Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.ouest-france.fr Publié le 20/04/2017

Le président du groupe Poujoulat a appelé ses 1 500 salariés à faire « le choix de la responsabilité » à l’élection présidentielle dimanche et mis en garde notamment contre les « promesses irréalistes », s’attirant une vive réplique de syndicalistes CGT.

« Nous assistons actuellement à une surenchère de propositions fantaisistes et de plus en plus coûteuses. Ces propositions ne sont pas soutenables car notre pays croule déjà sous la dette », écrit Frédéric Coirier, président du directoire du fabricant de conduits de cheminées, basé à Niort, dans un courrier à tous les salariés.

Son initiative, précise cette lettre du 14 avril, ne vise « ni (à) introduire la politique au sein de nos entreprises ni (à) donner une quelconque consigne de vote ».

« S’il continue sur le chemin de l’endettement, notre pays n’aura bientôt plus son destin en main. Pensons à nos enfants qui devront, si rien ne change, faire face à ce mur ! », estime le président. Selon lui, la France doit « adapter son train de vie à ses moyens ». « L’Etat et les collectivités doivent dépenser mieux et un peu moins ».

Dans cette lettre, il estime aussi que « l’Europe n’est pas parfaite », mais qu’elle « garantit la paix » et « constitue un immense marché dont le Groupe Poujoulat bénéficie ». « Se couper de l’Europe serait une erreur grave aux conséquences irréversibles », affirme-t-il. M. Coirier « regrette » aussi que « les débats de fond aient été étouffés par des affaires et des polémiques ».

Des salariés choqués

« Faites le choix de la responsabilité et méfiez-vous des promesses irréalistes, elles cachent souvent des lendemains bien sombres », conclut M. Coirier.

Le patron de Poujoulat se dirige-t-il « vers un embrigadement politique, ou un nouveau paternalisme qui ne vise en fait qu’à défendre ses intérêts aux détriments des nôtres ? », a réagi dans un tract - intitulé « Mon patron, ce génie, pense pour vous ! » la section syndicale CGT de Westaflex à Tourcoing, filiale de ce groupe qui réalise environ 200 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel.

« Une majorité des salariés de Westaflex est choquée du contenu de ce courrier » car ils se sentent « infantilisés avec cette tentative d’influence (sur leur) vote », a affirmé de son côté l’union locale CGT de Tourcoing (Nord) qui a médiatisé cette initiative.

 

Présidentielle. Le patron de Poujoulat met en garde ses salariés
Présidentielle. Le patron de Poujoulat met en garde ses salariés
Tag(s) : #ELECTIONS 2017, #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :