Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Manifestation contre la politique d'austérité du gouvernement, le 24 novembre 2016

 

Bouillaud's Weblog – bloc-notes d'un politiste publié le 22 aout 2018

Lien vers l'article

Un mardi matin d’août 2018, un Commissaire européen « socialiste », Pierre Moscovici, fut invité sur France-Inter pour célébrer le retour de la Grèce sur les marchés financiers, la fin des plans d’aide européens… Une grande victoire évidemment de l’Union européenne et des gouvernants européens et grecs de l’heure. Merveilleux, comme tout le monde aurait adoré être grec toutes ces dernières années. Que du bonheur, que du bonheur.

Toutes les paroles de l’invité furent exactement celles que l’on pouvait attendre de sa part. Aucun retour critique sur ce qui a été fait depuis 2010. La répétition incessante d’un cadrage qui attribue toute la faute de la situation à la Grèce et aux Grecs eux-mêmes. Un peuple d’inconsidérés et de tricheurs que les autres Européens ont sauvés n’écoutant que leur bon cœur. Un déni absolu et radical des effets déstabilisateurs de l’austérité. Des larmes de crocodile sur les difficultés économiques et sociales de la population grecque. Une louange des effets bénéfiques des privatisations et de toutes les réformes structurelles possibles et imaginables. Un délire lénifiant sur les capacités d’innovation de la Grèce – le développement du tourisme représentant bien sûr l’innovation du siècle. Bref, un compendium du socialisme réellement existant des années 2010 dans l’Union européenne. A peine une critique du méchant ministre allemand Schäuble, et en regard une dénonciation sans concession aucune des fautes inexcusables du très dangereux Varoufakis.

Quand je pense qu’il y a deux ans encore lors d’une réunion entre politistes un éminent collègue avait mis en doute la réalité de la permanence de la circulation dans l’espace public de ce cadrage néo-libéral de « Die Griechen sind schuld » (Les Grecs sont coupables) , je ne croyais pas moi-même le retrouver aussi parfaitement intact aujourd’hui dans les paroles d’un responsable politique. Littéralement conservé dans le formol. Décidément, personne parmi ces responsables européens ne parlera jamais devant une audience élargie du sauvetage en 2010 des banques françaises et allemandes que tout cela a représenté en réalité. Vae victis.

P. Moscovici ne regrette donc rien, n’a toujours rien compris, ne veut surtout rien savoir, et il se murmure même qu’il voudrait figurer sur la liste présentée par le PS français pour les élections européennes de 2019, voire la diriger. Quelle bonne idée! Il pourrait sans doute battre un autre record électoral pour un parti « socialiste ». Je doute toutefois que les dirigeants socialistes actuels soient à ce point des adeptes du suicide collectif. C’est dommage. On aurait bien ri.

Comme ce fantôme du « socialisme » européen des années 2010 me l’a rappelé, l’affaire grecque restera pour longtemps une ligne de fracture politique en Europe. Je suis définitivement d’un côté seulement de cette fracture. C’est ainsi que le temps nous forme des convictions et des rancœurs.

 

Christophe Bouillaud,

professeur agrégé de science politique

à l’Institut d’Études politiques de Grenoble

Tag(s) : #TRIBUNE LIBRE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :