Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Capture d’écran 2012-03-11 à 10.58.57Suite à la situation dans la 3ème circonscription, j’ai reçu des appels et des messages, dont le contenu était très divers mais que je résumerai ainsi : « vous avez pris la seule position responsable pour éviter l’implantation d’une Le Pen dans le Vaucluse » ou, à l’opposé, « cette décision est scandaleuse, il fallait soutenir Catherine Arkilovitch ».

 

Permettez-moi donc de préciser ce que je pense.

 

Je ne crois pas un seul instant – et mes différends avec Catherine Arkilovitch n’ont rien à voir avec ce qui va suivre – que la gauche puisse battre et Ferrand et Le Pen au deuxième tour. Ajouter mécaniquement les voix qui se sont portées sur elle, moi, LO, etc.… est une vue de l’esprit. Avant même que nous ayons dit quoi que ce soit, des électeurs de gauche du canton de Pernes avaient déjà décidé de voter Ferrand, voire blanc. Je ne donne pas de noms ici, chacun ne les connaissant pas forcément. C’est le syndrome de 2002 appliqué ici. Et si ç’a a suffi pour dissuader au dernier moment certains des électeurs qui allaient voter Mélenchon, pourquoi cela ne se passerait-il pas de la même façon pour Carpentras ?

 

Je ne crois pas non plus que seule la gauche ait une réserve de voix qui lui permette de rattraper 3000 électeurs ! Il est clair que nombre d’électeurs de droite ou d’extrême-droite savaient que le second tour trancherait et ne se sont pas déplacés. Maréchal Le Pen a fait 34,6, à quoi il faut ajouter les voix de Ducros-Bompart et sans doute lune partie des voix des pseudos-écolos défenseurs des animaux. Enfin, et surtout, la candidate FN/ Ligue du Sud n’est pas n’importe qui ! C’est une Le Pen ! Avons-nous le droit de la laisser s’installer à 22 ans comme députée, alors que l’extrême-droite a déjà 3 conseillers généraux, deux maires et demain un député avec Bompart, que la recomposition de l’extrême-droite vauclusienne est en cours avec la réintégration programmée des Bompart (père, mère, fils, neveu ?) et que leur prochain objectif est la conquête de Carpentras !

 

Symboliquement, il ne faut pas qu’elle soit élue et je pense que le maintien de Catherine Arkilovitch ne peut que favoriser cette élection.

Alors oui, Ferrand n’est pas recommandable, oui, il est tout ce que nous avons dit, mais nous avons cinq ans, s’il est réélu, pour organiser la résistance, l’unifier si possible, prendre des mesures, relancer le vrai combat contre l’extrême-droite. Si Elle passe, ce sera un coup aussi fatal que symbolique, la lepénisation définitive du Vaucluse et une nouvelle tête de pont en Paca !

 

C’est l’analyse (ils ont examiné ça à la loupe à Solferino) qu’a faite le PS national et qui a entraîné l’intervention de Martine Aubry, qui me semble responsable (même si je n’ai jamais été pour couper les têtes !). Le PS départemental avait fait la même analyse mais Lovisolo a changé d’avis (voir La Provence) pour une raison que les militants de gauche seraient bien inspirés de lui  demander.

 

J’ai vécu l’élection de Bompart. C’est le maire socialiste d’Orange qui l’a précipitée en refusant une fusion de liste tant il était sûr d’un sursaut républicain au second tour. Un sursaut qui n’est pas venu, Bompard faisant encore mieux au second tour alors que tout le monde évoquait son « absence de réserve de voix ». Je ne veux pas que 17 ans plus tard, la situation se reproduise ici !

Je comprends toutes les raisons données par certains camarades de gauche, je les respecte, mais je ne partage pas la croyance que la candidate PS puisse l’emporter.

 

Au mieux, elle aurait mieux fait que le second, Ferrand, mais c’est Le Pen qui passera.

 

On n’est pas obligé de me croire, mais après avoir pris le temps d’examiner les résultats, ville par ville, village par village, et de réfléchir, je suis arrivé à la conclusion que si j’étais arrivé en tête et que j’aie pu me maintenir, j’aurais retiré ma candidature.

 

Voilà ce que je voulais dire.

Je pense (mais je ne suis pas devin et peux me tromper) que le score de Le Pen dimanche soir montrera qu’existait pour elle une réserve de voix, montrant bien qu’il n’y avait pas un risque mineur mais bien un risque maximal.

 

Bien que l’immense majorité des messages ne me fasse pas de procès personnel, je tiens à dire, pour certains, que je me suis longuement expliqué sur mon « revirement » : j’ai loyalement appelé à voter pour la candidate du PS. Le lendemain, cependant, elle ne l’était plus parce que le PS nationalement avait scruté la situation de la 3ème et conclu que la victoire de l’héritière Le Pen était inéluctable. Surtout, j’avais passé la nuit à examiner tous les résultats, les soupeser, faire des calculs savants et désespérants. Mon revirement n’a rien à voir avec mon appartenance à un « appareil ». Toute ma vie est là pour prouver que je n’ai jamais cédé à des diktats. C’est la conséquence d’une analyse de la situation et de mon engagement de toujours contre l’extrême-droite. Je pense que nous ne mesurons pas vraiment ce que signifierait l’élection de Le Pen.

 

Comme vous pouvez le penser, je suis, comme nous tous, quelle que soit la position que nous avons adoptée, malade de la  situation, mais, par-dessus tout, je ne veux pas être responsable du triomphe d’un parti fasciste dans un Vaucluse devenu le laboratoire et la tête de pont du FN et de la Ligue du Sud.

 

Fraternellement à toutes et tous,

 

Roger Martin

 

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :