Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 28 août dernier, le site du FN révélait son véritable visage antisocial.

Rouge Cerise a décidé de reproduire cet article haineux, typiquement dans le droit fil du discours du Medef et de la droite et extrême droite libérales. Suivi, naturellement de la réponse de notre section.

 

Capture d’écran 2013-09-09 à 17.42.49

Plein de chômeurs mais pas de vendangeurs.

Article du site officiel du FN84 (article du 28 août)

"Alors que la période des vendanges va bientôt commencer, le quotidien Vaucluse Matin révèle que 300 postes de vendangeurs restent encore à pourvoir sur les 500 proposés par Pôle Emploi. Compte tenu du nombre de chômeurs que compte le Vaucluse, département particulièrement touché en matière de chômage, il est difficile de concevoir que ces 300 postes n’aient toujours pas été honorés, sachant que, de surcroît, ils ne requièrent aucune qualification particulière, hormis parfois un permis de conduire.

 

Fut un temps, pas si lointain du reste, on devenait un « Homme », un adulte à part entière lorsque l’on avait accompli ses obligations militaires, d’une part, -mais la question ne se pose plus depuis la gouvernance Chirac- et surtout lorsque l’on gagnait enfin sa vie à la sueur de son front, quel que soit le montant du salaire. C’était une histoire d’honneur et d’amour propre; c’était aussi une histoire de patriotisme puisque le travail, s’il servait en premier lieu l’individu, lui donnait aussi la fierté de servir son pays en contribuant à son enrichissement et à son rayonnement.

 

Après un demi-siècle de veulerie post soixante-huitarde, ces notions d’honneur et de patriotisme, à force d’être piétinées par les responsables politiques en tête, ont fini par tomber en désuétude. L’individualisme et le communautarisme ont pris le pas sur le patriotisme. La jouissance et le profit se sont substitués à l’honneur. Ainsi, aujourd’hui, ce n’est plus une honte de ne pas travailler et il semble « normal, pour beaucoup de nos compatriotes, que ceux qui ne font rien vivent aux crochets de ceux qui font.

 

Certes, en principe, on ne choisit pas d’être licencié et de devenir chômeur. Et pour ceux qui n’ont pas choisi, la société se doit, bien sûr, de les aider. Cependant, combien de chômeurs  ont délibérément choisi de le devenir ou de le rester, par confort, par fainéantise, par intérêt? En tout cas, par défaut d’honneur, de courage et de patriotisme. S’ils ont fait ce choix contestable, c’est aussi parce que des générations de responsables démagogues, exploitant cette manne électorale en constante progression, ont mis en place un système n’encourageant pas les Français  à travailler: parce que s’ils travaillent, l’État leur prend tout; parce que s’ils travaillent, ils gagneront parfois moins qu’en ne travaillant pas; parce qu’il n’est pas désagréable d’avoir un congé sabbatique de plusieurs années rémunéré par le contribuable au même taux que le dernier emploi; parce que s’ils ne travaillent pas, ils ont droit à tout…

 

Pour en revenir à nos vendanges sans vendangeur, que les amateurs de vin se rassurent: les exploitants trouveront sans doute, outre-Méditerranée ou outre-Rhin, des vendangeurs motivés pour faire le travail que les nationaux, enlisés dans un système d’assistanat économiquement mortifère, ne veulent pas faire…"

 


Réponse de la section Oswald Calvetti

 

aff bourse vie 2011vok 0 

SALAUDS DE CHÔMEURS !

 ou le véritable visage du FN et de Marion Maréchal Le Pen! 

 

Depuis quelques années, le Front national joue la carte du « social ». Le but de la manœuvre, hélas !, échappe encore à trop de gens: faire croire aux couches populaires les plus touchées par la crise, la baisse du pouvoir d’achat, l’aggravation du chômage que le FN serait le parti des Français les plus démunis, les plus précaires.

C’est un mensonge, certes, mais combien de gens se laissent séduire par les sirènes de lendemains qui chanteraient, avec un FN qui renverrait les « étrangers » chez eux, créant ainsi de l’emploi pour les « nationaux », qui mettrait les paresseux ( entendez les fonctionnaires) au travail, remplirait les prisons et nous permettrait à tous de chanter « Douce France, le pays de mon enfance » en chœur sinon avec cœur.

Mensonge, ai-je dit. Mensonge, oui, car le programme du FN est un programme libéral, parce qu’il ne touchera en rien aux profits des monopoles et du CAC 40, parce qu’il fait la part belle aux « actionnaires », vous savez, ces gens dont les profits et les bénéfices exigent une rentabilité toujours accrue, des plans de rigueur, des licenciements, des cadences sans cesse plus inhumaines. La preuve en est d’ailleurs que le site, comme la candidate FN, puis la députée, se sont bien gardés d’évoquer la lutte exemplaire des travailleurs de Continentale Nutrition, à Vedène, pendant plus de 300 jours !

 Le 28 août, sur le site vauclusien du FN, soigneusement contrôlé par la députée Maréchal Le Pen, on pouvait découvrir un article fielleux intitulé PLEIN DE CHOMEURS MAIS PAS DE VENDANGEURS.

Citant un article de Vaucluse Matin révélant que 300 postes de vendangeurs restent à pourvoir sur les 500 proposés par Pôle Emploi, le plumitif auteur de l’article expliquait que ce scandale s’expliquait par Mai 68, l’absence de patriotisme, la fainéantise, la veulerie de gens payés pendant des années par le contribuable sans travailler, bénéficiant de tous les droits sans rien faire !

Évidemment, impossible dans ce cas précis de les accuser en plus d’être étrangers, puisque justement, comme la députée l’a constaté en allant cueillir les fraises une semaine plus tôt (Cf. Rouge Cerise), ce sont ceux-là qui acceptent ce type de travail, alors accusons les fainéants, français certes, mais pervertis par les théories soixante-huitardes.

C’est ce langage que doivent connaître les travailleurs de Vaucluse, les pauvres, les précaires, dans un département qui se situe en 8ème position justement pour la précarité, où les usines se comptent sur les doigts d’une main, où le service public est sans cesse attaqué, rogné, taillé en pièces, où les conditions de travail dans maintes entreprises se dégradent sans cesse.

Je n’ai pas la prétention de tout savoir de cette question, mais ce qui est sûr, c’est que le travail saisonnier est tout sauf une sinécure, que dans toute la région PACA et depuis des années, les rares inspecteurs du travail qui exercent encore ont pointé l’index sur un nombre invraisemblable de situations anormales, tant du point de vue des conditions de travail que dans celui des rémunérations.

Ceci expliquerait-il cela ?

Comme toujours pour les partisans de l’économie libérale, les adeptes des pseudo-lois du marché, c’est l’ouvrier le coupable. FN et UMP s’entendent d’ailleurs parfaitement, avec parfois le soutien inattendu d’une gauche indécise, pour parler de « coût du travail » plutôt que de coût de l’actionnariat par exemple.

Le FN vauclusien (il ne fait pas exception à la règle) et sa cheftaine sont les héritiers de ceux qui accusaient le peuple d’être paresseux, les ouvriers d’ivrognerie, les intellectuels d’amoralité et qui n’hésitaient pas à proclamer haut et fort MALHEUR AUX PAUVRES !

Ils ont, quant à eux, modernisé la formule. Aujourd’hui, avec des mots moins crus, plus policés – évidemment quand on joue à la petite sirène démocrate – oubliant qu’un nombre invraisemblable de leurs candidats aux élections affichent pour profession « gérant de sociétés » plutôt qu’ouvrier, postier ou …saisonnier, oubliant qu’ils justifient les profits fabuleux (Le PDG de Total et ses 4,5 millions d’euros de revenus, Bernard Arnault, Bernard Tapie et Gérard Depardieu n’ont rien à craindre d’eux), ils montrent leur profond mépris du peuple.

SALAUDS DE CHOMEURS !  Ils ne le crient pas, certes, mais ils le laissent penser.

Enfin, parce qu’ils y a des mots qui font mal : madame Maréchal Le Pen a beau s’être rendue à la cérémonie de Barbarenque, elle n’a aucun titre à décerner des brevets de patriotisme. Son parti, le FN a compté dans ses fondateurs des hommes qui ont porté l’uniforme de la Milice ou de la SS, comme Rouge Cerise a déjà eu l’occasion de le répéter. À l’exemple de nos camarades Albert Laugier, Max Lombard , Sylvain Meyer , qui participèrent à la Résistance dans les Monts du Vaucluse, de notre camarade Albert Cordola qui fit deux ans de prison à Grenoble et Eysses avant d’être déporté à Dachau, où il resta deux ans, nous n’avons pas de leçons à recevoir d’elle.

Quant au « patriotisme économique » dont ses séides et elle nous rebattent les oreilles, que n’en convainc-t-elle pas son père, Samuel Maréchal, ex-président du Front national de la Jeunesse, ex-proche de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, toujours homme d’affaires dans ce pays dont la tâche principale est de faire coter en bourse à Paris des sociétés ivoiriennes, ce qui n’est bon ni pour les travailleurs ivoiriens ni pour les travailleurs français.

Vous avez dit « préférence nationale » ?

On peut mentir longtemps à une ou deux personnes. On peut mentir brièvement à des millions de gens.

On ne peut mentir longtemps à des millions de personnes.

Les masques finiront par tomber.

On peut compter sur nous pour aider à les arracher !

 

Roger Martin

Secrétaire de la section Oswald Calvetti du PCF

 

 

Tag(s) : #SE FORMER - COMPRENDRE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :