Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Freddy Kaczmarek, maire PCF d’Auby (Nord-Pas-de-Calais)

https://pcfpontdeladeule.wordpress.com publié le 25 juillet 2017

 

Ce sont 2 révolutions que nous célébrons aujourd’hui.

La révolution française, celle des lumières qui a voulu abolir les privilèges et instaurer la République dont la devise est Liberté, Egalité, Fraternité et plus la révolution bolchevique qui a 100 ans cette année.

La Russie en 1917 est encore un pays féodal, l’espoir est celui d’un monde où l’ouvrier et le paysan pourront s’éduquer, se soigner, se nourrir, se loger gratuitement, délivrés de l’oppression d’une classe de privilégiés.

2 guerres mondiales plus tard où en sommes-nous ?

Le fascisme s’installe à nouveau en Europe.

Et alors que la France installe au Panthéon Simone Weil, la Pologne fait la chasse aux communistes et interdit l’avortement.

La République Française est un fantôme qui ne vote plus laissant la place à ceux qui, par dégoût d’une société individualiste dans laquelle se sentant exclus, votent pour les fascistes du FN.

Un vote de dégoût pas de colère. La colère est révolutionnaire, le dégoût est mortifère, il conduit au chaos.

La révolution est porteuse d’espoir, d’émancipation pour le peuple.

Le dégoût est porteur de la haine contre les plus pauvres que soi.

Il donne la place à un Trump milliardaire ou à un Macron millionnaire qui rêve de le devenir.

Dans cette République en ruine, on veut nous faire croire que la gauche et la droite n’ont plus de sens comme si nous étions tous dans le même moule, comme si aucune différence culturelle ou éducative ne nous caractérisait.

L’Homo economicus serait devenu la norme.

Il ne reste plus alors qu’à faire son marché électoral le jour des élections.

Le renouveau est devenu le slogan.

Il faut changer de représentant comme on change de téléphone ou de voiture.

Etonnant retournement de l’histoire où le privilégié pointé du doigt est désormais le migrant totalement démuni ou le titulaire du RSA pour peu qu’il bénéficie d’un accès aux soins gratuit.

Alors que le patron d’une grande société, milliardaire, méprisant à l’égard du peuple apparait comme le modèle à atteindre, Emmanuel Macron voudrait que nous soyons tous, vieille rhétorique déjà servie par Bernard Tapie accusé aujourd’hui d’être un escroc.

Mais qui a fermé Metaleurop, la sidérurgie de Denain, le textile à Roubaix, Beghin à Thumeries, les Engrais à Auby, Samsonite à Hénin et tant d’autres autour de nous ?

Qui a privé tout ce peuple laborieux de notre région d’un avenir ?

Croyez-vus un seul instant que ceux-là crèvent dans la misère aujourd’hui ?

Mulliez patron d’Auchan, Arnault patron de LVMH, De Wendel patron de la sidérurgie et leur banquier Rothschild.

Eux ils savent ce qu’est la lutte de classe, ils savent qu’ils doivent se battre pour garder leurs privilèges.

Ils ne veulent pas que nous fassions partie de leur monde et ils veulent en finir avec la démocratie.

Le résultat des urnes, le délaissement des urnes les fait bien rire et le vote du FN ne leur fait pas peur.

Ils voudraient maintenant liquider la commune et le droit au travail pour nous faire taire définitivement.

Mais la liberté n’est pas celle du commerce, l’égalité ce n’est pas de faire payer aux retraités la sécurité sociale, la fraternité ce n’est pas de refuser l’ouverture de centres d’accueil pour les réfugiés, la république ce n’est pas le fourre-tout « d’En marche ».

C’est celle de toutes celles et de tous ceux qui se battent pour la fin des privilèges.

Ce combat-là n’est pas achevé.

A nous de le mener.

En la mémoire de tous les combattants de la liberté morts pour un idéal.

Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost 0