

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :