Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

<<Une société qui condamne sa jeunesse

est une société condamnée>>


 

 

Capture d’écran 2012-12-05 à 08.10.46

 

 

Plus les études sur les jeunes tombent, plus elles sont accablantes. 23% des jeunes sont pauvres (plus 5 points depuis 2004), plus d’1 million sont en situation de grande pauvreté. Le rapport de l’INJEP montre une fois de plus, l’urgente nécessité de sortir les jeunes de la précarité.

 

Les différents contrats précaires au contraire les y enterrent. C’est toujours plus de jeunes en situation d’exclusion, un recul toujours plus fort des droits fondamentaux. Rappelons que 34% des étudiants reconnaissent ne pas avoir les moyens de payer une consultation chez un médecin, que 20% ne peuvent pas financer leur traitement et que 31% des jeunes de moins de 20 ans sont mal-logés.

 

Cette étude est un camouflet terrible à plusieurs décennies de dispositifs d'exception à l'égard des jeunes et d'exonération de cotisation. Pour preuve, en vingt ans, le salaire des jeunes entrants sur le marché du travail a été divisé par deux ! Voilà la situation dramatique qu'a créé cette attaque en règle contre la réglementation au travail: inefficace contre le chômage et injuste dans ses résultats. Ce dont nous avons besoin, ce ne sont pas d’énièmes emplois d’avenir, mais bien de sortir l’ensemble de la population de la précarité.

 

Durant la campagne électorale, plus de soixante organisations ont posé l'exigence de sortir de cette orientation à travers l'appel « Pour un big-bang des politiques jeunesse ».

 

Pour cela, le choix des jeunes ne doit pas se réduire au chômage ou travail précaire ! En 2011, 14,7% des jeunes de moins de 26 ans étaient sans emploi ou sans en formation, après la fin de leur scolarité initiale. Le taux de pauvreté des non diplômés est supérieur de 20 points à celui des diplômés. Une formation choisie et de qualité pour tous, volet écarté des emplois d’avenir, est un enjeu incontournable pour sortir tous les jeunes de la précarité. C'est indispensable pour pouvoir choisir son emploi, et ne pas être soumis à l’accepter sous n’importe quelles conditions. Les 20 points de différence entre diplômés ou non sont inacceptables mais ce qui l’est d’autant plus, c’est la précarité forcée pour tous les jeunes.

 

Nous voulons en finir avec cette logique de précarisation de l'emploi en y opposant celle de sécurisation. Les députés du groupe Communistes et Républicains ont déposé une proposition de loi pour accompagner tous les jeunes dans chaque étape de leur vie dans la formation, dans l’accès à l’emploi et dans le retour à la formation.

 

Un conseil interministériel se réunira en février 2013 : nous rappelons au gouvernement l’urgence de la situation. En effet, il faut passer aux actes. Nous réclamons que la loi pour l'avenir des jeunes soit inscrite à l'ordre du jour au plus vite. Nous appelons l'ensemble des organisations progressistes à nous rejoindre dans ce combat.


Mouvement des Jeunes Communistes

 

 Capture d’écran 2012-11-22 à 18.38.58http://www.jeunes-communistes.org

________________________________________________________   

Conti: 315  jours de protection de l'usine 

 

Capture d’écran 2012-08-01 à 21.04.29 Les soutenir, c’est affirmer l’indispensable solidarité sans laquelle, un à un, chacun dans notre coin, nous serons mangés à la sauce libérale..."

 

   http://www.solidaritepourlescontis.fr/ 

 ________________________________________________________   

Tag(s) : #JEUNES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :