Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il n'y a pas que les intermittents, intérimaires et précaires qui sont victimes de la nouvelle convention d'assurance chômage. Pour payer le coût du capital, tous les chômeurs voient leurs droits réduits!

Si le patronat et ses commis sont des adeptes du "chacun pour soi", pour les travailleurs et les progressistes la SOLIDARITE est révolutionnaire. C'est pourquoi quelqu' en soient les victimes, contre l'austérité, c'est TOUS ENSEMBLE QU'IL FAUT LUTTER! 

Enver

 

 

 

Communiqué de la CGT

 

Capture d’écran 2011-12-30 à 22.42.06

 

Un deuxième coup de couteau dans le dos des demandeurs d’emploi après l’agrément de la convention du 14 mai!

Alors que le gouvernement a décidé d’agréer, au 1er juillet la convention d’assurance chômage qui va amputer les droits des demandeurs d’emploi de 2 milliards d’euros d’ici 2017, le Medef a imposé une revalorisation quasi nulle des allocations.

Lors du conseil d’administration de l’Unedic le 27 juin a été votée la revalorisation des allocations.

Cette pseudo revalorisation de 0,7% ne portera que sur la partie fixe et sur l’indemnisation minimale, soit une augmentation d’environ 3 € par mois ! L’allocation minimale passe à 28,58€ par jour - contre 28,38 € / jour actuellement. Ridicule, alors que les économies faites par la nouvelle convention assurance chômage, sur le dos des demandeurs d’emploi, se montent à 840 millions d’euros par an.

Rien que la baisse du taux de remplacement de 57,4 % à 57 % du salaire brut représente une diminution de l’allocation de 11 euros sur le mois pour une personne indemnisée à 1 500 €/mois.

Le conseil d’administration de l’Unedic a été l’occasion de recueillir des informations sur la mise en œuvre de la nouvelle convention : si chaque mois 120.000 demandeurs d’emploi y gagneront des droits supplémentaires (à condition d’accepter n’importe quel petit boulot), 440.000 autres verront leurs droits baisser d’en moyenne 3 jours en raison des nouvelles règles.

Comme nous l’avons dénoncé, la nouvelle convention est un recul des droits des demandeurs d’emploi, une arme pour renforcer la précarité au service du Medef et associés.

La CGT continue d’appeler la mobilisation pour contrer cette double injustice.

 

La CGT

Montreuil, le 1 juillet 2014

 

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :