Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Capture-d-ecran-2012-12-05-a-21.05.15-copie-1.png

 

 

Victoire pour les salariés de Continentale Nutrition Un combat victorieux des salariés de Conti qui ont su résister, lutter et gagner dans la solidarité avec la CGT.

Les salariés de Continentale Nutrition, avec toute la CGT, se sont battus d’arrache pied depuis le 27 septembre 2011, pour maintenir leur emplois sur le site industriel de Vedène, et après plus de 431 jours de luttes, 315 jours d’occupations, 32 initiatives interprofessionnelles et 5 tables rondes préfectorales, l’objectif de gagner une nouvelle entité économique pour maintenir l’emploi sur ce site est enfin atteint.

Avec détermination, ténacité, solidarité, les perspectives positives ont grandi tout au long de cette longue bataille âpre et rude.

Dans la plus grande dignité, les salariés ont su résister au détriment de leur vie de famille, quelquefois de leur santé, mais aussi face aux comportements irresponsables et abjects de la direction, aux tentatives d’intimidations, à la résignation, aux rebondissements et autres aléas d’une lutte remplie d’une seule exigence, conserver un travail, un emploi répondant aux besoins de leurs foyers.

Le comportement, l’attitude méprisante et arrogante de l’entreprise qui avait décidé de sacrifier 100 emplois sur l’autel de la rentabilité du groupe le 27 septembre 2011, procédant ainsi à un nettoyage financier, bénéficiant par la même de plus de 15 millions d’€ d’aides publiques, a dû céder le site ce lundi devant la mobilisation exemplaire des salariés, de la CGT et sous pressions des pouvoirs publics.

Cette lutte a permis de gagner étape par étape les consciences des différents acteurs économiques et sociaux mais aussi politiques de la localité, du département, de la région, du pays.
Les interpellations, les demandes de rencontres, n’ont jamais cessé en direction des collectivités, des députés, plus largement des pouvoirs publics, jusqu’au ministère du redressement productif.

L’enjeu était grand, pour les salariés, le bassin d’emploi, le département, il fallait relancer et maintenir l’emploi sur cette zone.

De tables rondes en rencontres avec les élus, de journées portes ouvertes aux rassemblements et autres manifestations, pas une semaine ne fut exonéré d’une quelconque mobilisation, toutes ont contribué à contraindre les actionnaires de Continentale Nutrition à céder le site.

Sur ce territoire ou ailleurs, nous ne comptons plus les entreprises, les sites industriels où malheureusement, les PSE décidés unilatéralement par le patronat ont supprimé des centaines d’emplois et laissé à l’abandon des outils de productions transformés en friche industrielles. Des décisions qui ont sacrifié le savoir-faire et les compétences des salariés.

Ce ne sera donc pas le cas à Vedène sur le site de Continentale Nutrition.

D’ores et déjà, dans le cadre de cette reprise ce sont 80 à 120 emplois qui seront créés. Les salariés qui étaient en lutte, bénéficieront d’un traitement particulier au regard de leur engagement, concernant la période de transition entre 2 emplois, ils participeront au démantèlement de l’usine actuelle, bénéficieront de formations qualifiantes et seront réintégrés dans la nouvelle unité.
C’est un pied de nez fait au Medef qui tente dans la période d’imposer dans les négociations nationales des règles qui faciliteraient les licenciements et qui briseraient un certains nombres de garanties collectives concernant le contrat de travail.

Ces emplois nouveaux sur Vedène doivent déboucher sur des CDI et permettre aux deux nouveaux opérateurs spécialisés en logistique industrielle de pouvoir entrevoir avec les salariés l’avenir sereinement.
Sur ces derniers aspects, les modalités pratiques seront à concrétiser en début de semaine prochaine en préfecture, et nous restons vigilants quant à la bonne tenue de ces engagements.

En conclusion, c’est la victoire de la solidarité, du courage, du rassemblement et du syndicalisme.
Les salariés de Conti, avec la CGT, ont montré le chemin du possible.
La destruction de l’emploi n’est donc pas une fatalité.

Les choix patronaux et de certains qui considèrent le travail comme un coût ont un bon coup sur la tête.
D’autres solutions sont possibles, quand on se mobilise pour investir dans l’appareil productif, cette lutte le démontre.

La reconquête de l’emploi et singulièrement de l’emploi industriel avec toute la CGT dans le rassemblement le plus large ne fait que commencer.

Ce combat victorieux donne de l’espoir et du courage pour les luttes actuelles et à venir, servira de source d’inspiration sur ce département et plus largement dans le pays d’ailleurs dès le 13 décembre prochain.

Avignon, le 5 décembre 2012

Tag(s) : #JE LUTTE DES CLASSES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :