Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié le 13 février 2019 par Front de Gauche de Pierre Bénite

La CGT, Force ouvrière, Solidaires et les organisations étudiantes UNL et Unef appellent à une journée de mobilisation et de grève le 19 mars pour dénoncer la politique sociale d’Emmanuel Macron.

« Alors que les annonces faites par le président de la République ou son gouvernement n’ont pas répondu aux attentes, […] que les prix des produits de consommation courante continuent à la hausse, que la suppression de l’ISF (impôt sur la fortune) n’est pas remise en cause […], le 'Grand débat national' ne peut ni se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales et syndicales » ont déclaré ensemble la CGT, Force Ouvrière, Solidaires et les organisations étudiantes UNL et Unef. Elles appellent à la grève le 19 mars.

« Il s’agit de gagner l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l’égalité femmes-hommes et un véritable droit à l’éducation et à la formation. Il s’agit aussi de renforcer notre protection sociale et notre système solidaire de retraite par répartition » affirment les cinq organisations syndicales qui veulent engager un travail de sensibilisation avec des initiatives dans les entreprises, dans les services publics avec les salariés, les retraités, les privés d’emploi et les jeunes.

Il s’agit de poursuivre l'expression de la colère des Français sur des terrains propres aux syndicats. La CGT a entrepris cette convergence des luttes le 5 février dernier avec une journée de mobilisation, qui a trouvé de l'écho chez les Gilets jaunes. 

Quelque 300 000 personnes ont défilé en France pour l’augmentation du Smic et des salaires l’égalité salariale entre les hommes et les femmes et un impôt sur le revenu plus progressif et plus juste.

Force ouvrière, qui n'a pas participé à la journée du 5 février, se joint à l’appel unitaire pour le 19 mars.

« La question du salaire, du service public, des inégalités, de l’emploi, ces questions-là, nous les portions le 9 octobre (date de la dernière mobilisation interprofessionnelle à laquelle FO a participé). Nous n’avons pas été entendus », a dit le secrétaire général de FO, Yves Veyrier.

« La grève, c’est un mot qui fait parfois peur, mais ce n’est pas très compliqué », a-t-il ajouté en reconnaissant qu’il restait encore à convaincre beaucoup de salariés et les autres onfédérations syndicales.

 

 

------------------------------------

------------------------------------

Tag(s) : #A LA UNE AUJOURD'HUI

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :