Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

À la poudrerie  Eurenco,  la multiplication des sanctions, ou menaces de sanctions, disciplinaires est à l'évidence  est une tentative pour remettre en cause le droit syndical.

En septembre 3 salariés, sympathisants de la CGT,  étaient convoqués, et avant eux, sur les deux dernières années, ce ne sont pas moins de 5 autres militants de la CGT (dont le délégué syndical central et le délégué syndical de VOSAS, la filiale d’Eurenco) qui avaient été victimes de la répression patronale.

Ce mardi 22 décembre l'UD CGT  appelait venir à soutenir l 3 camarades d’Eurenco convoqués à des entretiens préalables à sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’au licenciement.

Les communistes et notamment ceux de notre section étaient aux côtés des salariés devant les grilles de l'usine.

-------------------------------------------------

 

Communiqué du syndicat CGT d’Eurenco Sorgues

La mobilisation continue

 

Beaucoup de monde ce matin devant le site de Sorgues en soutien à nos camarades convoqués par la direction.

Nous remercions tous les grévistes de Sorgues et de Bergerac, ainsi que nos camarades de l'interpro et les retraités de nos Poudreries qui étaient présents.

Quels étaient donc les motifs de ces convocations ?

Pour notre premier camarade : " suspicion de non port du masque qui aurait conduit à la contamination de son équipe de travail à la Covid 19"!!!

Toutes les questions de la direction se sont concentrées sur la vie privée de notre camarade et non sa vie professionnelle !!!

Évidemment notre camarade à toujours porté le masque et la direction a avoué ne pas avoir de témoignage confirmant le contraire.

Pour notre deuxième camarade, la direction lui reproche d'avoir fait grève seul lors de cycle de travail de nuit.

Or, notre camarade était bien accompagné d'un autre salarié avec des revendications communes ce qui les autorisent à se déclarer grévistes comme le prévoit la législation.

Pour la CGT, la démonstration n'était pas à faire mais le contenu de ces entretiens est encore plus surprenant, aucun fait n'ait établi mais la direction utilise son pouvoir de subordination pour mettre la pression sur nos camarades !!!

Pour rappel, à l'été 2019, deux de nos camarades avaient déjà été convoqués pour avoir fait grève sur le même principe.

D'un côté la direction s'autorise à rentrer dans la vie personnelle des salariés pour le biais de la Covid 19 et de l'autre, elle porte clairement atteinte à un droit constitutionnel fondamental : le droit de grève.

Il y a encore évidemment des points communs dans cette histoire, le fait que nos camarades portent l'étiquette CGT et que leur responsable soit celui qui s'attaque toujours à la CGT:
le fameux Robin.

Demain un autre salarié est convoqué, il est élu CGT au CSE, délégué syndical suppléant CGT et travaille sous les ordres de Robin Dusquene...

Le message est clair

Rdv 13h45 devant les grilles.

Vive la CGT

Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Eurenco: contre la répression antisyndicale, la mobilisation continue
Tag(s) : #AGIR AVEC LE PCF, #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :