Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

can-stock-photo csp4853627                                             le Ravi en cessation de paiement

                PRIDE de Matthew WARCHUS - GB-2014

Nous voici en Angleterre en 1984 (pas le 1984 de Georges Orwell mais un 1984 bien réel et tout aussi effrayant) :

 Le déclin du charbon sévit partout en Europe et cette situation dramatique vue à la loupe dans un petit village situé au fin fond du Pays de Galles, c'est cela "Pride".

 "Pride" veut dire "fierté". Oui, ils sont fiers ces mineurs que la non-moins fière (et tellement libérale, pour rester polie...) Margaret Tatcher veut anéantir, en fermant un maximum de mines et en verrouillant ainsi la solidarité syndicale encore bien présente en Grande Bretagne. La grève s'annonce alors interminable et la lutte sans fin.

  Soudain, un petit groupe d'activistes lesbiennes et gays , les LGSM (Lesbians et Gays Support the Miners) qui se sentent eux aussi exclus et qui sont tout aussi fiers, décident de soutenir financièrement (et moralement) ces mineurs en grève et la rencontre est détonnante. En effet, les syndicats et les "pas franchement tolérants" mineurs refusent dans un premier temps cette aide inattendue qui leur paraît surnaturelle, voire "contre-nature". Cependant, les homos tenaces s'accrochent à cette idée et déploient toute leur énergie pour organiser une collecte au profit des grévistes et la faire admettre de tous.

  Les luttes parallèles semblent justifiées aux yeux du spectateur qui, peu à peu, s'attache à ces deux communautés si différentes mais si semblables de par leur sentiment d'exclusion respectif et leur dignité si humaine et si touchante. Au prix de nombreux efforts, les deux groupes se rapprochent à petits pas et finissent par se "reconnaître". Je ne m'étendrai pas sur le troisième groupe (appartenant aux deux premiers), celui des femmes, lucides et enthousiastes, solides et si fières aussi, que vous ne pourrez rater tant elles rayonnent.

 

  À la vision de ce film, on rit beaucoup (l'arrivée des LGSM sur les corons est hilarante), on pleure aussi bien-sûr car le sujet est grave. Oui, l'émotion est intense et ne peut laisser indifférent. La générosité crève l'écran au rythme d'une musique entraînante (pop, rock et même disco) qui nous tranporte littéralement.

  C'est un bel exemple du cinéma anglais, à la mesure du superbe "full monty", issu d'une histoire vraie, comme on aime le savourer.

On en sort grandis et émus et si fiers que ces gens-là existent (les spectateurs ont applaudi à la fin de la séance lorsque je suis allée le voir).

 

  Que les capitalistes et les homophobes (là encore pour rester polie) en prennent de la graine, PRIDE est une grande leçon de solidarité humaine comme on en voit peu !

   Que ceux qui luttent contre toutes les formes de discrimination se précipitent pour voir ce BEAU film (si ce n'est déjà fait), ils en reviendront envahis d'espoir sur la nature humaine, une fois n'est pas coutume!

 

                                                                                          Martine Taxil

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :