Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site du journal le Parisien

La réforme des retraites, casse-tête de l’exécutif, fait son retour
L’exécutif n’a pas renoncé à faire aboutir cette réforme, en partie votée en mars avant d’être suspendue du fait de la crise sanitaire.

Maxime François

Le 28 novembre 2020 à 21h36, modifié le 29 novembre 2020 à 07h16

Elle court, elle court, la réforme des retraites… Mais serait-elle aujourd'hui de retour? « Elle doit être la priorité absolue de 2021 », a martelé Bruno Le Maire, samedi dans un entretien accordé au Parisien. Le ministre de l'Economie l'envisage comme l'une des solutions pour rembourser les milliards dépensés durant la crise du Covid-19. Et il n'est pas le seul. Signe que le gouvernement ne compte pas renoncer au projet phare d'Emmanuel Macron censé incarner sa capacité réformatrice, le Premier ministre, Jean Castex, le répète tel un mantra depuis des mois. « Nous la ferons […] Il n'est pas question de mettre la poussière sous le tapis au sujet des retraites », assurait-il ainsi dans les médias début septembre.

« Nous devons conduire ce changement », poursuivait-il le 8 octobre à l'occasion d'un discours prononcé lors du 75e anniversaire de la Sécurité sociale. Dans le Parisien début juillet, le président avait prévenu qu'« il n'y (aurait) pas d'abandon » de son projet de système universel qu'il avait suspendu à la mi-mars et qu'il le juge toujours « juste », même s'il se dit « ouvert » à ce que sa réforme « soit transformée ».

Un amendement au Sénat pour repousser l'âge de départ

Dans un contexte où les voyants sont au rouge sur le front de l'emploi et alors que se profilent des élections régionales, départementales et présidentielles, le dossier est politiquement explosif. En témoigne le récent coup d'éclat des sénateurs de droite. A l'occasion de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 au Sénat, il y a deux semaines, ces derniers ont déposé un amendement dans lequel ils suggèrent de repousser progressivement l'âge légal de départ jusqu'à 63 ans en 2025. Ils proposent aussi d'accélérer l'allongement de la durée de cotisation pour atteindre 43 annuités pour la génération née en 1965.

Si l'amendement a très peu de chances de survivre à la navette parlementaire, la droite signifie ainsi qu'il est urgent de s'attaquer au déséquilibre financier des régimes. Avec la pandémie, les comptes de la Sécurité sociale sont en effet dans le rouge. Ils devraient afficher un déficit de 35,7 (*) milliards d'euros en 2021, selon le rapport annuel du Conseil d'orientation des retraites (COR) publié jeudi dernier et que l'Elysée attendait avant de communiquer sur le sujet.

(............)

 

(*) Le budget de la sécurité sociale est  aux environs de 490 milliards d'euros si le déficit mentionné est le bon cela  fait 7,6% c'est préoccupant mais beaucoup moins impressionnant que les 60 à 80 milliards de fraude fiscale annuelle et les 225 milliards de déficit du budget de l'Etat (353milliards) dont s'occupe Bruno Lemaire.  (Note de RC)

Fin de l'article sur le site du Parisien

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES, #RETRAITES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :