Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Il est contagieux l’exemple du courage »

 Louis Aragon,  1943 

 

Le hameau de Barbarenque connut un épisode tragique durant  la Seconde Guerre mondiale : cinq jeunes gens y furent fusillés par les Nazis le 2 août 1944. A cette date, le débarquement des Alliés en Provence est imminent, la débâcle allemande se profile. D’où un contexte très tendu de part et d’autre.

 

 « Le 1er août, une action de ravitaillement avait été lancée au Château de Saumane par un groupe du Maquis Jean Robert, qui dépendait de celui de Pernes, très actif », raconte André  Cartoux, réfractaire au STO qui a rejoint le maquis du Ventoux en juin 1943. « L’un d’entre eux fut blessé.  Ses camarades le transportèrent de nuit dans une ferme-amie du hameau de Barbarenque où ils savaient trouver secours.  Il était 8 heures du matin quand les soldats de la Wehrmacht firent  irruption. Ils tuèrent immédiatement le blessé et son compagnon, puis fusillèrent dans la cour les deux fils de la ferme Pons et un ouvrier agricole, tous trois réfractaires ».

 

POUR QUE LE TEMPS N’ENSABLE PAS LES MÉMOIRES…

« Ce massacre eut un retentissement énorme », poursuit  André Cartoux, « car la plupart des paysans d’ici portait peu ou prou assistance aux maquis. Près de 4000 personnes assistèrent le surlendemain à l’enterrement des fusillés au Beaucet,  4000 en pleine Occupation, vous vous imaginez ! ».

 

Ils s’appelaient René, Jean, Paul, Laurent et Marcel.  Ils avaient entre 21 et 31 ans. Ils sont morts pour la France et chaque année, le 2 août, le village du Beaucet leur rend hommage. Pour que le temps n’ensable pas les mémoires.

Rendez-vous

vendredi 2 août  à 18H

au Beaucet, devant la stèle. 

Tag(s) : #AGENDA, #AGIR AVEC LE PCF

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :