Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Jeudi, 6 Août, 2015 L'Humanité
 
Lors de la nouvelle édition de ses rencontres d’été, le Mouvement jeunes communistes (MJCF) a lancé un appel intitulé « Relève la tête ».

Ploufragan (Côtes-d’Armor),
envoyé spécial.  «Il n’y a pas de luttes anecdotiques qui ne serviraient que de témoignages dans l’histoire. » Le secrétaire général de l’Union des étudiants communistes (UEC, branche étudiante du MJCF – NDLR), Matthieu Bauhain, fait résonner l’ambition que porte l’appel « Relève la tête », lancé lors de ces assises estivales du mouvement qui viennent de se tenir dans les Côtes-d’Armor avec le Mouvement jeunes ­communistes de France (MJCF) et l’UEC et qui prendra un essor renouvelé dès la rentrée. C’est que l’enjeu est de taille. « Il s’agit d’établir un socle de droits universels pour la jeunesse de manière très large et pour y parvenir il est nécessaire de mettre en œuvre une dynamique unitaire », explique Nordine Idir, secrétaire général du MJCF, pour qui cette ambition n’est pas sans lien « avec la réappropriation des richesses ». Alors que de plus en plus d’étudiants sont obligés de travailler pour financer leurs études et subvenir à leurs besoins, la revendication d’un salaire étudiant, qui constitue un des volets de l’appel, ouvre des perspectives d’émancipation pour la jeunesse et de ­renforcement des conditions de réussite d’études.

 

Une main-d’œuvre souvent très bon marché pour les employeurs

C’est que, d’après le MJCF, « les étudiants produisent de la richesse de manière indéniable ». Un des militants, étudiant contraint de travailler lui aussi, pose la question : « Comment tourneraient les fast-foods sans les étudiants qui y travaillent, et comment fonctionneraient les hôpitaux sans les internes en médecine ? » De la main-d’œuvre souvent très bon marché pour les employeurs, qui n’hésitent pas à dévaloriser les jeunes qu’ils emploient et qui produisent la richesse.

À La Rochelle, une étudiante avait trouvé un emploi dans un hôtel-restaurant dans lequel elle faisait la plonge pour le Smic. Sa formation comprenant un stage de fin d’année, elle a souhaité le réaliser dans ce même établissement. Son patron en a alors profité pour transformer son CDD en stage. C’est ainsi qu’elle effectuait toujours le même travail, tout en ne percevant plus qu’un tiers du salaire, ainsi que la réglementation sur la rémunération des stages le permettait à son patron.

 

Redonner de la dignité à la jeunesse en sortant de la casse sociale

Le MJCF pointe aussi l’aspect insidieux du service civique, « qui impose aux jeunes d’être payés moins de 600 euros par mois et de ne pas avoir droit au chômage à la fin de leur mission ». Des situations invraisemblables qui « auraient déclenché un tollé dans les médias il y a quelques années » et que le MJCF compte bien contribuer à changer. L’appel « Relève la tête » veut redonner de la dignité à la jeunesse en sortant de la casse sociale. Apprentis, lycéens, étudiants, tous sont concernés. L’UEC a d’ailleurs rencontré le 20 juillet le cabinet de la ­ministre Najat Vallaud-Belkacem pour lui faire part de la situation des étudiants dans le pays et lui ­présenter les revendications qui émanent de l’analyse de leurs conditions de vie et d’études. Matthieu Bauhain fait état de premières avancées avec l’augmentation de « bourses » pour 1 000 étudiants (puis 6 000) dans l’enseignement. « C’est une première étape vers le salaire étudiant, issu de nouvelles cotisations qui seront prélevées directement sur les richesses produites avant que l’argent n’aille dans les poches du capital », se réjouit l’organisation de jeunesse. Même si le cabinet de la ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a fait pression contre cette avancée, « cela nous donne envie de redoubler d’efforts pour la réaliser », martèle son secrétaire général.

Et de rappeler la dimension révolutionnaire de la cotisation sociale, qui poursuit celles déjà établies grâce au programme du Conseil national de la Résistance et qui financent la Sécurité sociale. Une rentrée offensive s’annonce donc. L’appel « Relève la tête » sera relayé auprès des étudiants dès la prérentrée pour l’élargissement des critères d’attribution de bourses, puis en octobre les jeunes communistes annoncent qu’ils investiront les cités universitaires à la ­rencontre de leurs collègues de promotion pour faire rayonner la revendication du salaire étudiant.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :