Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal du retraité  de Chaumont (CGT)

 

Glaçant. En plein débat sur la loi sécurité globale, la police se livre à des actes dignes du Chili de Pinochet. Ces propos dits en «off» ne sont pas de nous mais d’un proche conseiller de l'Elysée, selon le journal le Monde.

Imperméables à ce que disent des centaines d’associations, des syndicats, mais aussi l’ONU, l’UE et la défenseure des droits, Darmanin et sa police ont poursuivi leur sale besogne. Place de la République, une ratonnade contre les migrants suivie du tabassage en règle de Michel Zecler, puis, le jour de la Marche des libertés, Reporters sans Frontière nous apprend qu’un journaliste syrien s’est fait bastonner et Mediapart que la préfecture de police de Paris a menti pour couvrir les tirs d’un policier sur des jeunes innocents.

Cela fait beaucoup, cela fait trop. Et, à chacun de ces méfaits, on se répète : heureusement que la loi Sécurité globale ne s’applique pas encore, combien d’innocents seraient en prison sans ces vidéos ?

Bavures, simples incidents ? Rien n’est moins sûr. La seconde vidéo filmant le lynchage de Michel Zeclerc, qui s’est poursuivi dans la rue, montre quinze à vingt policiers, en civil ou en tenue, certains donnant des coups de pied à l’homme cloué au sol, d’autres d’une passivité tout aussi coupable.

Nous sommes bien en face d’un système mis en place depuis une décennie et exacerbé par Macron qui rêve de museler toute opposition à sa politique néolibérale. Un manifestant a résumé cette situation sur sa pancarte : « Combien de brebis galeuses avant d’admettre que le troupeau a un problème».

Le problème c’est, certes, la police qui a grand besoin d’un nettoyage à sec, mais c’est d’abord et avant tout ce pouvoir corrompu, autoritaire qui flirte avec la dictature. Un pouvoir qui gouverne le pays des droits de l’Homme avec ce qu’il y a de pire dans l’âme humaine : rapacité, corruption, mépris, médiocrité, perversité, haine du peuple.

Un gouvernement incapable de gérer la crise sanitaire, de s’attaquer aux vrais problèmes sociaux, économiques, écologiques, de répondre aux attentes des Françaises et des Français. Certains parlent de trumpisation de Macron. Trumpisation... autre façon de dire que nous glissons vers une dictature qui n’ose dire son nom... Et que la lutte pour les libertés est essentielle.

 

RICHARD VAILLANT,

syndicat CGT des retraités de Chaumont

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :