Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(*)  Militant communiste de la section Oswald Calvetti et militant du Front de Gauche - Point de vue personnel.

 

Capture-d-ecran-2012-06-19-a-20.29.34.pngDivers articles dans la presse m’incitent à revenir sur les raisons de notre choix.  

Dimanche, j’ai mis un bulletin Ferrand dans l’urne et je crois avoir eu raison de le faire..


Déçu et troublé, je pouvais l’être à l’issue du premier tour. Qu’avions-nous raté pour nous trouver dans pareille situation? Une analyse s’imposait mais pouvait attendre: ce qui était fait était fait, l’important étant maintenant le deuxième tour.

Un seul impératif dans ce contexte exécrable : comment être utile, si peu que ce soit, pour nuire au capital, à ses serviteurs et à ses média qui nous oppriment et comment soutenir, sans faillir «ceux qui n’en peuvent plus de la misère psychologique et financière qui pèse sur les peuples sans qu'on y fasse rien» comme le dit Annie Masselo  à qui j’emprunte ces mots?

 Notre position dépendait de la réponse donneée aux trois questions suivantes:

 1) Madame Arkilovitch était-elle la candidate du Parti Socialiste?

  • Répondre oui c’était décider de voter pour elle en  vertu de nos engagements nationaux. C’est ce qui s’imposait jusqu’à lundi soir.
  • A ce moment Martine Aubry lui a demandé de se retirer , Madame Arkilowitch n’était donc plus la candidate du Parti Socialiste et toutes les options redevenaient ouvertes

2) Madame Arkilovitch avait-elle des chances de gagner cette circonscription?

  • Répondre oui c’était décider de voter pour elle car, quelques soient les réserves qu'avaient suscitées ses prises de positions durant la campagne, ce n’était quand même pas Ferrand ou Le Pen.
  • Les résultats du premier tour indiquaient que la circonscription était hors de portée.
  • Dans ces conditions voter Arkilovitch c’était comme voter blanc c’est à dire reconduire au deuxième tour les résultats du premier et faire gagner Le Pen. N’y avait-il rien de mieux à tenter?

3) Entre Ferrand et Le Pen fallait-il choisir?

  • Défendaient-ils des politiques différentes? Pas vraiment! Tous deux représentent les mêmes intérêts: avec eux les marchés n’ont rien à craindre et les travailleurs sont certains de trinquer !
  • Quels avantages à voter Ferrand? Compliquer la tâche des média et réduire le risque de contagion notamment aux élections municipales à venir.
  • Les média se servent de nos députés et de leur image pour nous vendre leurs salades. Ferrand apparaissait moins people que  Le Pen: la même politique pourrie emballée dans un vieux papier journal (Ferrand) serait  moins facile à vendre qu’en paquet cadeau (Le Pen).
  • Au niveau local la situation tragique d’Orange, depuis que la ville est tombée aux mains de l’extrême droite, et la propagation de la maladie à Bollène faisaient légitimement craindre le pire.

 

Il fallait donc voter Ferrand pour ces deux raisons ni plus ni moins; ça n'a pas marché mais ça aurait pu...


 Cette épreuve appelle aussi d’autres réflexions :

  • C’est une bien curieuse démocratie que celle qui laisse si peu d’influence aux citoyens. Pour les pauvres choix qu'elle nous laisse, il n’y a pas de quoi s’étriper, plus que jamais construisons la sixième république!
  • L’élection de Marion Le Pen traduit l’exaspération d’une large partie de la population (même si elle se tourne vers de mauvaises  solutions). Pendant les élections la lutte des classes a continué : Les Conti occupent toujours leur usine et préparent la table ronde du 25 qui pourrait bien être décisive, les employées de la poste ont débrayé, les chauffeurs  des bus Contadin sont en grève. Contribuer aux succès de ces luttes, leur donner de vraies perspectives politiques, là est notre rôle, là nous couperons l’herbe sous le pied de la gangrène brune.
  • L ‘analyse qui a déterminé notre vote comportait un part d’appréciation, d’incertitude et de risque d’erreur. Cela explique que des militants aient fait d’autres choix. Ils n’en sont pas moins respectables. Nos différences d'analyse ne doivent pas handicaper l’avenir car chacun a sa place pour défendre les valeurs et les solutions qui sont les nôtres ! Oui au moment où le rassemblement brun-marine réveille les échos d’un passé tragique il nous faut faire Front de Gauche pour continuer à placer l’Humain d’abord !

------------------------------

 

Capture d’écran 2012-06-19 à 20.45.08

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :